Actu Chômage

jeudi
29 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique AER 2011 : l'interminable suspense

AER 2011 : l'interminable suspense

Envoyer Imprimer
Malgré les relances des syndicats, le gouvernement reste muet sur la reconduction de l'allocation équivalent retraite dont le sort semble malheureusement scellé.

Petit rappel des faits. Fin 2008, sous prétexte de "stimuler l'emploi des seniors" — comme s'ils avaient envie de rester chez eux, payés à ne rien foutre alors que ce sont les entreprises n'en veulent plus ! —, en réalité pour faire des économies — car l'AER est une allocation chômage du régime de solidarité [1] assumée par l'Etat et dont le coût s'élevait à 650 millions d'euros par an —, décision avait été prise de la supprimer le 1er janvier 2009. Cette suppression, qui épargnait les quelque 60.000 seniors ayant déjà accédé au dispositif, prenait effet pour les nouveaux entrants de façon à aboutir, année après année, à son extinction totale.

Sauf qu'en 2009, la crise entamait ses ravages. Face au tollé général, l'AER avait été "exceptionnellement" rétablie par décret le 29 mai suivant. Le scénario s'est reproduit en 2010 où, suite à un long suspense (le décret est paru le 6 mai), le gouvernement a encore cédé à la pression, notamment syndicale. Jamais deux sans trois, serait-on tenté de dire. Sauf que, pour 2011, le célèbre dicton pourrait ne pas se vérifier...

Une situation ubuesque

Car le gouvernement, qui refuse de voir les choses en face, estime désormais que la crise est derrière nous ! Pourtant, le chômage ne baisse pas et le nombre de personnes de plus de 50 ans qui s'inscrivent à Pôle Emploi continue de progresser : à fin février, on en compte plus de 760.000 dans les catégories ABC (+1% sur le mois et +14% sur l'année).

Parmi elles, certaines sont proches de la soixantaine et totalisent les 162 trimestres requis par l'assurance vieillesse pour liquider leur retraite, mais elles n'ont pas encore atteint l'âge légal pour y prétendre (sachant que cet âge passera progressivement de 60 à 62 ans à partir du 1er juillet et jusqu'en 2018. Sachant que les employeurs continuent à se débarrasser de leurs "anciens" et qu'ils les discriminent à l'embauche...). Ces personnes sont condamnées à rester au chômage et cette année, pour quelque 30.000 d'entre elles, l'indemnisation s'achèvera, ce qui signifie qu'elles se retrouveront aux minima sociaux.

Malgré cet accablant constat, dans un contexte toujours aussi fragile, le gouvernement ne renonce pas à la mort de l'allocation équivalent retraite, condamnant ainsi ses bénéficiaires potentiels à la pauvreté alors que l'AER leur aurait permis de recevoir un revenu plus "acceptable" (environ 990 €/mois, soit plus du double de l'ASS ou du RSA) en attendant de pouvoir accéder enfin au statut de retraité, un peu comme on sort d'un cauchemar.

Une guerre d'usure

Les syndicats ont relancé le gouvernement. Le temps presse, mais il fait la sourde oreille. Par son silence aussi coupable que méprisant, le gouvernement montre qu'il souhaite définitivement tourner la page d'un dispositif jugé "coûteux". En effet, fin 2010, 51.000 chômeurs âgés touchaient l'AER pour un budget de 480 millions d'euros. En 2011, si l'AER n'est pas reconduite, la seule poursuite de l'indemnisation des bénéficiaires restants ne lui coûtera plus que 297 millions, soit une économie de 180 millions… alors qu'il s'apprête à redistribuer 2 milliards d'euros aux plus riches détenteurs de patrimoine !

Octroyer de l'argent public à ceux qui en ont le moins besoin est bien ce qui caractérise le mandat de Nicolas Sarkozy. Sous le joug d'une UMP aussi irresponsable qu'antisociale, l'Etat se déresponsabilise sur tous les fronts (handicap, logement, formation…). Dernier exemple en date : le remplacement de l'AFDEF par la misérable R2F, manœuvre réussie d'un énième désengagement financier. La recette est claire : à force de chantage et de bras de fer repétés, l'UMP fait en sorte que l'Etat ait de moins en moins (voire plus du tout) à assumer le coût de certains dispositifs dont il avait la charge tout en la reportant sur d'autres organismes; ici, en l'occurrence, l'Unedic qu'il veut contraindre à endosser cette allocation.

