Actu Chômage

vendredi
20 janvier
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Réinventons l'emploi, le revenu et l'assurance-chômage

Réinventons l'emploi, le revenu et l'assurance-chômage

Envoyer Imprimer
Les 25 et 26 octobre 2015, AC ! - Agir ensemble contre le Chômage - organisait le forum "Un revenu et des droits pour exister". Quelques temps forts.

Ce rendez-vous militant a donné lieu à d'instructives interventions. Actuchomage les partage en vidéo.

Ouvrons les échanges par l'intervention de Mathieu Grégoire, enseignant-chercheur, qui estime que le retour au plein emploi est une promesse de marchand de sable.

L'augmentation du nombre d'inscrits dans les catégories B et C de Pôle Emploi, en activité réduite donc (+270% depuis 1996), devrait conduire les partenaires sociaux à repenser entièrement le régime d'assurance-chômage.

Mathieu Grégoire estime que la précarité doit être indemnisée à sa juste valeur. Pour lui, un précaire est une personne qui, volontaire ou contrainte, s'adapte aux exigences des entreprises. À ce titre, il doit bénéficier d'un salaire revalorisé et d'une protection chômage renforcée.

Il insiste sur plusieurs aspects :

• Insuffler un élan de démocratie sociale à l'Unédic (qui gère l'assurance-chômage), actuellement placée sous la coupe du Medef.

• La modulation des cotisations (en fonction de la nature des contrats de travail CDI ou CDD) est, pour lui, une fausse bonne idée. Il nous explique pourquoi.

• L'assurance-chômage et le RSA représentent un budget de 40 milliards d'euros, à comparer aux 450 milliards de la Sécurité sociale. Mathieu Grégoire estime donc qu'il existe des marges de manœuvre pour renforcer l'indemnisation des privés d'emploi et de ceux en activité réduite.

En savoir plus dans la première vidéo (en bas de page).

Alain Véronèse d'AC ! - Agir ensemble contre le Chômage - insiste sur la réduction du temps de travail, une proposition curieusement absente des revendications et programmes des syndicats et partis de Gauche.

Alain constate que l'informatisation, l'automatisation, la robotisation… bouleversent les notions de travail et d'emploi. Les gains de productivité qu'elles génèrent ne profitent qu'au capital, pas aux travailleurs. Pour illustrer son propos, Alain prend l'exemple WhatsApp, une application de messagerie sur mobile valorisée 19 milliards de dollars qui emploie… 50 salariés !

Il convient alors de déconnecter le revenu de l'emploi. Constat qui nous place dans la perspective d'un revenu de base accordé à tous les Français sans exception.

En savoir plus dans la deuxième vidéo (en bas de page).

Enfin, Samuel Churin (Coordination des Intermittents et Précaires) est vent debout contre les partis de Gauche pour lesquels l'emploi à tout prix est devenu une religion. Il constate que les chômeurs (pas les demandeurs d'emploi, formule qu'il récuse) restent les grands absents des programmes de Gauche. Pour Samuel, l'emploi à tout prix est un frein à l'émancipation.

En savoir plus dans la troisième vidéo (en bas de page).

Dans quelques jours, nous mettrons en ligne d'autres interventions. 

Actuchomage

• Le plein emploi est une promesse de marchand de sable



• Réinventer l'emploi et le revenu



• En finir avec l'emploi à tout prix




Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 08 Novembre 2015 18:42 )  

Commentaires 

 
0 # Artho 2015-10-28 22:58 Artho,

Toi qui viens de lire l'article ci-dessus et de regarder les petites vidéos recommandées. Sur une échelle de 1 à 10, en sachant que 1 veut dire peu probable et 10 très probable :
- Où placerais-tu le curseur qui dirait que les changements en mieux qu'on espère sont liés à des révoltes populaires ?
Beeeen, je dirais 8 sans hésiter.
- Où placerais-tu le curseur qui dirait que les dirigeants politiques et économiques, en vrai, à travers la précarité, cherchent à éliminer en douceur des masses d'individus en les fragilisant socialement ?
Pas de doute possible, c'est carrément 9 quoi !
- Enfin, où placerais-tu le curseur qui dirait que nos discussions et autres débats citoyens, bien qu'utiles, ne correspondent pas vraiment à la posture défensive que doivent avoir les plus précaires attaqués par la système ?
Alors là, là, franchement, c'est 10 man !

Merci Artho pour ta sympathique collaboration.
No blèm !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-10-29 01:39 La posture défensive (et même offensive) a souvent été celle des organisations impliquées dans ces discussions citoyennes.

Je ne prends que deux exemples : AC ! et la CIP (Coordination des Intermittents et Précaires) qui ont occupé une multitude de lieux symboliques (plateaux télé, agences Pôle Emploi, siège du Medef…), ont procédé à des réquisitions de richesses (dans des grandes surfaces à l'approche des fêtes de fin d'année), ont engagé (et gagné) des batailles juridiques (lors de l'affaire des Recalculés de l'Unédic en 2003/2004 ou plus récemment, contre la dernière Convention d'assurance-chômage auprès du Conseil d'État).

