Actu Chômage

mardi
16 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Chômage : pas de baisse notable à venir, selon Pôle Emploi

Chômage : pas de baisse notable à venir, selon Pôle Emploi

Envoyer Imprimer
Une reprise économique à peine plus marquée que l'an dernier et un soutien atténué de l'intérim ne devraient permettre qu'un léger recul du chômage cette année.

Selon les nouvelles prévisions de Pôle Emploi publiées mardi, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A (ceux qui ne déclarent aucune activité) devrait diminuer de 55.000 en 2011 et de 71.000 en 2012. Il avait bondi de 420.000 en 2009, l'année du choc de la crise, et de 77.000 en 2010.

Le nombre d'inscrits en catégorie A serait ainsi ramené à 2,668 millions à fin 2011 et à 2,597 millions à fin 2012, selon des projections présentées aujourd'hui par Bernard Ernst, directeur des statistiques, enquêtes et prévisions de Pôle Emploi lors d'une conférence de presse.

Si elles se vérifient, la période 2011-2012 ne permettrait donc de sortir du chômage qu'un peu plus du quart de ceux qui y sont entrés en 2009-2010.

En incluant les demandeurs d'emploi exerçant une activité à durée réduite (catégories B et C), les effectifs du chômage diminueraient de 75.000 en 2011 et de 109.000 l'an prochain.

Phase de stabilisation

L'emploi affilié à l'assurance chômage devrait progresser de 0,7% cette année, ce qui se traduirait par 110.000 créations de postes, soit 10.000 de moins que l'année dernière.

"Tendanciellement, on est en phase de stabilisation du nombre des demandeurs d'emploi" mais, "pour l'instant, la baisse forte du chômage n'est pas encore enclenchée", résume Bernard Ernst.

Ces projections s'appuient sur des prévisions de croissance du PIB de 1,7% pour 2011 et 1,8% pour 2012, après 1,5% l'an dernier. Donc inférieures à celles du gouvernement, qui prévoit pour l'instant 2% d'expansion cette année et 2,5% l'an prochain. "Nous préférons retenir ces hypothèses-là et, in fine, avoir une bonne surprise si la croissance est plus soutenue", précise Bernard Ernst.

Le ralentissement attendu des créations d'emploi cette année malgré une croissance un peu plus forte s'explique par la transition de l'emploi intérimaire, principal contributeur aux créations de l'an dernier, vers les créations d'emplois plus durables, qu'il s'agisse de contrats à durée déterminée ou indéterminée.

Au final, le volume global de travail augmentera bel et bien en 2011, mais il ne se traduira pas pour autant par des créations d'emplois plus nombreuses. Sur cette lancée, les créations de postes atteindraient 134.000 en 2012.

(Source : Le Point)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 19 Avril 2011 12:59 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...