Actu Chômage

jeudi
19 janvier
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Xavier Mathieu soutient sans réserve la colère des salariés d’Air France

Xavier Mathieu soutient sans réserve la colère des salariés d’Air France

Envoyer Imprimer
Ça, on peut dire qu’il est constant dans ses engagements l’ex-Conti. Pas le genre à retourner sa veste. Un mec rare qui soutient farouchement ses camarades d’Air France.

À plusieurs reprises, Actuchomage a rencontré et interviewé Xavier Mathieu, l’ex-leader de la rébellion syndicale née de la fermeture de l’usine Continental en 2009.

Un homme entier, un «écorché vif», un militant qui se bat pour le maintien de l’emploi en France.


Xavier estime que la «violence ouvrière» (toute relative à ses yeux) est justifiée par celle bien réelle des actionnaires et de leurs kapos, les dirigeants d’entreprises.

Il ne la condamne pas estimant que seules les actions coups de poing (comme celles des agriculteurs ou des chauffeurs de taxi…) contraignent nos gouvernants à négocier.

Il ne croit plus au pacifisme qui l’a animé des années durant. «Qu’est-ce qu’une chemise arrachée, quelques bousculades et coups portés au regard de la violence infligée aux travailleurs ? Sur les 1.100 licenciés de l’usine Continental, 500 sont toujours au chômage, 200 sont au RSA, 400 ont divorcé, 5 se sont suicidés…», constate-t-il amer. 

Xavier Mathieu s’insurge contre l’unanimité des médias et des politiques, à l’exception de quelques voix dissidentes, à condamner la rébellion des salariés d’Air France.

Il estime, non sans raison, que seules les personnes qui ont connu des plans de licenciement (souvent injustifiés) peuvent comprendre la colère de celles et ceux qui sentent leurs emplois et leurs vies menacés.

«Les ouvriers de ce pays sont des labradors, les chiens les plus gentils du monde. Vous pouvez leur tirer les oreilles, les poils ou la queue, ils ne bronchent pas. Mais si vous touchez à leur maison, à leurs petits, là ils mordent. Vous les médias, vous ne voyez qu’une chose : quand ils mordent. Je rends hommage à la classe ouvrière car, depuis 2008, il n’y a jamais eu un seul drame !».

Quant à Manuel Valls : «Il n’a même pas été capable de traiter Cahuzac de voyou alors qu’il traite les salariés d’Air France de voyous. C’est lui le responsable de tout ça !».

Voir l’intervention de Xavier Mathieu au Grand Journal de Canal+ (9 minutes).


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 20 Octobre 2015 11:02 )  

Commentaires 

 
0 # Un partageux 2015-10-20 11:23 "[…] depuis 2008, il n’y a jamais eu un seul drame !"

Ce n'est pas arrivé en France depuis belle lune et on ne voit pas ce qui pourrait l’empêcher encore bien longtemps. Parce que la colère est grande. Alors une chemise déchirée c'est un signal d'alarme tiré : « vous arrêtez les conneries ou il y aura des drames tôt ou tard. »
http://partageux.blogspot.fr/2015/10/nous-choisirions-les-barbares.html
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Talou 2015-10-20 19:29 Très bon le Mathieu ! L'ai écouté jusqu'au bout. J'ose espérer qu'il n'"est pas le seul à avoir des cojones !!! Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous inspirent le Brexit et l'élection de Donald Trump ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...