Certaines de ces orgas ont obtenu la Prime de Noël et d'autres avancées, sous l'impulsion (entre autres) de Claire Villiers - malheureusement décédée - qui fut co-fondatrice d'AC ! et vice-Présidente du Conseil régional d'Île-de-France.

Je veux dire par là que discuter et échanger n'interdit pas les actions… qui se finissent souvent au commissariat, voire parfois devant les juges.

Mais voilà, en cette période de résignation, les collectifs de chômeurs & précaires ne sont plus suivis ou quasiment. Seules de rares personnes restent actives. Elles ne sont que quelques dizaines sur toute la France et doivent travailler avec des moyens limités, insignifiants.

Nous sommes bien placés pour en juger sur Actuchomage, nous qui suivons de près leurs initiatives depuis 2004 et partageons leurs combats aussi (des dizaines de vidéos en témoignent).

Nous constatons que cette impuissance conduit un nombre croissant de chômeurs & précaires à s'afficher ouvertement et fortement en faveur du Front National.

Nos sondages en attestent. Ils donnent aujourd'hui des résultats totalement inverses de ceux que recueillaient nos sondages d'il y a 4 ou 5 ans, alors que nos lecteurs, adhérents, sympathisants… restent les mêmes à de rares exceptions.

Nous constatons un effondrement de l'engagement militant des chômeurs & précaires, inversement proportionnel à la montée en puissance du vote protestataire (ou de conviction) FN.

Le Forum organisé par AC ! est un symbole.

Malgré la qualité et la représentativit é des intervenants (issus d'une demi-douzaine d'organisations de chômeurs & précaires, du monde de la recherche, des universités, du syndicalisme chez Pôle Emploi…), malgré une belle salle de conférences prêtée par la Mairie du IIe arrondissement de Paris, malgré la présence de représentants venus de province, nous étions - le samedi après-midi - une centaine.

C'est dire à quel point la désaffection est grande - vertigineuse ! - dès lors qu'on aborde les thèmes du chômage, de la précarité et de possibles (nécessaires) alternatives.

Ça fait peur !

D'autant plus paradoxal que l'emploi et le chômage sont toujours - pour longtemps - au cœur des enjeux socio-politiques ; et ce, au plus haut niveau de l'exécutif.

Sur Actuchomage, nous mesurons le fossé qui se creuse à mesure que passent les mois (on ne peut même plus écrire "les années").

Nous sommes convaincus d'être à la veille de nouveaux séismes électoraux avec une abstention record et une radicalisation du vote des chômeurs & précaires qui, rappelons-le, se comptent par millions (plus de 6 inscrits chez Pôle Emploi).

Nous observons chaque jour ces phénomènes préoccupants qui se nourrissent les uns les autres : Résignation + Repli sur soi + Absence d'engagement collectif + Radicalisation électorale.

Je ne sais pas où on va. Tout ce que je constate, c'est que la "mouvance chômeurs & précaires" est à l'agonie. Qu'on soit de Gauche, qu'on soit de Droite, d'extrême Gauche ou d'extrême Droite, Écolo ou Centriste, ce n'est pas une bonne nouvelle !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # CosetteA 2015-10-29 11:47 Beaucoup de cadeaux donnés aux entreprises, aucun contrôle de Pole Emploi, aucun contrôle de l'Etat, aucune obligation d'embaucher. On vous donne et on espère que vous allez embaucher. Cela dure depuis des décennies. Des milliards ont été versés aux entreprises.

Voir reportage sur D8 hier soir : en quête d'actualité : argent public : où sont passés les milliards des aides à l'emploi ?

Je ne l'ai pas trouvé en REPLAY
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Artho 2015-10-29 13:24 Multi-citer Yves:
… la "mouvance chômeurs & précaires" est à l'agonie. Qu'on soit de Gauche, qu'on soit de Droite, d'extrême Gauche ou d'extrême Droite, Écolo ou Centriste, ce n'est pas une bonne nouvelle !

Rappelons également qu'à maintes reprises, ici sans doute mais ailleurs, notamment sur d'autres réseaux sociaux, moult et moult personnes ont suggéré aux différents mouvements de luttes de se fédérer, de ne plus fonctionner séparément et d'agir en même temps. Tous, très curieusement, ont décliné et déclinent encore cette invitation. Donc quand des assos ou même des syndicats, fonctionnent avec le même esprit vicié des partis politiques qui préfèrent se multiplier - ruse engagée par le système lui-même pour diviser - il ne faut pas s'étonner qu'on (nous le peuple) soit si peu efficace, ni non plus nier que notre attitude de gens attentistes soit plutôt le résultat d'un noyautage de la protestation par le système qui a su mettre une entrave. Pensons-y !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-10-29 13:46 Merci pour ce commentaire éclairé et éclairant.

Constat fondé (l'atomisation de la mouvance militante) que n'a pas manqué de souligner Catherine Lebrun de Solidaires à l'occasion de ce forum dont le grand absent était la CGT, seul syndicat à disposer d'une "antenne" Chômeurs/Précaires.

