Actu Chômage

jeudi
5 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Pas de pitié pour les voleurs de poules

Pas de pitié pour les voleurs de poules

Envoyer Imprimer
Un Roubaisien de 26 ans, allocataire du RSA, vient d'être condamné à 4 mois de prison ferme pour un vol de câbles en cuivre.

L'information est parue ce matin dans La Voix du Nord.

On retiendra la réflexion du représentant du parquet qui a observé qu'«il vaut mieux un pauvre qui vole du cuivre qu’un riche qui braque une banque» (???). Le vol de câbles électriques sur les chantiers est un «fléau social»… mais pas le chômage et la pauvreté.

On retiendra aussi nombre de ces inculpations de dignitaires en col blanc, dont la faute était nettement plus grave pour la collectivité (détournement de fonds publics, abus de bien sociaux, corruption, fraude fiscale…) mais qui s'en sont tirés avec un sursis et une réputation à peine entachée.

Et je ne peux résister à l'envie de citer des extraits de cette étonnante chronique de Sébastien Lapaque publiée lundi dans Témoignage Chrétien, qui se penche sur “Les petits, les obscurs, les sans-grade”. Face aux propos stigmatisants et répétés de Nicolas Sarkozy et son parti à l'encontre des pauvres et des «assistés», fraudeurs en puissance dont le discours de Bordeaux est la dernière démonstration, le romancier nous propose un retour à Saint Ambroise, l'un des quatre Pères de l'Église d'Occident, et à Saint Thomas d'Aquin, considéré comme l'un des principaux maîtres de la philosophie scolastique et de la théologie catholique, religion affichée de not’ président et certains de ses sbires… comme Laurent Wauquiez.

Voici ce qu'il écrit :

« Il serait oiseux d’opposer l’incivisme des rupins à celui des indigents de manière contraire en justifiant ceux-ci contre ceux-là. Mais lorsque j’entends les uns se faire traiter de voleurs et les autres de simples tricheurs, il me semble urgent d’invoquer la Somme théologique de Saint Thomas d’Aquin, en particulier la question 66 de la Secunda Secundae consacrée au vol et à la rapine.

Que les chrétiens de paroisse riche se tranquillisent : dans la droite lignée de son maître Aristote, l’Aquinate réfute le communisme utopique platonicien et défend le droit de propriété. C’est pour lui un "attribut naturel des créatures rationnelles et responsables, créées à l’image de Dieu". Chez lui, la dimension éthique et sociale de la question de la propriété et du vol est donc très équilibrée, et débouche sur l’exigence du partage des biens matériels pour le commun profit de l’humanité.

Cet "anticommunisme" aristotélicien, qui lui fait juger "que chacun donne à la gestion de ce qui lui appartient en propre des soins plus attentifs qu’il n’en donnerait à un bien commun à tous ou à plusieurs", est cependant équilibré par l’enseignement des Pères de l’Église, beaucoup plus réservés sur la prétention que peuvent avoir les hommes à être les propriétaires exclusifs de quoi que ce soit. Thomas cite notamment Ambroise : "Tout ce qui dépasse les besoins, on le détient par la violence".

Certains lecteurs vont trouver que j’abuse en réfutant les arguments de l’UMP avec ceux des Pères et des Docteurs de l’Église. Mais pourquoi pas ? "Saint Thomas d’Aquin, reviens, ils sont devenus fous !" ferait un excellent slogan.

Il convient de cultiver la mauvaise conscience chez les zonnêtes gens. En leur rappelant par exemple que l’Aquinate enseigne le contraire de ce qu’on a entendu à Bordeaux : plus celui qui se rend coupable de tromperie et de fraude est démuni, moins son geste est grave. À ce propos, il invoque encore une fois les Décrets d’Ambroise de Milan : "On est moins coupable en enlevant à autrui ce qui lui appartient, qu’en refusant à ceux qui sont dans le besoin, alors qu’on pouvait leur donner et que l’on est dans l’abondance".

