Actu Chômage

vendredi
20 janvier
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités L'atomisation des Chômeurs et Précaires est un handicap majeur !

L'atomisation des Chômeurs et Précaires est un handicap majeur !

Envoyer Imprimer
À l'occasion du forum "Un revenu et des droits pour exister" organisé par AC !, l'essoufflement des mobilisations a été évoqué. Le sentiment de Catherine Lebrun de Solidaires.

La mouvance militante en faveur des droits des Chômeurs et Précaires est fragilisée par son atomisation.

Une dispersion qu'Actuchomage déplore depuis sa création en 2004.


Si les principales associations (CIP - Coordination des Intermittents et Précaires, MNCP - Mouvement National des Chômeurs et Précaires, AC ! - Agir ensemble contre le Chômage, CGT Chômeurs Rebelles, APEIS - Association pour l'Emploi, l'Information et la Solidarité, Recours Radiation…) travaillent souvent de concert sur les grands dossiers du moment, cet éclatement réduit leur visibilité, leurs moyens de se faire entendre et d'agir.

Lors du forum organisé par AC ! les 25 et 26 octobre, Catherine Lebrun (Solidaires) a pointé du doigt ce handicap majeur qui fragilise toute tentative de mobilisation et d'intervention dans le débat.

Il est en effet paradoxal que, dans un pays qui compte 6 millions d'inscrits à Pôle Emploi, les associations engagées auprès des Chômeurs et Précaires soient autant marginalisées.

Certes, le pouvoir politique et les organisations patronales et syndicales ne cherchent pas à les intégrer aux grands rendez-vous (Conférence sociale, négociations Unédic…), mais peut-ont apparaître crédible et représentatif quand on avance en ordre dispersé ?

Telle est la question que soulève Catherine Lebrun.

Actuchomage.org

• Visionnez sa courte intervention


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 30 Octobre 2015 12:41 )  

Commentaires 

 
0 # Artho 2015-10-29 19:44 Quand j'étais ado, amoureux et un peu bête je l'avoue, je jouais avec celle qui était à l'époque ma petite amie à : ''Si tu m'aimes vraiment, alors fais ci ou ça''. Le plus souvent je lui demandais de crier en public, devant de parfaits inconnus, ''Je t'aiiiiiime !''. D'ailleurs, moi-même aussi, je devais à mon tour, parfois, me plier à cette impressionnante démonstration.
Ben voilà qui est tout trouvé. Si vous êtes tous et toutes (chômeurs, assos, syndicat et autres) contre la précarité, unissons-nous à l'occasion d'une grande manif et travaillons de concert ensemble a défendre coûte que coûte le Revenu de base inconditionnel. Hep, hep, hep, ne me parle pas de : ''C'est que pour le financer, machin truc, tu comprends etc, etc…''; c'est du pipeau tout ça. Non d'une pipe, tu m'aimes ou tu ne m'aimes pas ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-10-29 20:27 Le revenu inconditionnel ou revenu de base ou salaire à vie… ne fait pas l'unanimité des différentes chapelles qui travaillent sur cette question, loin s'en faut. Il existe des nuances, parfois même des fossés.

Ce "revenu" ou "salaire" est toujours en débat dans un microcosme d'initiés qui peine à s'élargir. C'est donc un sujet trop complexe pour mobiliser massivement.

On peut considérer que 97% de la population n'en ont jamais entendu parler. Et 0,2% en maîtrisent les contours. J'estime ces chiffres plutôt "optimistes", c'est dire !

On part de loin, de très loin, avec des porteurs de projet qui ne sont pas tous d'accord entre eux.

Il s'agit donc d'une revendication trop distante des réalités du moment. Les réflexions de Mathieu Grégoire (et de la CIP - Coordination des Intermittents et Précaires) m'apparaissent plus fédératrices dans l'immédiat : Revaloriser les rémunérations des salariés précaires et renforcer leur protection chômage.