J'essaie de retrouver l'extrait et je le mets en ligne.

Une atomisation qu'Actuchomage ne cesse de déplorer depuis sa création. Nous avions l'espoir que ce site pourrait fédérer les différentes composantes de la mouvance. Ça n'a pas été le cas bien que nous ayons toujours ouvert nos colonnes aux initiatives des orgas de Chômeurs & Précaires, que nous sommes souvent les seuls à couvrir, y compris en vidéo.

Nous avons toujours estimé que cette atomisation porterait un jour ou l'autre un coup fatal aux mouvements de chômeurs. Au regard de l'effondrement des mobilisations (en dehors de la CIP qui résiste encore et toujours mais connaît, elle aussi, une certaine désaffection), nous ne sommes guère optimistes. L'avenir s'annonce plutôt sombre.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Artho 2015-10-29 17:06 Ben reste plus qu'à interpeller de nouveau, sur cette ''atomisation'', syndicats, assos etc et les mettre eux aussi face à leurs responsabilités et leurs propres incohérences. Leur dire qu'étant (et agissant de manière) dispersés, non seulement nous ne parvenons à aucun résultat mais nous nous condamnons nous-mêmes à demeurer ''éternellement'' en lutte contre un ennemi qui n'a même plus besoin de bouger sinon de nous laisser nous tirer dans les pattes entre nous et, un peu, dans l'ombre, manigancer. Dans l'histoire quelque chose me dit que la première orga qui sait bousculer les adhérents d'autres en semant la suspicion sur l'honnêteté relative de certains directoires gagne de porter la médaille d'avoir su mobiliser ceux et celles qui ailleurs voudraient bouger mais attendent sans fin que leurs leaders, bizarrement lents à la détente, donnent le mot d'ordre qui ne vient pas. Je l'ai dit dans post ici même : nous ne sommes pas tous frères ou bons amis malgré les apparences. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-10-30 13:47 Le forum «Un revenu et des droits pour exister !» qui s’est tenu les 24-25 octobre à Paris 2e et à Saint-Denis à l’appel d’Agir ensemble contre le chômage ! a rassemblé plus d’une centaine de chômeurs, précaires, intermittents et de militants des associations de lutte contre le chômage et la précarité : AC !, APEIS, MNCP, CIP, Recours radiations, Actuchômage, Réseau salariat, CNDF, ainsi que des syndicalistes de Pôle emploi.

Les participants se réjouissent de la décision d’annulation par le Conseil d’État de la Convention Unédic issue de l’accord du 22 mars 2014, annulation consécutive aux recours déposés par plusieurs associations et organisations syndicales : Matermittentes, Recours radiations, Coordination des intermittents et précaires, CGT, SUD-culture Solidaires, MNCP. Sans attendre la négociation d’une prochaine Convention d'assurance-chômage qui doit débuter à la mi-janvier 2016, ils appellent dès à présent l’ensemble de la population concernée (salariés stables et précaires, chômeurs, intermittents) à se mobiliser en vue de la journée de manifestations du 5 décembre et par la suite, pour s’opposer à l’adoption de mesures restreignant plus encore les droits à indemnisation du chômage et pour faire appliquer les décisions du Conseil d’État.

Alors que 5,7 millions de personnes sont aujourd’hui inscrites à Pôle emploi - en dépit de nombreuses radiations ou non inscriptions - et alors que moins d’une personne sur deux est indemnisée au titre de l’assurance chômage, les participants ont fait le constat d’un développement accéléré de nouvelles formes de précarité, à un niveau jamais connu jusqu’à ce jour, qui touchent des catégories sociales très diverses et tous les niveaux de qualification.

Les services de Pôle emploi, qui manquent déjà cruellement de personnel et de moyens adéquats pour l’accompagnemen t des chômeurs, sont depuis plusieurs années dans l’incapacité totale de faire face à cette situation et actuellement menacés de nouvelles restructuration s, baisses d’effectifs et privatisations. Ils se voient détournés de leurs missions fondamentales inscrites dans la loi et réorientés vers celles de contrôle et de sanction des chômeurs.

Pour s’opposer à cette précarité galopante, les débats qui ont eu lieu lors des différentes tables rondes et ateliers de ce forum ont fait émerger la nécessité de la création d’un revenu ou salaire attaché à chaque personne, au moins égal au SMIC mensuel, attribué dès l’âge de 16 ans et sans contrôle des ressources ni contrepartie en termes d’obligation d’accepter un emploi.

Également, la nécessité d’une réduction du temps de travail à 30 heures par semaine et celle de la reconstruction d’un véritable service public de l’emploi doté de moyens adéquats.

Les participants appellent à une mobilisation générale impliquant toutes les populations et organisations concernées, afin de s'opposer à des dérives qui ne font qu'exclure de plus en plus de concitoyens.

Signataires : AC!, APEIS, MNCP, Coordination des intermittents et précaires, Collectif des Matermittentes, Recours radiations, Actuchômage.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous inspirent le Brexit et l'élection de Donald Trump ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...