J’aime ces raisonnements qui ont le tranchant de l’épée. J’aime également la réponse qu’apporte frère Thomas à la question "Est-il permis de voler en cas de nécessité ?" : "Les biens que certains possèdent en surabondance sont dus, de droit naturel, à l’alimentation des pauvres".

Ce qui fait dire à Ambroise, et ses paroles sont reproduites dans les Décrets : "C’est le pain des affamés que tu détiens; c’est le vêtement de ceux qui sont nus que tu renfermes; ton argent, c’est le rachat et la délivrance des miséreux, et tu l’enfouis dans la terre. Toutefois, comme il y a beaucoup de miséreux et qu’une fortune privée ne peut venir au secours de tous, c’est à l’initiative de chacun qu’est lais­sé le soin de disposer de ses biens de manière à venir au secours des pauvres. Si cependant la nécessité est tellement urgente et évidente que, manifestement, il faille secourir ce besoin pressant avec les biens que l’on rencontre – par exemple, lorsqu’un péril menace une personne et qu’on ne peut autrement la sauver –, alors quelqu’un peut licitement subvenir à sa propre nécessité avec le bien d’autrui, repris ouvertement ou en secret. Il n’­y a là ni vol ni rapine à proprement parler".

Le droit naturel des pauvres sur la fortune des riches... J’en connais qui vont encore hurler au bolchevisme. »

Athée et provocatrice, mais exactement dans la même veine, je vous conseille aussi la lecture de cette brève chronique du Yeti intitulée “Minima sociaux : quand la fraude devient légitime”.

Mais revenons à notre RSAste, voleur de câbles qui va croupir en prison dans les mois qui viennent, et concluons en musique.

«Ils s'en prennent toujours aux voleurs de poules, jamais aux pilleurs de foule.» Connu pour ses enquêtes et ses révélations sur l'affaire Clearstream qui lui ont valu une trentaine de procédures judiciaires et une perquisition, le journaliste Denis Robert avait écrit et interprêté cette chanson rap :



«Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir». Rien n'a évolué dans le bon sens depuis cette peste animale évoquée par Jean de la Fontaine.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 23 Janvier 2012 14:41 )  

Commentaires 

 
0 # Maxerem 2012-01-08 12:01 Joli discours!

Mais les types qui piquent les cables SNCF et plantent les voyageurs ou ceux qui coupent les cables d'alimentation des chantiers de construction sont des nuisibles !

Le journaleux qui a pondu cette prose serait moins indulgent s'il s'était retrouvé en galère à cause de ce genre d'agissement.

Pour le reste, voler avec la main est plus sévèrement puni que monter une escroquerie, c'est vrai, c'est injuste, mais c'est explicable: c'est beaucoup plus immédiatement à la portée de tout le monde.
Et le 1er rôle de la justice, c'est le maintien de l'ordre public, et non pas gérer une morale de philosophe.

On peut noter si la justice française est lente et indulgente dans les affaires financières, c'est peut-etre aussi, que traditionnellem ent, l'argent a de forts liens avec la politique.

Cette mansuétude pour l'argent n'existe pas dans tous les pays et il ne reste qu'à voter pour des gens qui proposent de changer cela !
Après tout qui a porté Berlusconi au pouvoir ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2012-01-08 15:40 Le journaleux qui a pondu cette prose, c'est moi.

Je suis chômeuse de longue durée à l'ASS (15,37 €/jour), je ne pars jamais en vacances donc je n'ai pas vraiment l'occasion de prendre le train… Quand je vois les bourges qui vont au ski se plaindre d'être "pris en otage" par des salariés mal payés qui se mettent en grève, j'ai juste envie de vomir sur leurs doudounes. Moi, ma galère consiste à continuer à payer mon loyer et à prier pour que mon frigo ou mon aspirateur ne me lâchent pas. Je suis dans la survie, comme ce RSAste qui va passer 4 mois en taule.

