Actu Chômage

vendredi
18 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Contrôle des chômeurs : après le référendum !

Contrôle des chômeurs : après le référendum !

Envoyer Imprimer
Le quotidien économique La Tribune révèle que l'application des dispositions de la loi de Cohésion sociale relatives au contrôle des demandeurs d'emploi est suspendue d'ici le 29 mai.

"La peur du gouvernement que le non l'emporte lors du référendum sur le projet de traité constitutionnel a des effets insoupçonnés", estime La Tribune : "Ainsi, l'application des dispositions de la loi de Cohésion sociale relatives au contrôle des demandeurs d'emploi a été renvoyée à l'après-référendum".

Le saviez-vous ? La loi de Cohésion sociale prévoit de nouvelles modalités de contrôle des chômeurs, dont "les conditions de mise en oeuvre des sanctions pour recherche d'emploi insuffisante". Or le gouvernement a décidé de les publier seulement après le 29 mai : "Le but est clairement d'éviter que ces nouvelles règles, qui pourront désormais aboutir à la réduction, la suspension ou la suppression des indemnités chômage, incitent les Français à rejeter le projet de traité européen", explique La Tribune.
"Le Medef réclame depuis longtemps ce renforcement du contrôle des chômeurs", et "le gouvernement avait un temps inscrit dans son projet de loi les conditions conduisant à la réduction ou à la suppression des allocations chômage", écrit le quotidien. Mais devant l'hostilité des syndicats, le gouvernement "avait reculé, renvoyant les critères d'application du contrôle de la recherche d'emploi à un décret en Conseil d'Etat". "C'est dire si ce texte réglementaire, dont l'économie générale est aujourd'hui arrêtée, est attendu", ajoute-t-il.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 21 Avril 2005 00:41 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2005-04-21 03:06 L'Unedic et l'ANPE doivent signer d'ici l'été avec l'Etat une convention qui devrait répondre à la question du contrôle des chômeurs. "Nous avons encore trop en France une culture d'assistance", estime Jean-Pierre Revoil (directeur général de l'Unedic) à ce sujet. "Il faut habituer les Français à être beaucoup plus réactifs. Quand on regarde comment les personnes privées d'emploi vivent les premiers mois de chômage, on constate une forte passivité (…) Si le chômeur refuse la démarche de recherche et d'accompagnement vers l'emploi, alors qu'il est indemnisé, il y a un problème, Il faut trouver des moyens de pression, voire de contrôle, et même dans certains cas avérés, de sanction", a-t-il estimé dans un entretien accordé à La Tribune. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # galere77 2005-05-03 20:12 si je ne trouves pas de travail, à mon avis, ce n'est pas de ma faute.
si j'ai 53 ans, non plus.
si on ne répond pas à mes courriers, ce n'est pas de ma faute.
si on me répond que l'emploi est déjà pourvu (mon oeil !), ce n'est pas de ma faute
si il n'y a pas de travail, ce n'est pas de ma faute.

surtout que depuis peu, le sud seine et marnais, deviens de plus en plus sinistré.

c'est indécent, de vouloir mettre en cause la responsabilité du chomeur.

et de vouloir les sanctionner.

en tout cas, veillons bien, si ils veulent stopper nos indemnités, à ce que ce soit fait dans les régles.

ils doivent, en tout cas, envoyer un courrier recommandé AVANT la date prévue pour la cessation de paiement des indemnités.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # E_r_i_c 2005-04-21 09:40 Bonjour,

Pitoyable, c'est ce qui définit le mieux ce gouvernement.
"Il faut habituer les Français à être beaucoup plus réactifs. Quand on regarde comment les personnes privées d'emploi vivent les premiers mois de chômage, on constate une forte passivité (…)"
Une fois de plus on manipule l'esprit des Français avec le cliché du chômeur fainéant et seul responsable de sa situation.
J'ai moi même envoyé plus de 200 candidatures sur l'année 2004, suivit une formation pour tenter de me reclasser professionnelle ment suite à un accident qui m'a laissé un handicap.
Quand je lis de telle stupidité, c'est un sentiment d'écoeurement que j'éprouve.
La définition d'être "assez réactif" ?
Mais c'est être mort, voyons, pour faire baisser les chiffres du chômage.
Alors chômeurs, n'hésitez pas, soyez réactif, suicidez vous pour faire baisser les chiffres du chômage.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # shackleton 2005-04-23 00:01 Renforcer le contrôle des chömeurs, moi, je veux bien, des preuves de recherche d'emploi, j'en ai tout un classeur.