L'AER dans l'impasse

Les partenaires sociaux de l'assurance-chômage doivent bientôt plancher sur les nombreuses (et désastreuses) conséquences de la réforme des retraites. L'année dernière, François Fillon les avait chargés d’"intégrer" cette réforme "dans la convention assurance chômage", promettant, une fois celle-ci négociée, de mettre en place "un système équivalent à l'AER, pérenne, pour les travailleurs les plus âgés". Sauf que le Medef a balayé toute discussion, reportant les sujets qui fâchent à 2013 : sur sa demande, à partir de septembre, des groupes de travail paritaire "politique" vont se réunir toutes les 6 semaines afin d'élaborer les bases du prochain accord, qui promet d'être houleux. Le patronat tout-puissant a donc instauré le vide autour du problème des seniors, favorisant l'inertie du gouvernement sur l'étude de la nouvelle allocation promise par le Premier ministre.

Face au Medef, les syndicats de l'Unedic tenteront une fois de plus de défendre les seniors, menacés notamment par le report des bornes d'âge. Mais autant pourront-ils tenter d'adoucir le sort des moins de 67 ans n'ayant pas tous leurs trimestres (c'est le nouveau rôle que le gouvernement a assigné à l'assurance chômage : prendre en charge la majeure partie des victimes de sa réforme), autant ils estiment que le sort de ceux qui les totalisent ne leur incombe pas : ils font valoir, à juste titre, que les cotisations perçues par la CNAV et les droits qui en découlent doivent, par défaut et du fait de la volonté du gouvernement lui-même, continuer à être assumés par lui, c'est-à-dire l'Etat.

Plié, pas plié ? Le suspense reste entier

Les syndicats continuent à mettre la pression. On le voit, leur marge de manœuvre est faible. L'AER est une allocation d'Etat, et la balle est dans son camp. Reste la corde sensible : les syndicats parient sur le fait qu'il serait délicat, pour le gouvernement, que sa réforme des retraites ait pour conséquence le basculement vers la pauvreté de chômeurs âgés ayant tous leurs trimestres de cotisation. Mais, on le sait, l'UMP ne s'embarrasse pas de scrupules et sa sensibilité est à responsabilité limitée.

La CFDT garde espoir. En 2009 et 2010, les décrets prolongeant l'AER ont été publiés en mai : nous sommes en avril, tout peut encore arriver. De son côté, la CGT ne se fait aucune illusion : bien qu'elle ne baisse pas les bras, pour elle, mieux vaut s'attendre au pire. Car l'UMP sait qu'elle sera battue en 2012. Si on la voit tenter de reconquérir une partie de son électorat, celui des chômeurs ne l'a jamais intéressée et, même en désespoir de cause, ce n'est pas demain la veille qu'elle lui fera une fleur.

SH

[1] L'ASS, minima social créé en 1984, est aussi une allocation chômage du régime de solidarité. Versée à quelque 380.000 chômeurs en fin de droits pour un montant moyen de 460 €/mois, illimitée tant que ses allocataires remplissent les conditions pour la percevoir, elle coûte 2 milliards d'euros par an à l'Etat. C'est aussi une épine dans le pied pour l'UMP qui n'aura, dieu merci, pas le temps de s'y attaquer d'ici 2012 (bien que, régulièrement, courent des rumeurs sur une réforme comprenant sa limitation dans le temps). Heureusement pour l'ASS, elle touche sept fois plus de personnes que l'AER : un tel dispositif, loin d'être une "niche", est donc nettement plus délicat à démanteler.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 03 Octobre 2011 08:43 )  

Commentaires 

 
0 # Eidyl 2011-04-22 19:01 Merci pour l'article promis.

Je diffuse et je demande sa propagation : je vous promets que votre article va circuler aux quatre coins de France … !

C'est vraiment le temps de la colère et j'espère de tout coeur que les personnes concernées par la fin de droits, endormies par l'anesthésie Sarkosy, vont se réveiller tel un volcan en éruption (on peut s'offrir encore le luxe d'un petit espoir) … !

Encore merci pour cet article percutant (comme tous les autres d'ailleurs).