Camus disait : "La démocratie, ce n'est pas la loi de la majorité mais la protection de la minorité". Or, la majorité de bien-pensants (dont vous faites visiblement partie) qui partent encore en vacances jette la pierre à la minorité grandissante d'appauvris qui sont dans la survie.

Vous méprisez ma vision des choses ? Je déteste la vôtre. Et je ne comprends pas ce que vous venez foutre sur Actuchomage, à part nous prêcher la bonne parole des riches et les ultralibéraux qui ont oublié ce qu'est la vraie vie et, par leur égoïsme et leur avidité, nous ont foutu dans la merde.

La différence entre vous et moi, hormis le statut social, c'est votre pragmatisme : vous vous contentez benoîtement de justifier l'existant sans aspirer à un quelconque progrès humain. En cela, vous n'êtes qu'un conservateur.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2012-01-08 19:17 Citer:
Mais les types qui piquent les cables SNCF et plantent les voyageurs ou ceux qui coupent les cables d'alimentation des chantiers de construction sont des nuisibles !
Sérieux !
Vu le boulot de cinglé que çà doit représenter, on ferait mieux de reconnaitre leurs capacités et les embaucher cher ERDF pour pallier aux "imprévisibles" chûtes de neige.

Après tout, les meilleurs pirates informatiques ne sont t'ils pas recrutés par les gouvernements . ?…
Embauchons les Tireurs de cables et nous aurons peut-être la paix à bien moindre coût !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Messe en si 2012-01-08 12:24 La formule excellemment rappelée ici "Tout ce qui dépasse les besoins, on le détient par la violence" implique bien ce que dit cet article.

A contrario, pour l'étoffe dont sont tissés nos rêves, faudrait aller au delà du besoin. Et de la paix. Ne pas tolérer l'existence même de nos oligarques.

Pour ce qui est du vol, il y a des riches qui volent des choses de peu de valeur et, triturant l'ignoble, s'en font gloire et joie. Vous souvenez-vous que Sarkozy (lors de son investiture à la candidature à la présidence en 2007) avait "emprunté" au nazisme une de ses formules en la relookant, tout en intégrant le travaillisme invétéré de la gauche ? Il avait déclaré rien de moins que "Le travail, c’est la liberté, le plein emploi est possible" (http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4193).

Maxerem, vous avez bien raison, le maintien de l'ordre public a ses exigences. Et l'une des maximes de l'ordre social actuel est "l'économie c'est LA loi, le social un vol".
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Messe en si 2012-01-08 12:33 Zut ! J'ai oublié les balises pour la formule vichyssoise de N.S, ce serait plutôt www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4193, j'insiste car cela me semble nécessaire de prendre la mesure de leur vision du monde, de ce qu'ils nous opposent. Je dis "leur" car c'est à rapprocher de la doctrine socialiste énoncée par Jospin en 1997 "Je préfère une société de travail à l'assistance" (www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5374).

Ces gens organisent notre travail, notre misère, et notre culpabilité. Font de nous des endettés redevables (sous peine de trahir "l'intérêt général", l'entreprise France, l'"esprit de la résistance", etc. peu importe au fond) et coupables.

Que pensent les lecteurs de l'initiative qui se prépare pour le 17 dans les Pôle emploi ?
www.actuchomage.org/2012010418632/Mobilisations-luttes-et-solidarites/le-17-janvier-2012-occupons-pole-emploi.html

On y va ou bien ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Maxerem 2012-01-09 12:52 L'ire de Superuser est bien injuste: je ne méprise personne !

Je m'efforce d'importer la réalité dans son discours qui dévie vers l'idéologie, et qui, me semble-t-il, devient ultra minoritaire, y compris sur le site Actu.

Mon statu social n'est pas exceptionnel: chômeur de longue durée, 3 enfants boursiers, une conjointe qui gagne 1500€ bientôt à la retraite, un logement à la campagne et pas de RSA!
Pas vraiment un "bourge" privilégié, me semble-t-il!

