Actu Chômage

jeudi
18 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Finissons-en avec l’indemnisation du chômage

Finissons-en avec l’indemnisation du chômage

Envoyer Imprimer
Non, vous ne rêvez pas. Nous revendiquons et assumons haut et fort cette nécessité absolue, cette exigence vitale pour notre avenir et celui de la France.

À mesure que passent les semaines, notre Premier Sinistre Manuel Valls, inspiré par ses maîtres à panser les plaies de notre société, Nicolas Sarkozy et Pierre Gattaz, est de plus en plus décomplexé sur les questions économiques et sociales. Il était temps !

Enfin, la réalité s’impose à son esprit jusqu’alors anesthésié par des dogmes socialistes d’un autre âge.

Selon l’agence Reuters, forcément bien informée : Manuel Valls a émis à plusieurs reprises le souhait de réformer l'indemnisation du chômage en France, comme s'il voulait tester l'opinion sur un sujet hautement sensible.

En Allemagne, pays où l'indemnisation du chômage a été rabotée depuis le début des années 2000 pour inciter au retour au travail, il s'est interrogé sur les choix économiques et sociaux faits ces dernières décennies.

"La France a une préférence pour le chômage de masse bien indemnisé, c'est un fait", a-t-il dit en privé dans la capitale allemande. Quelques jours plus tard, il estimait qu'il y aurait "des choses à revoir dans le système français". © Reuters

Ces choses à revoir, ce sont les allocations outrageusement généreuses qui n’incitent pas nos concitoyens à reprendre le chemin du boulot, contrairement à leurs homologues allemands. 

Manuel Valls a raison. Chacun admettra ici que le chômage, ce sont des vacances prolongées à l’infini (ou quasiment), aux frais de la princesse, une rente qui n’invite pas à se bouger les fesses.

La plupart d’entre nous s’y sentent tellement bien qu’ils s’y complaisent jusqu’à basculer en fin de droits, pour se retrouver à l’ASS ou au RSA à 450 euros par mois. Le paradis !

À l’instar de son mentor Nicolas Sarkozy, Manuel Valls est en droit de dresser les Français les uns contre les autres, en cette période de difficultés partagées par le plus grand nombre. Il est de son devoir d’attiser les tensions sociales et de flatter les égoïsmes.

Ceux qui se lèvent tôt et qui travaillent dur n’ont pas à financer tous les fainéants qui s’accordent de grasses matinées douillettes. Voilà un scandale qu’il convient de dénoncer encore et toujours. 

Fort de cet argument massue, les Français se rangent majoritairement et légitimement à son avis. Pour faire baisser le chômage, il suffit de raboter l’indemnisation des chômeurs.

Mais pourquoi n’y ont-ils pas pensé plus tôt ?

Et pour l’éradiquer, il suffit de supprimer les minima sociaux. Tous les fainéants qui en bénéficient seront alors contraints de trouver quelques heures de travail pour survivre. Ce n’est pas plus compliqué que ça.

Toujours selon Reuters, la semaine dernière Manuel Valls a déploré devant son homologue finlandais le principal dysfonctionnement du système français : "C'est (...) parce que nous acceptons malheureusement un chômage trop élevé, même s'il est bien indemnisé, que nous avons perdu du temps".

Mais pourquoi l'acceptons-nous ? Voilà LA bonne question que soulève ce constat clairvoyant. Parce que le chômage élevé et bien indemnisé, ça en arrange beaucoup. Mais qui donc ?

Les salariés qui voient leurs rémunérations bloquées et leurs conditions de travail se dégrader ? Non, bien sûr !

Les patrons qui profitent de l’aubaine d’un chômage de masse pour soutirer au gouvernement allégements, aides et exonérations en tous genres ? Allons, un peu de sérieux !

Alors à qui profitent ce chômage record et sa bienveillante indemnisation ? Aux chômeurs évidemment !

Même qu’ils s’en réjouissent, qu’ils l’entretiennent pour conforter leur statut enviable de profiteurs.

Manuel Valls n’a d’ailleurs pas été assez précis dans son analyse. Ce n’est pas "nous acceptons un chômage trop élevé" qu’il fallait dire, mais "les chômeurs acceptent un chômage élevé parce qu’il est bien indemnisé". Voilà la réalité.

Le moyen de remédier à cette absurdité est donc de mal indemniser le chômage, voire ne plus l’indemniser du tout si on veut l’éradiquer.

Et comme nous, ici sur Actuchomage, nous militons depuis 10 ans en faveur de cette éradication, nous abondons dans le sens de cette mesure de salut public : Finissons-en avec l’indemnisation du chômage !

Tel est notre leitmotiv en cette fin d’année 2014. Merci au Camarade Valls de nous avoir ouvert les yeux.

L’indigne Indigné

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 09 Octobre 2014 22:19 )  

Commentaires 

 
0 # Chiz 2014-10-09 18:51 Citer:
La plupart d’entre nous s’y sentent tellement bien qu’ils s’y complaisent jusqu’à basculer en fin de droits, pour se retrouver à l’ASS ou au RSA à 450 euros par mois

Sans oublier ceux qui choisissent de se retrouver à 0 € car dotés de conjoints atteignant à eux seuls le bas plafond des ressources, ils peuvent confortablement vivre à leurs crochets;
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # js 2014-10-09 23:24 pour éradiquer la misère, éradiquons les pauvres…
J'ai bien ri. Moins quand j'ai réalisé que c'était le même message, que les médias télévisuelle s'évertuent à faire passer.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # js 2014-10-09 23:26 télévisuels.
Maudits doigts pauvres, savent même pas écrire correctement. :(
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RSAman 2014-10-10 10:42 Pendant que Manuel Valls embrasse la France, il l'étrangle en même temps avec sa main droite 8-)