Bien cordialement.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # espinasse 2011-05-29 08:07 a c est bien de distribuer les richesses de la france mais il faudrait peut etre regarder dans la misere que sont les gens qui sont a9 mois de la retraite et qui n ont aucun revenu comme c est mon cas et je ne suis pas seul dans ce merdier vivement les elections que l on rigole un peu vas falloir s accrocher aux branches vive l aer Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-04-22 20:03 Les entreprises devront gérer le vieillissement

L'évidence a largement alimenté les débats sur la réforme des retraites à l'automne. Le report des âges légaux de retraite programmé à partir de juillet prochain (de 60 à 62 ans pour l'âge minimal et de 65 à 67 ans pour une pension à taux plein sans conditions) va renforcer l'enjeu de l'emploi des seniors, au risque de voir l'assurance-chômage supporter un afflux de demandeurs d'emploi âgés dans l'attente de leur retraite. Encore fallait-il en mesurer l'ampleur.

C'est ce que fait l'Insee, qui a intégré ces changements de paramètres dans les prévisions de population active publiées aujourd'hui. Le scénario central présenté «prolonge les tendances passées [d'activité], excepté pour les taux d'activité des seniors directement affectés par les changements législatifs portant sur les régimes de retraite», précise l'étude. Ces travaux ont été réalisés à partir d'un nouveau modèle économétrique prenant mieux en compte la complexité et la multiplicité des règles qui régissent les fins de carrière.

Modifier les comportements

Les plus de 55 ans sont les seuls qui vont voir progresser leur taux d'activité (part des actifs, chômeurs ou en emploi, dans l'ensemble de la classe d'âge). Un phénomène que les entreprises devront gérer, pour sa part salariée. De 12,4% en 2010, il augmenterait de plus de 6 points en vingt ans, à 18,6% en 2030, avant de baisser légèrement, à 17,9% en 2060.

Dans la tranche 55-59 ans, il passerait de 61% pour les femmes et 69% pour les hommes à respectivement 77% et 80%, sous l'hypothèse d'un effet dit «horizon» élargissant les perspectives d'emploi des salariés âgés du fait d'une modification des comportements des individus comme des entreprises. Hors cette hypothèse, l'évolution serait plus limitée, avec un taux d'activité de 69% en 2060.

Pour l'Insee, l'essentiel du bouleversement attendu de la réforme des retraites portera sur la tranche 60-64 ans, dont le taux d'activité tourne autour de 20% aujourd'hui. Il va progresser jusqu'autour de 40% pour les femmes et de 60% pour les hommes à l'horizon 2060. Enfin, conséquence marquante du relèvement de la borne de 65 ans à 67 ans, le taux d'activité des 65-69 ans passera de 3,4% pour les femmes et 5,5% pour les hommes à, respectivement, 13% et 18%.

www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201318286939-les-entreprises-devront-gerer-le-vieillissement.htm
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-04-22 20:13 Bref, on n'est pas sortis de l'auberge, sachant que la France va gagner 110.000 actifs par an d'ici à 2025 et qu'on peut malheureusement douter que la création d'emplois soit à la hauteur pour compenser cet afflux…

www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201318548468-la-france-va-gagner-d-ici-a-2025-110-000-actifs-par-an.htm

Si les entreprises ne modifient pas leurs pratiques et, surtout, si la création d'emplois ne suit pas, on va se retrouver avec des millions de seniors pauvres, et des millions de pauvres en général… Afin d'éviter un climat insurrectionnel , à mon avis, nos prochains gouvernants ont tout intérêt à commencer à plancher sur un revenu universel.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # guitry1 2011-04-23 13:05 Je peux même vous faire rire, si, si, mon épouse en fin de droit ce mois ci à 58 ans 4 mois avec tous ces trimestres validés, donc retraite à taux plein à 60 ans 8 mois et qui pour l'instant ne touchera plus rien de la part de pôle-emploi (reste 2 ans 4 mois) vient de recevoir un courrier de celui-ci l'informant qu'elle nétait pas assujettie à la recherche d'un emploi, heureusement !!
c'est bien la preuve qu'il n'y a plus personne qui pilote l'avion (peut-être un singe comme dans une blague) il y a de quoi avoir peur pour nos enfants et petits-enfants
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Eidyl 2011-04-23 13:26 Idem même situation … !

58 ans et 1 mois - 176 trimestres validés - retraite à 61 ans (1 an de plus grâce à la réforme de 2010) - dispensée de recherche d'emploi depuis fin 2008 (160 trimestres cotisés). Fin de droits juin 2011 : plus rien pendant 3 ans à cause (et heureusement) de la retraite de mon mari !

Rigolons tous ensemble de cette bonne blague … !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # zizanie 2011-04-24 20:36 L'allocation équivalent retraite prolongée pour les victimes de la crise de 2009, encore une promesse non tenue de Sarkosy, une de plus qui s'ajoute aux autres.