Depuis 1996, le nombre de chômeurs inscrits en catégories B et C (donc en activité réduite) a augmenté de 270%, contre 17% en catégorie A. Un accroissement vertigineux de la précarité dont font les frais - finalement, paradoxalement - les salariés les plus flexibles, qui s'adaptent - contraints et forcés le plus souvent - aux exigences du patronat. Il y a là un vrai dysfonctionneme nt, une vraie injustice.

Hélas, il ne suffit pas de crier "Je t'aime" pour être entendu… et aimé en retour. ;-))
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Artho 2015-10-29 20:50 Ce n'est pas tant de dire ou crier ''je t'aime'' qui constitue la démonstration qu'on aime (qu'on veut réellement défendre les précaires et l'idée de fédérer pour peser). C'est le dire ou le crier en public composé d'inconnus qu'est fournir la preuve.
Il n'est pas dit, si tu m'aimes tu peux, si tu veux, crier je t'aime. Il est dit, si tu cries ''Je t'aime'', alors c'est la preuve que tu m'aimes réellement. Donc, à défaut du Rdb, sur la question des revalorisations , tels chômeurs, telles assos, tels syndicats, en principe, devraient dire ok pour fédérer.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-10-29 21:42 Les métaphores complexifient le débat, le diluent, le brouillent… ainsi que les commentaires. Faisons simple SVP. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Artho 2015-10-30 09:52 Ce que je veux dire c'est que : associations, syndicats, chômeurs peuvent être noyautés et corrompus (exemple: l'affaire des caisses noires de l'IUMM) surtout lorsqu'ils répondent par la négative à l'appel à fédérer (ne serait-ce qu'à l'occasion d'une manif ou encore, sur une revendication précise), proposition que vous pourriez lancer sur la toile (YouTube) et voir ainsi leur réaction (souvent, les prétendus frères se débinent). Car d'après moi, entre autres démarches que celles et ceux qui parient sur se fédérer pour peser ont, c'est de montrer l'hypocrisie d'untel qui se dit son frère mais, dans la réalité et parce que celui-ci joue la montre, n'est pas réellement un frère. Cela dit, vous pouvez aussi continuer de croire que tous ceux qui se disent vos frères sont vos frères et attendre, attendre, attendre encore qu'ils veuillent bien bouger avec vous mais en vain. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-10-30 10:48 Il ne faut pas être parano !

Les associations et collectifs de chômeurs/précaires sont toutes de micro-structures qui réunissent quelques poignées de militants, comme nous le sommes nous-mêmes.

Il n'y a rien à gagner dans la mouvance chômeurs/précaires… que des mauvais coups. Les budgets, subventions, adhésions… sont dérisoires. Ils permettent d'entretenir un petit local au fond d'une cour… dans le meilleur des cas. Dans le nôtre, par exemple, nous n'avons même pas les moyens de disposer d'une permanence physique. C'est dire !

Nous sommes loin, très loin, de Médecins du Monde, de MSF, ou de la Fondation Abbé Pierre ou de Sidaction.

Il est d'ailleurs assez remarquable que des structures (les associations et collectifs de chômeurs/précaires) aussi "marginales", limitées dans leurs moyens, arrivent parfois à obtenir une tribune nationale, comme ce fut le cas lors de l'affaire des Recalculés (2003/2004) ou, dernièrement, pour l'annulation de la Convention d'assurance-chômage. Mais dans ces deux exemples, elles étaient soutenues par la CGT (quand même !).

Pour résumer : l'atomisation des associations et collectifs de chômeurs/précaires s'inscrit dans une longue (et pénalisante) "tradition" à la Gauche de la Gauche : les chapelles idéologiques, de celles qui participent à l'éparpillement politique entre PC, FDG, NPA, LO… et autres groupuscules.

Disons que la mouvance militante chômeurs/précaires n'a pas su évoluer depuis 20 ans. Cela est avant tout lié au fait que ses animateurs ont pour beaucoup 50 ans et plus (j'en fais partie).

On observe pareil phénomène (à moindre échelle cependant) dans les syndicats.

La raison pour laquelle la CIP (Coordination des Intermittents et Précaires) est actuellement la plus active, est que ses activistes et "leaders" sont plus jeunes. Mais, elle aussi, connaît des difficultés à mobiliser.