Si j'arrête de me lever à midi pour aller au ravitaillement afin de ne pas y aller au milieu de la matinée et croiser les regards suspicieux de mes voisins (chômeurs=délinquants sans volonté, croient-ils) , Valls parlera-t-il de moi à Gattaz pour qu'il me trouve un emploi correctement rémunéré? :)

Il faut arrêter d'indemniser…les patrons qui pleurnichent sans fin en se désespérant que les salariés français ne sont pas aussi économiques que des travailleurs chinois ou venant de pays qui pratiquent le dumping social.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Chiz 2014-10-10 11:49 Mal indemniser le chômage ne suffit pas, il faut qu'Actuchômage réclame une durée d'indemnisation correspondant au délai de péremption du chômeurs. Passé 6 mois à toucher des allocations, ils sont perdus pour la Société, tous les spécialistes mondiaux sont unanimes.
Trop souvent, les chômeurs ne cherchent pas fondamentalemen t du travail mais émettent des prétentions salariales ! Il faut cesser de répéter comme un mantra que tout travail mérite salaire !
.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RSAman 2014-10-10 12:49 Tout travail mérite…patron ;) Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # js 2014-10-10 12:49 @chiz
il faut bien différencier la dlc et la dluo. Cela change tout. Ainsi, si les 6 mois concernent la dlc, le chômeur n'est alors plus consommable sans risques. Alors que si ils concernent la dluo, seul le goût et certaines propriétés sont altérés (une sorte de travailleur handicapé quoi).
En gros, si c'est la dlc, on en fait de l'engrais soylent green .
Si c'est la dluo, on fait du purina soylent green.
C'est malheureux de passer à côté de cette ressource, surtout qu'il y en a de plus en plus.
Nous avons les moyens de réussir le développement durable, en aurons-nous le courage ?
J'ai tellement d'autres idées de ce gabarit ( réintroduction de l'esclavage en remboursement de dettes, travail des enfants, suppression de la retraite, ils sont vieux ne produiront plus, pourquoi gâcher nos ressources quand ils pourrait faire de l'engrais pour augmenter la production de carburant bio…) que j'hésite quant à créer un nouveau courant politique ;)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Chiz 2014-10-10 15:55 Multi-citer js:
@chiz
il faut bien différencier la dlc et la dluo. ;)

Ah ! Okay, okay js.. Me v'là recyclé Green de Rage, ..
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Talou 2014-10-10 15:49 C'est l'hôpital qui se fout de la charité,El blanco !!! … Je pourrais en rajouter une couche … Finissons-en avec l’indemnisation et privilèges de ces huiles qui, dans des placards dorés, se font grassement rémunérer sans bouger le petit doigt et se goinfrent allègrement aux frais des sans-culotte couillus. C'est eux que le peuple doit contrôler fissa, et mettre au pain sec dans la foulée, Quand Même ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # willy Keller 2014-10-15 15:45 Pour lutter contre le chômage, l'on offre 50 milliards d'allègements sociaux aux entreprises pour que ces dernières utilisent cette manne pour créer de l'emploi… sauf qu'aucune obligation concrète n'est demandée à ces entreprises ! Et s'agissant de charges sociales, ce sont 50 milliards qui ne participent pas au financement des allocations chômages…
Donc, au lieu de taper sur ceux qui ont empoché le jackpot sans créer de nouveaux emplois… on décide alors de réduire les allocations de ceux qui n'attendent que ça: la création d'emploi… Et ce seront donc les victimes du chômage qui vont devoir financer le cadeau fait à ceux qui devaient les en sortir ???? A croire que le socialisme moderne veut que la majorité paient pour la minorité
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # ANTO Logic 2014-10-28 04:00 Je souhaite à cette personne indignée qu'elle passe le restant de ses jours au RSA ou au chômage et qu'on lui refuse tout moyen d'évolution, que ses amis (s'il en a, j'en doute) le rejettent, qu'il ne sache plus qui il est, ce qu'il vaut, qu'il perde complètement confiance en lui, qu'il vive dans un hlm pourri avec du bruit en permanence et qu'il fasse une grosse dépression pour se rendre compte du mal de ses propos. Les premiers responsables de la "pseudo" crise sont les 1 pour cent de la population mondiale qui touchent le plus, tout est fait en fonction d'eux, et l'augmentation du nombre de chômeurs est tout ce qu'il souhaite, pour que la demande d'emploi soit supérieure à l'offre, que les salaires restent très bas par conséquent, et que les entreprises importantes continuent d'augmenter leurs profits. J'ai enfin un doute sur la réelle existence de cet indigné, c'est peut-être une stratégie pour susciter de la colère et réveiller les gens, pourquoi pas! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2014-10-28 04:14 Il s'agit évidemment d'un billet rédigé au second degré (et même au-delà), poussant le cynisme à son paroxysme.

Qui connaît un peu Actuchomage sait qu'il est animé par des Chômeurs (à l'ASS et au RSA) pour les Chômeurs.

Nous militons pour la bonne cause depuis 2003. Cela fait plus de 10 ans.

Il est cependant surprenant que vous ayez pris ce billet au premier degré tant les ficelles sont énormes, caricaturales. ;-)

Le bon sens vous revient en conclusion. Évidemment que l'objectif est de réveiller les gens. Et pour ce faire, rien ne vaut un bon coup de pied où je pense… en attendant la Prime de Noël !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # ANTO Logic 2014-10-28 18:53 Ah oui! Je débarque sur le site et j'ai pris ça au premier degré car j'ai déjà entendu pleins de fois ce genre de discours en réalité, j'ai vraiment été entouré de personnes toxiques pendant de trop longues années.

Il y a vraiment des gens qui pensent comme ça, et pas forcément ceux auxquels on pense.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...