Trop senior pour être réembauché et trop fatigué pour pouvoir me relancer tout seul, j'ai pourtant travaillé dans des grosses boites, à mon compte et participé à 2 pme, y compris comme actionnaire ( l'horreur!)

Pour mes enfants, ma famille, je dois garder la tête haute et rester positif,je ne peux me laisser aller à un discours aigri "anti-tout".
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2012-01-09 13:45 Donc, vous êtes un pauvre qui défend l'idéologie des riches dans l'espoir d'améliorer son sort :

www.actuchomage.org/2011093017292/La-revue-de-presse/pourquoi-les-pauvres-votent-ils-contre-leurs-interets.html
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Maxerem 2012-01-09 13:04 Si le chômage est un drame, il n'y a de solution que dans l'entreprise. Sans entreprises, pas de salariés, pas de jours meilleurs pour les laissés pour compte, pas de progrès social.

Le paradoxe du discours de Superuser est là:
Je déteste l'entreprise mais j'en veux au monde entier de ne pas avoir de job!

Les injustices et les abus doivent être dénoncés, et Actu a très tôt porté la parole des chômeurs là ou tous les corps sociaux se sont montrés bien trop "conservateurs"; et je pense spécialement aux syndicats.

Actu a rempli un vide.

Si ma contribution est politiquement incorrecte sur Actu, je m'abstiendrai. Je n'ai aucune raison de subir des attaques personnelles.
Certaines agressions sont parfaitement infondées si on lit TOUTE ma prose, au lieu de bondir sur une phrase.

Mais si Actu devient une annexe du NPA, ses jours sont comptés, et je le regretterai.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2012-01-09 13:55 Oui, je déteste l'entreprise pour ce qu'elle est devenue : un lieu de soumission quasi totale où ses acteurs (les salariés) sont sous-payés et traités comme de la merde.

Non, je n'en veux pas au monde entier d'être sans emploi : j'en veux à ceux qui vous prennent, vous jettent après utilisation et s'en foutent plein les poches en vous laissant des miettes (ou la prison ?).

Vos contributions ne sont pas "politiquement incorrectes" : elles sont parfaitement conformistes ! Vous régurgitez ce qu'on entend et lit un peu partout.

Libre à vous de considérer ceux qui ne s'adonnent pas, comme vous, à ce formatage intellectuel comme des "aigris anti-tout" : je comprends parfaitement que ce formatage vous rassure.

Si Actuchomage existe, c'est justement pour mettre en avant des opinions et des réalités différentes, totalement éludées par la vulgate actuelle. Nous avons rempli un vide et nous continuerons à le remplir, avec ou sans vos commentaires.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2012-01-10 09:38 Voleurs de poules :
Citer:
"Le dispositif, qui a été lancé pour aider les jeunes issus des quartiers prioritaires à trouver un emploi, prévoit un accompagnement intensif et personnalisé dans la recherche d'emploi, la création d'une entreprise ou l'accès à une formation, et un suivi en entreprise assuré pendant six mois pour garantir la stabilisation dans l'emploi ou la formation. Une bourse mensuelle de 300 euros est également prévue."


Pilleurs de foules :
Citer:
"Ces contrats ont été confiés à des prestataires privés, sélectionnés par appel d'offres et rémunérés au résultat obtenu (40% du montant forfaitaire par bénéficiaire de 6.000 euros à l'entrée dans le dispositif, 35% de ce montant en cas de signature d'un contrat de travail par le jeune, et le solde si le jeune est toujours en poste six mois après son placement dans l'emploi). Au total, d'après les chiffres communiqués par les ministères, 44.000 contrats de ce type ont été signés depuis le lancement du dispositif, dont 3.000 en 2008, 17.700 en 2009, 15.300 en 2010 et 8.000 en 2011."


Source : www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250262993720&cid=1250262977781
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...