Les organisations historiques de chômeurs sont lourdement pénalisées par l'absence de renouvellement de leurs militants. Les jeunes générations n'adhèrent pas à des modes d'action qui datent : manif', occupations symboliques…

Il est à craindre que la mouvance militante chômeurs/précaires ne s'éteigne avec la génération qui l'a porte depuis les années 90. Reste que sur le terrain, localement, quelques associations sont toujours très actives. Pour combien de temps encore ?

Pour conclure : les militants en faveur de la défense des Droits des chômeurs et précaires sont en voie de disparition. Le problème est qu'aujourd'hui personne ne veut reprendre le flambeau.

Ce n'est vraiment pas une bonne nouvelle ! Après tout on s'en fout. Nous, dans 10 ans, on sera à la retraite (pour finir sur une note d'humour… noir).
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Artho 2015-10-30 12:38 Multi-citer Yves:
Après tout on s'en fout. Nous, dans 10 ans, on sera à la retraite…

Humour ou pas, il y a dans ton propos un relent de sentiment de dégoût qui peut se comprendre mais auquel je ne m'attendais pas de ta part vu l'impression que tu m'as donnée dans des commentaires passés. Plutôt paradoxal par ailleurs lorsque dans le même temps tu condamnes, avec raison mais quand même, d'autres de ne pas bouger. Egalement, je suis surpris, à défaut que tu ne sois parano - encore qu'entre nous, souvent, ça sauve de l'être un peu (dans le bon sens) - que tu sois aussi concilient avec ''tes frères'' quand de toute évidence, même si la thèse du noyautage n'est pas vérifiable, l'ennemi cherche forcément à torpiller. Pire, tu n'évoques même pas que l'appel à fédérer pourrait possiblement mieux aiguiller quant à ses véritables partenaires dans ce cadre-là. Eh bé, on en apprend tous les jours sur nous-mêmes et nos volontés, dit-on, de nous battre, très, très relatives apparemment !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-10-30 13:19 Il n'y a pas de dégoût, juste un constat tiré par… un observateur averti… ma petite personne. ;-) Et bien placé aussi pour en parler, avec Actuchomage qui existe depuis 12 ans, qui a mis en ligne près de 3.000 articles, des dizaines de vidéos… qui a recueilli 300.000 commentaires et interventions sur forums (au bas mot).

Dégoût ? Alors que ça fait 5 jours que je bosse à plein temps pour restituer le contenu d'un forum qui s'est déroulé le week-end dernier ?

Qui puis-je si Chômeurs et Précaires ne veulent pas s'investir dans une cause commune. On en compte 6 millions (au bas mot). À peine 0,01% rejoignent (temporairement ) les organisations qui se battent pour leurs Droits.

L'appel à fédérer a déjà été lancé ici à maintes reprises. Ça a pris beaucoup de temps, d'énergie… pour une absence totale de résultat. Donc, forcément, ça lasse !

Quant à ta leçon "volonté de se battre, très, très relative apparemment", j'aimerais que tu nous expliques dans le détail et par l'exemple ce que tu entreprends de ton côté ?

Visiblement, tu en fais plus que moi. Alors prends ma place, ce sera avec plaisir que je te remettrai les clés de la maison APNÉE/Actuchomage. Je commence à me faire vieux ! ;-)

Mais attention, c'est du boulot (beaucoup) et des responsabilités aussi (notamment juridiques). Faut assumer !

Pour m'écrire : contact@actucho mage.org

PS : Les Yaka Faukon (pour "il n'y a qu'à faire ceci, faut faire cela") sont légion. Les vrais militants (bosseurs, investis, courageux) sont rares. De quel bord es-tu ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Artho 2015-10-30 13:31 Je répondrai tantôt à tout ça !
Pour le moment, mieux que part courriel, je te propose qu'on discute au téléphone.

Je te laisse un MP.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-10-30 15:55 Mais j'attends néanmoins quelques éclaircissement s sur tes engagements passés, présents et futurs pour avoir une (petite) idée de qui j'ai affaire.

