Actu Chômage

mercredi
20 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Contrôle des chômeurs : Jean-Louis Borloo tente de rassurer

Contrôle des chômeurs : Jean-Louis Borloo tente de rassurer

Envoyer Imprimer
Face à la crainte de certaines organisations syndicales de voir le gouvernement renforcer le contrôle des demandeurs d'emploi, Jean-Louis Borloo assure aujourd'hui "qu'il n'est pas question de mettre un gendarme derrière chaque chômeur".

"La priorité est de leur offrir un accompagnement de qualité dans leur recherche d'emploi", assure le ministre de la Cohésion sociale dans le journal Les Echos. "Dans ce cas, on est en droit d'exiger d'eux qu'ils jouent le jeu de la formation et de la qualification". "C'est l'idée qui prévaut avec la CRP (Convention de reclassement personnalisé) et c'est comme ça que fonctionnent tous les pays qui ont mis en place un système performant de lutte contre le chômage", dit-il. Face à un taux de chômage supérieur à 10%, M. Borloo promet que "tous les outils du plan de Cohésion sociale se mettent en place", dont la CRP. "C'est un travail long que nous avons engagé, avec pour objectif de baisser de trois points en cinq ans le taux de chômage structurel", rappelle-t-il. "Je n'ai pas changé d'avis : le chômage devrait baisser au second semestre".

La Convention de reclassement personnalisé prévoit, sur une durée de huit mois, un renforcement des actions de formation, un bilan de compétences et une aide à la recherche d'un emploi, le tout avec un suivi individualisé et une meilleure indemnisation. Ce dispositif est prévu pour les licenciés économiques des entreprises de moins de 1.000 salariés. Mais selon plusieurs syndicats, un autre projet - gouvernemental celui-là - qui pourrait être présenté à l'ANPE et à l'Unedic en juin, prévoit un "profilage" des chômeurs, et des sanctions plus rapides et accrues en cas de refus d'une proposition d'emploi ou de formation. Lundi, le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly a dénoncé sur Europe 1 "un mouvement de culpabilisation qui est dangereux". "On a un peu le sentiment que, comme les pouvoirs publics n'arrivent pas à faire baisser le chômage, ils vont faire baisser le thermomètre en radiant les chômeurs", a-t-il déploré. "C'est dangereux, quand il y a 2,5 millions chômeurs et beaucoup plus si on intègre les gens aux minima sociaux, c'est 6 à 7 millions de personnes qui sont en difficulté : on ne peut pas dire que c'est leur faute", a-t-il ajouté.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 03 Mai 2005 15:22 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2005-05-03 16:30 03-05 (AFP) 15:24:20
Le convention de reclassement personnalisée (CRP) destinée à accompagner le retour vers l'emploi des salariés victimes de licenciements économiques sera effective le "1er juin", a déclaré mardi Jean-Louis Borloo à l'issue d'une réunion avec les partenaires sociaux.

Les signataires de l'accord du 5 avril créant la CRP (patronat, CFDT, FO, CFTC et CFE-CGC) ont soumis mardi le texte de l'accord à l'agrément du ministre de la Cohésion sociale.

"C'est vraiment un changement de philosophie, c'est la gestion des ressources humaines de notre pays, qui est le grand enjeu d'aujourd'hui et des années à venir", a déclaré le ministre, remerciant les partenaires sociaux d'avoir négocié "si vite" sur ce dispositif prévu par la loi de Cohésion sociale. Mais, "il faut aller plus loin (car) un certain nombre de gens ne bénéficieront pas de cette CRP", a-t-il ajouté, soulignant que la convention devait être "la matrice de toute évolution vers de nouveaux publics".

"Nous assortissons la demande d'agrément d'un souhait de mobilisation des services de l'emploi, à commencer par l'ANPE" et de "renforcement des moyens financiers prévus par la loi de Cohésion sociale", a indiqué de son côté Denis Gautier-Sauvagnac (Medef).

Le ministre a indiqué que la CRP sera agréée par ses services après la réunion du Conseil supérieur de l'emploi du 10 mai, le décret d'application devant être publié avant le 21 mai, "pour que les salariés puissent bénéficier de cette convention à compter du 1er juin".

La CRP, destinée à aider le reclassement des salariés victimes de licenciements économiques dans les entreprises de moins de 1.000 salariés, durera 8 mois avec une rémunération supérieure à l'allocation chômage et des actions d'accompagnement et/ou de formation.
D'après les estimations de l'Unedic, 165.300 salariés devraient être éligibles chaque année à ce nouveau dispositif.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-05-05 16:53 À lire aussi l'article du NOUVEL OBS avec ses compléments dans la colonne de droite… Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...