Actu Chômage

mercredi
17 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse 2004, "une année noire" pour le Medef

2004, "une année noire" pour le Medef

Envoyer Imprimer
Un hasard plein de symboles ! Le Medef réunit son assemblée générale mardi prochain, le jour même où l'Assemblée nationale reprend ses travaux et trouve sur son bureau la proposition de loi sur les 35 heures. Les chefs d'entreprise et le Medef qui, depuis 1997, ont bataillé contre les lois Aubry, veulent y voir un signal fort. 2005 devrait effacer 2004 qu'ils ont vécue comme une année noire pour l'entreprise.

Depuis le retour de la droite au pouvoir en 2002, ils n'ont cessé d'osciller entre doute et amertume, impatience et colère. En 2003, après la réforme des retraites, ils avaient fini par prendre leur parti de la méthode Raffarin –«réformer sans bloquer». Même si ce n'était pas la leur, même s'ils pensaient qu'il eût fallu aller plus vite et plus fort, ils s'étaient juré de ne plus critiquer la méthode.
Patatras : trop de «ratages» et de déconvenues en 2004 ont eu raison de ces bonnes intentions. L'année avait pourtant bien commencé, avec la suspension surprise décrétée par Jacques Chirac de la taxe professionnelle sur les nouveaux investissements. Mais ensuite, que de déconvenues ! La réforme de l'ASS décidée par le gouvernement puis annulée, les recalculés et les intermittents – ce qui a donné le sentiment aux partenaires sociaux qui gèrent l'Unedic qu'ils avaient «mal travaillé» –, le pas de deux sur l'étalement de la hausse du smic et le coup de canif aux baisses de charges inscrites dans la loi Fillon... Et pour clore le tout, l'aller-retour express sur la définition du licenciement : il a suffi que les syndicats froncent les sourcils pour que le texte ne fasse plus référence à la «sauvegarde de l'entreprise». Unanimes comme ils le sont rarement, les chefs d'entreprise ont été exaspérés par cette «peur des mots symboles».

On croyait la confiance définitivement rompue. En tournant la page des 35 heures, sans toucher à la durée légale, mais par la négociation, en remettant la balle dans le camp des branches et des entreprises, Jean-Pierre Raffarin a effacé ces mois de doute et de colère. Jusqu'au prochain accident ? Le 18 janvier, en tout cas, ce sont des chefs d'entreprise vigilants mais ragaillardis qui se rassembleront au Zénith, à Paris. Pas d'invité de marque à cette assemblée générale que le Medef a voulu «très terrain». Une vingtaine de chefs d'entreprise y témoigneront de leur espoir et de leurs «valeurs». Mais pas question de larmoyer ! C'est un climat «tonique» que le Medef veut afficher, pour entraîner la société française. Le message adressé mardi dernier par Ernest-Antoine Seillière en présentant le traditionnel «Cartes sur table» se veut sans ambiguïté : «la France peut s'en sortir» pour peu qu'elle traque «sans tabou» ses faiblesses, et qu'elle se tourne vers l'avenir en capitalisant sur ses forces.
Qui eut parié sur un tel virage à l'automne dernier ? Seillière qui entame sa dernière année de présidence après deux mandats de cinq et trois ans, comme l'y autorisent les statuts, veut que sa dernière assemblée générale témoigne de la «fierté d'entreprendre». C'était déjà son ambition quand en 1998, il a transformé le vieux CNPF en Medef. Et c'est l'héritage qu'il veut léguer.

(Source : www.lefigaro.fr)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 17 Janvier 2005 16:30 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...