Tu comprendras qu'avec - en moyenne - entre 15 et 20 contacts directs ou indirects par jour (par téléphone, mails, messages perso sur forums…), ma dispo est réduite. Je me concentre sur l'essentiel.

Je rappelle que je suis bénévole et que j'ai d'autres obligations.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Artho 2015-10-30 19:04 Mes critiques te déplaisent; ok ! Mais tenir réunions, y inviter tous ceux qui veulent PARTICIPER et faire passer le micro, n'est-il pas afin de faire exister la formule consacrée ''C'est la critique qui fait avancer les choses'' ? Donc, ma foi, si ''les Yaka faukon'', autre formule consacrée, sont ceux qui te dérangent. Avertis qu'aucune critique ne sera tolérée. Mieux, enjoins moi de me taire. Qui je suis ? Oh, juste un chômeur de 45 ans remonté contre le système et les abus. Un pauvre type qui visiblement n'est qu'un idiot pour avoir cru qu'il pouvait critiquer et suggérer au lieu de se porter bénévole du directoire de quelque organisation, là où il se gargariserait de toutes son action, acquiescerait qu'il y a bien défaut de fédération ou encore, dirait, sur le ton de la plaisanterie bien sûr, qu'il s'en fout, dans dix ans (ou plus), il sera à la retraite. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-10-30 20:15 Les critiques sont tolérées et bienvenues. Forcément, celles qui apparaissent pour le moins injustes, comme ce "volonté de se battre, très, très relative apparemment", ne peuvent que susciter une réaction un peu vive.

Comme tu es enregistré depuis peu sur le site, je me suis permis de remettre quelques pendules à l'heure, t'expliquer des choses (relis attentivement mes interventions) et te préciser qu'Actuchomage a été créé justement dans le but de fédérer (en quelque sorte) la mouvance chômeurs/précaires, en annonçant, soutenant, participant et relayant… les principales mobilisations de ces 12 dernières années. Pour te dire qu'on connaît bien le sujet, qu'on y a passé beaucoup de temps et y avons consacré tout autant d'énergie.

Il revient aux chômeurs/précaires de prendre en main leur destin en s'impliquant. Si c'est pour dire "Yaka Faukon" (il n'y a qu'à faire ceci, faut faire cela - je le rappelle), c'est à la portée du premier venu.

Quant à se gargariser de mon action, j'en suis bien loin. J'ai à mon actif des réalisations plus "valorisantes" que mon engagement militant, crois-moi. Une chose est sûre en revanche, j'en connais les limites pour les avoir souvent atteintes.

J'accepte les critiques, les suggestions, les récriminations venant de gens qui connaissent le sujet, s'y investissent et sont prêts à se retrousser les manches pour porter un dossier.

Si c'est pour me demander d'accroître encore mon propre investissement, là je dis : "T'es bien gentil mais je remplis déjà ma part de boulot !"

Il s'avère que dans ce registre j'ai aussi pas mal d'expérience. Dès qu'on demande aux Yaka Faukon de bosser pour de bon, là ils se débinent. C'est systématique. J'en ai fréquenté des dizaines.

APNÉE/Actuchomage est une association. À ce titre, tout adhérent à jour de ses cotisations peut initier des démarches en son nom (pour autant qu'elle soit préalablement validée).

Si quelqu'un veut s'investir sur le dossier "fédérer la mouvance militante chômeurs/précaires", il n'y a AUCUN problème. Mais ce n'est pas moi qui vais m'y coller. J'ai déjà donné, redonné, re-redonné. ;-)

PS : Je te fais remarquer qu'Actuchomage "fédère" déjà la mouvance militante. Nous sommes les seuls à consacrer une telle couverture au dernier forum qui a réuni : AC !, l'APEIS, le MNCP, Recours Radiations, la CIP, Réseau Salariat, Solidaires, SNU-FSU Pôle Emploi… et tous ceux que j'oublie.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Artho 2015-10-30 20:23 Message reçu clair et net ! Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous inspirent le Brexit et l'élection de Donald Trump ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...