A quand un contrôle réel de ce que fait l'ANPE pour les demandeurs d'emploi ? Après tout, comme il faut "arracher" les renseignements aux conseillers - qui se contredisent souvent les uns les autres, d'ailleurs, il va bien falloir un jour contrôler ce que fait réellement l'ANPE pour les demandeurs d'emploi…

A quand une évaluation réelle des "bénéfices" des prestations ANPE ? Ben oui, des sommes folles sont englouties dans des BCA, des EMT, des OEG, des OEI… Sans que jamais le DE ne soit informé du taux de réussite desdites "prestations".

A quand une évaluation des agences ANPE, et surtout une mise en concurrence ? en oui, le DE, informé des compétences de telle ou telle agence, aurait ainsi la possibilité de s'inscrire à la plus compétente.

Tout ceci avec publication officielle des résultats, bien sûr !!!

Rien que pour le dernier critère, certaines agences ont du souci à se faire. Et je sais de quoi je parle…

Ah bon, il y a ne démarche qualité, me dit Antoine. Je le crois volontiers, mais au final, ça sert à quoi exactement ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-04-23 03:58 Dear Shackleton,
STP n'attaque pas Antoine : je ne le connais pas personnellement , mais il a le courage de venir nous répondre après ses heures de boulot. Si tu bossais à l'ANPE, le ferais-tu sur Actuchomage alors que tu aurais ton petit boulot et ton salaire tranquille ?

Nous avons tous des preuves accablantes d'intensive recherche d'emploi.
Nous sommes de bonne foi, et Antoine aussi.

Renforcer le contrôle des chômeurs est une tactique comme une autre pour pallier à l'échec (volontaire) d'une politique économique : l'ultralibéralism e préfère faire la guerre aux chômeurs que la guerre au chômage, on le sait bien. Le chômage, ils adorent : ça leur rapporte.
Ne nous trompons pas d'ennemis !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # shackleton 2005-04-25 15:23 Je n'ai rien contre Antoine, bien au contraire, je trouve super qu'il prenne le temps de répondre aux questions des DE. Mais justement, pourquoi est-ce llui qui m'informe de la démarche qualité" de l'ANPE et pas l'ANPE de façon officielle ?

Quant à bosser à l'ANPE, merci bien, mais ce que j'ai vu des agents ANPE en poste m'en a dissuadée, à croire que les plus motivés sont systématiquemen t mis de côté…

Tiens, une idée comme ça, pourquoi ne pas obliger les ANPE à accepter d'envoyer nos candidatures à leurs frais, ce qui 1. permettrait de contrôler en les listant les recherches d'emploi effectives et 2. de faire des économies de timbres pour les DE ?

Superuser, que penses-tu du fait que l'agence ANPE dont je dépends me renvoie à un conseiller individuel d'une agence sise au sud de Strasbourg, que c'est inscrit dans mon historique mais que ladite agence du sud de Strasbourg (pour mémoire : 45 minutes à une heure de transport même pas direct) est incapable de me nommer un conseiller individuel parce qu'elle igniore tut de cette mesure ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-04-23 04:16 Un message à la rédaction de C. LEMOUEL, 22-04-2005 15:24 :

Pour rebondir sur votre article, sachez que l'opération d'intimidation a déjà commencé dans la région Rhône-Alpes et qu'aujourd'hui entre midi et 14h, nous étions plusieurs personnes à l'ANPE ayant reçu la même lettre lancée par "L'OPERATION 136 heures", selon le conseiller présent. Le courrier informe la personne inscrite à l'ANPE de sa cessation d'inscription au 1er du mois suivant car elle a déclaré plus de 136h et ne peut plus être inscrite comme demandeur d'emploi et par conséquent ne plus bénéficier du complément d'allocation des assédic, accordé aux personnes entrant dans ce cas et dont le salaire < 70% du salaire antérieur. Or, dans mon cas, mes déclarations étaient bien sur 136h depuis le début de mon CDD à temps partiel (justifiés par fiche de salaire et contrat de travail).

Le conseiller réétudie tous les dossiers et décide du maintien ou non de l'inscription à l'Anpe. Puis, il m'a informé que je recevrai cette lettre tous les mois, que je devrai prendre contact avec l'ANPE pour poursuivre le maintien mois après mois !!!

Bon courage à tout le monde… au moins ça donnera un surcroit de travail aux salariés de l'ANPE qui créera peut-être de nouveaux postes !
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...