Actu Chômage

mercredi
16 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Embauches : Borloo en appelle au "patriotisme" des entreprises

Embauches : Borloo en appelle au "patriotisme" des entreprises

Envoyer Imprimer
Notre ministre de la Cohésion sociale Jean-Louis Borloo a demandé ce matin sur LCI aux patrons français de "recruter d'urgence les jeunes de 16-24 ans" car la "pyramide des âges" et "le patriotisme des entreprises l'exigent".

Hier à Colmar, Ernest-Antoine Seillière, président du Medef, avait lancé un appel au gouvernement : "Nous souhaitons tous qu'au moment où, hélas, le chômage est en hausse, le gouvernement réfléchisse à l'urgence et la nécessité d'adapter le code du travail, de rendre les règles moins contraignantes, pour qu'on puisse plus facilement embaucher"...

"Les entrepreneurs français ont besoin des jeunes apprentis. On (le gouvernement) a fait nous notre boulot : une exonération de 1.600 euros par an pour un jeune pris", a répondu Jean-Louis Borloo sur LCI. "Je redemande instamment aux entrepreneurs français de recruter d'urgence en contrat de professionnalisation ou en apprentissage ces jeunes de 16-24 ans, la pyramide des âges des entreprises l'exige mais le patriotisme des entreprises du territoire national l'exige également", a ajouté le ministre qui avait déjà invoqué "le patriotisme d'entreprise" début septembre 2004.

Faire appel à la "citoyenneté" et au "patriotisme" des entreprises, en voilà une bonne idée ! Mais où est la réelle volonté politique, celle qui consiste à faire appliquer les lois et à sanctionner les contrevenants ? Penser à nos jeunes qui sont au chômage, oui : mais tous les autres ? Et les jeunes Bac+... au RMI ? Et les discriminations illégales que subissent ouvertement les + de 40 ans, et tous ceux dont les origines où la couleur de peau les exclut ?
Et pourquoi ne pas exiger des entreprises qu'elles investissent davantage en France ?

À nouveau interrogé sur la promesse de Jean-Pierre Raffarin d'une baisse du chômage de 10% en 2005, Jean-Louis Borloo s'est "rattrappé" en faisant valoir que le plan de cohésion sociale "produira des effets très fortement en 2006 et qu'on pourra alors aller, fin 2006, plus loin même que la demande de Jean-Pierre Raffarin". D'ici là, vogue la galère.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 01 Avril 2005 17:06 )  

Commentaires 

 
0 # Pataquès 2005-04-01 16:22 Le "patriotisme" des entreprises on connaît !

20% (au bas mot) des annonces sont illégales puisqu'elles discriminent généralement les + de 40 ans… ET LES MOINS DE 25 ANS.

Pourtant, les articles du Code du pénal et du Code du travail prévoient des sanctions LOURDES pour discrimination à l'embauche sur des critères d'âge.

QUE MESSIEURS BORLOO ET LARCHER (ministre délégué aux Relations du travail) FASSENT APPLIQUER LA LOI !!!

POUR COMMENCER…

Raisonner les entreprises ("patriotisme", "citoyenneté"), c'est "pisser" dans un violon !

Tout comme raisonner les chauffards et les alcoolos, leur rappeler pendant des années et des années qu'il ne faut pas rouler trop vite - et en état d'ébriété - n'a jamais fait reculer la délinquance routière !!!

Les radars automatiques existent : Code du travail + Code pénal + Justice + Sanctions financières + Condamnations !!!

Les belles paroles de Monsieur Borloo n'ont qu'un objectif : Faire croire qu'il fait quelque chose.