En effet, comme il faut avoir usé tous ses droits au chômage pour ouvrir un dossier d'AER, c'était simplement à partir du 1er janvier 2011 que les premières victimes de la crise auraient pu constituer leur dossier de demande.
Comme par hasard, c'est à partir du 1er janvier 2011 que le gouvernement décide de supprimer l'AER - autrement dit le gouvernement vise directement les victimes de la crise, qui bien sûr sont majoritairement des seniors dont on s'est débarrasé.

C'est honteux, à partir de 2011 on leur propose l'ASS.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Lise 2011-04-25 17:29 Il faut tout de même faire pression avec les élections présidentielles . Avec un tel dispositif qui rend les français ayant travaillé toute leur vie sous les minimas sociaux, ces derniers doivent faire pression avec le moyen à leur disposition, à savoir le droit de vote!!!
C'est le seul moyen pour faire plier le gouvernement…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # maguy 2011-04-26 13:33 @Lise
La vraie question est de savoir si les autres partis sont contre la paupérisation des vieux (autres qu'eux-mêmes).
Les programmes sont flous et les promesses… ne sont que des promesses.
Rappelez-vous le "pouvoir d'achat", plus un SDF dans la rue, 1/3 des bénéfices aux salariés, etc
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # venis 2011-05-23 12:01 Comment l"état trouve t-il 2 milliards d'euros pour donner aux plus riches alors que nous travailleurs avons fait la richesse du pays par notre travaille . Merci les syndicats de vous battrent pour défendre nos droits justifiés par notre labeur. j'espère que vous finirez par obtenir" gains "de cause. On compte sur vous nous sommes avec vous jusqu'au bout. Merci à vous ; Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # espinasse 2011-05-30 08:38 on nous prend pour des moutons mais a force de nous tondre on vas finir par manger le loup on en a ras le bol de voir toutes les fortunes e ta lees au grand jour .essaye de trouver un emploi lorsque vous avez 59ans et demi la il y a quelque chose qui ne gaze plus dans mon cas et je ne suis certainement pas le seul mais jusqu ou ira ton pour pour enfoncer la tete des seignors dans la misere, continuer d appuyer sur leur tete a fin de les etouffer completement continuer;faite s tout fabriquer dans les pays pauvres ,vous gagnerez encore plus et il y aura toujours plus de chomeur il faut croire que l on se plait dans la merde et je pese mes mots on tue ,on diminue l esperance de vie de milliers de personnes avec certains medicaments mais il croire que c est bien car ca bouge pas beaucoup de ce cote la non plus., a il y en aurai des choses a revoir mais le voulons nous vraiement vive l AER Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # espinasse 2011-05-30 09:04 la france est un beau pays ou il fait bon vivre mais il faut rajouter a cette belle phrase lorsque l on a le porte monnaie bien plein ,la vie est une tartine de merde et il faut en croquer un bout tous les jours,mais on aimerais bien y mettre dessus un peu de beurre et si possible de la confiture alors reveillons nous ou il seras trop tard nous ne serons plus la pour voir les mouches se poser dessus L AER L AER L AER L AER il faut que ca bouge. ou alors faut le supprimer pour tout le monde pas de poids deux mesure .on nous prends vraiement pour des cons je e vois pas d autres mots pour qualifier mon ressentiment voila c est la misere que d injustice!!!! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # blondel 2011-06-04 08:18 le tps passe et toujours pas de restauration de l'aer. Les syndicats disent qu'ils réclament mais ne veulent pas payer (c'est une réclamation pour la forme - du faux semblant !). Pourtant il y a de grosses économiques sur le budget de l'unedic par la suppression des pré-retraites.
L'Etat quant à lui considère que son corps électoral ne se situe pas dans les seniors demandeurs d'emploi qui ont acquis 161 trimestres ; mais il considère aussi que ceux qui n'ont jamais travaillé ne font pas parti de son électorat. Alors si je comprends bien, on ne risque plus d'acheter de carte syndicale, donc on intéresse plus les syndicats, on est précaire, donc on intéresse pas le gouvernement !
Qui peut nous défendre, nous demandeurs d'emploi âgés ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Christianne 2011-06-26 15:45 ► Un REVENU pour tous les chômeurs de 60 ANS qui ont validé TOUS leurs trimestres pour la RETRAITE !!!
► PAS DE NO MAN'S LAND à partir du 1er juillet 2011 !!!
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...