Monsieur Borloo, abstenez-vous de vos BELLES PAROLES et passer à l'acte !!!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # gérard 2005-04-01 16:30 "Le discours politique est destiné à donner aux mensonges l'accent de la vérité, à rendre le meurtre respectable et à donner l'apparence de la solidarité à un simple courant d'air." George ORWELL Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # michael 2005-04-01 21:04 Pour illustrer cette info, deux réflexions d'Andy BICHLBAUM et Mike BONANNO, quadras américains altermondialist es, activistes et spécialistes du canular informatique, dont le livre "The Yes Men, Comment démasquer - en s'amusant un peu - l'imposture néolibérale" sort la semaine prochaine en France :

Pour répondre aux propos du Baron Seillière jeudi à Colmar :
"Quand les statistiques démontrent que le libéralisme ne marche pas, ses défenseurs sont là pour dire qu'il n'est pas appliqué assez fort. Comme si un médecin fanatique des saignées justifiait la mort de son patient en disant qu'il n'en a pas subi assez !"

Pour répondre à l'appel de Borloo quant au "patriotisme" des entreprises :
"Le concept de citoyenneté de l'entreprise n'existe pas. Un citoyen ne tue pas 20.000 personnes d'un coup sans être puni." (à propos de la catastrophe de Bhopal, en Inde, due à la citoyenne et patriote négligence de l'avide multinationale Dow Chemical)

Et si le Pape se meurt, les yeux - larmoyants - du monde catholique tournés vers Rome, combien d'yeux en pleurs posés sur les victimes du libéralisme qui crèvent dans nos rues ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-04-04 18:19 Une autre solution pour les jeunes qui ne souhaitent pas devenir apprentis : l'armée de terre !!!

L'armée de Terre s'expose dans le Val-de-Marne pour recruter
04/04 (AFP) 12:19
Une centaine de militaires de l'armée de Terre accueilleront le public avec de nombreux matériels mardi, mercredi et jeudi à Orly (Val-de-Marne), avec l'intention de recruter 2.000 jeunes de tous niveaux en Ile-de-France en 2005, selon un communiqué de la préfecture du Val-de-Marne.

2.500 lycéens et collégiens découvriront, au gymnase-Robert Desnos, des régiments de transmissions, d'hélicoptères de combat, du génie, de renseignement ou de logistique, parmi quelque 400 métiers militaires possibles.
Le matériel appartient à 14 unités de l'armée de Terre provenant de toute la France : hélicoptère Gazelle, engins du génie militaire, véhicules de transports logistiques…

Premier recruteur de France, l'armée de Terre recrute chaque année plus de 15.000 hommes et femmes de tous niveaux scolaires (du brevet à bac + 5) et propose une insertion professionnelle à près de 2.000 jeunes sans qualification, selon ce communiqué.

Le gouverneur militaire de Paris, le préfet du Val-de-Marne et le recteur de Créteil visiteront le site mercredi à 15h30.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-04-05 20:32 04/04 (AFP) 19:50
Le premier secrétaire du PS François Hollande et le président de l'UMP Nicolas Sarkozy se sont vivement opposés sur les responsabilités dans le niveau du chômage en France, au cours du "grand débat RTL-Le Monde".

"Vous êtes comptables" du bilan de l'économie française depuis 2002, marqué par "la faiblesse de la croissance, le retour au déficit du commerce extérieur pour la première fois depuis 10 ans, le record historique de la dette publique" qui "est passée à 64% de la richesse nationale", a souligné François Hollande.

"Vous vous moquez du monde, vous avez planté l'économie française avec cette loi (celle des 35 heures, NDLR) qui n'a existé nulle part ailleurs (…). En 2002, la situation était si mauvaise que Lionel Jospin avait fixé comme objectif qu'il n'y ait plus aucun SDF", a répondu Nicolas Sarkozy.
"Je vous accuse d'avoir démobilisé les gens face au travail, nous croulons sous des dépenses d'une rigidité effrayante", a ajouté l'ancien ministre.

François Hollande a reproché à M. Sarkozy de n'être "jamais responsable". "C'est vous qui avez mis ce pays en panne, vous avez détruit tout ce qui a été mis en place (par la gauche, NDLR) et il y a aujourd'hui plus de chômeurs, plus d'inégalités", a-t-il ajouté.

M. Sarkozy a estimé en substance que tant la droite que la gauche avaient échoué en matière d'emploi. "Ca fait 25 ans que la France vit avec ce cancer d'un chômage grosso modo deux fois plus élevé que la moyenne de nos partenaires". Quant aux RMistes, "aucun gouvernement n'a pu les sortir de la panade dans laquelle ils se trouvaient", a ajouté le président de l'UMP.

M. Hollande a contesté cette analyse : "Je ne suis pas dans le pareil au même, dans l'indifférenciati on politique. Cette confusion des genres fait un mal terrible à la démocratie". En matière de lutte contre le chômage, "ça marche pour ce qui est de la gauche", le taux de chômage étant passé sous le gouvernement Jospin "de 12,5% de la population active à 8,7%".

Selon M. Sarkozy, "avec nos recettes traditionnelles , il n'y a aucune chance que nous résolvions le problème du chômage de manière structurelle". "Il faut faire autre chose", a-t-il dit, en rappelant ses récentes propositions: exonérer les heures supplémentaires de cotisations sociales, ce qui permettra de "travailler plus pour gagner plus", et augmenter les fonctionnaires "grâce aux économies qu'on fait sur le non-remplacement des départs à la retraite".


Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2005-04-06 17:30 Le Monde du 6/04/05

Une semaine après la publication, le 31 mars, des chiffres du chômage (10,1% des actifs), l'emploi devait faire l'objet d'une communication du ministre de la Cohésion sociale, Jean-Louis Borloo, mercredi 6 avril, en conseil des ministres, et d'un séminaire gouvernemental, jeudi. A cette occasion, Jean-Pierre Raffarin devait demander à chacun de ses ministres de se mobiliser en faveur du plan Borloo, dont les premières mesures commencent à entrer en application.
La nomination de Christian Charpy, conseiller social du premier ministre, au poste de directeur général de l'Agence nationale pour l'emploi (ANPE) - en remplacement de Michel Bernard qui va partir à la retraite - devait être également annoncée, mercredi, en conseil des ministres.
Moins de deux mois avant le référendum du 29 mai sur le traité constitutionnel européen, l'état du marché du travail constitue un problème pour M. Raffarin, au plus bas dans les sondages. Le chef du gouvernement s'est, pourtant, dit confiant dans une amélioration significative de la situation au second semestre 2005, mais sans reprendre sa promesse d'une baisse de 10 % des chômeurs.
A l'intention des moins de 25 ans, qui restent les premières victimes du chômage, M. Borloo devait annoncer la mise en place, le 11 avril, des premières "plates-formes de vocation" et le lancement, le 13 avril, de la campagne en faveur de l'apprentissage, qui bénéficiera de relais régionaux.
Aux voix qui s'interrogent, au sein de la majorité, et notamment à l'UMP, sur le temps nécessaire à l'application de son plan, M. Borloo devait faire valoir, mercredi, que l'entrée en vigueur des différentes mesures se déroulait conformément au calendrier prévu. Et qu'elle avait nécessité la publication - un record - de "52 décrets en huit semaines".
"Les contrats d'avenir se mettent en place. Par ailleurs, j'ai signé, mardi 5 avril, une convention sur la rénovation urbaine avec le conseil régional Nord - Pas-de-Calais. Quant aux maisons de l'emploi - sur lesquelles le bureau de l'Unedic vient de délibérer - elles vont pouvoir voir le jour", a indiqué au Monde, M. Borloo.
Le ministre a fait aussi remarquer que le contrat d'avenir ne devait pas se substituer à d'autres dispositifs existants et que "l'enveloppe prévue pour les contrats emploi solidarité (CES) est maintenue". "Le plan de cohésion sociale a vocation à s'attaquer aux difficultés structurelles de l'emploi", a poursuivi M. Borloo, qui n'en attend pas d'"effets mécaniques" avant le second semestre 2005.

Source : Le Monde du 6/04/05
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...