Actu Chômage

vendredi
23 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse On confirme : la crise a enrichi les marchés sur le dos des États

On confirme : la crise a enrichi les marchés sur le dos des États

Envoyer Imprimer
Pour l'Etat français, la crise a aussi ses bons côtés. Elle devrait faire rentrer près de 4 milliards d'euros dans les caisses grâce aux dividendes et intérêts versés par les bénéficiaires des aides publiques d'urgence : les banques, les constructeurs automobiles, mais aussi la Grèce.

Ce sont Les Echos qui ont repéré l'information dans le rapport sur le projet de budget pour 2011 rédigé par le député UMP Gilles Carrez. Celui-ci a fait les comptes : sur la période 2008-2011, les «revenus des interventions liées à la crise financière» devraient s'élever à 3,833 milliards d'euros.

2,6 milliards grâce aux banques

La première de ces «interventions», c'est l'aide destinée à renflouer les banques, annoncée en octobre 2008. L'Etat leur a apporté 120 milliards d'euros sous la forme de prêts (77 milliards) et en entrant provisoirement dans leur capital (20,75 milliards). La banque franco-belge Dexia a bénéficié d'une aide spécifique de 28 milliards d'euros.

Résultat, selon le rapport de Gilles Carrez : sur trois ans, ce plan de sauvetage aura rapporté 819 millions d'euros en dividendes et 1,845 milliard en intérêts, soit au total 2,664 milliards d'euros.

732 millions grâce aux constructeurs automobiles

Deuxième «intervention» : le plan de soutien au secteur automobile, présenté en février 2009. Il représentait au total 7,8 milliards d'euros. L'Etat a prêté 6,3 milliards d'euros directement aux constructeurs à un taux de 6%, et ajouté 1,5 milliard à l'aide dont bénéficiaient déjà leurs filiales de crédit.

Selon le rapport de Gilles Carrez, l'Etat touchera 441 millions d'euros en 2010, première année de versement des intérêts, puis 291 millions en 2011. Total, donc : 732 millions d'euros.

437 millions grâce à la Grèce

La troisième «intervention» ne concerne pas un secteur économique, mais un pays. Dans le cadre du plan d'aide européen à la Grèce élaboré en avril, la France s'est engagée à prêter jusqu'à 16,8 milliards d'euros en trois ans, à un taux de 5%. Alors que, sur les marchés financiers, la Grèce se voyait proposer des prêts à 8%.

Ce plan de secours à la Grèce rapportera de l'argent à la France : 111 millions d'euros d'intérêts et de commissions dès 2010, 326 millions en 2011. Soit, au total, 437 millions d'euros en deux ans.

L'Etat s'est endetté pour prêter

Ces plans de secours rapportent donc de l'argent à l'Etat, mais ils lui en coûtent aussi. L'argent prêté a en effet été emprunté sur les marchés financiers.

En mai, la Cour des comptes dressait d'ailleurs un bilan mitigé du plan d'aide aux banques : d'après elle, les gains à court terme (les intérêts et les dividendes) risquaient d'être considérablement réduits, voire «annulés» par des «coûts indirects» à moyen terme. Notamment, par les intérêts que l'Etat doit verser pour les fonds qu'il a empruntés à l'étranger, puis prêtés aux banques.

Dans son rapport, Gilles Carrez est tout aussi méfiant. Il rappelle que les prêts accordés aux banques «ont été financés par un accroissement de l'endettement public». Et il lance cet avertissement au gouvernement : «Une fois liquidés, ils doivent être affectés à la réduction de la dette de l'État et non au financement de dépenses pérennes. À cet égard, aucune dotation à un opérateur ne doit être financée par le remboursement des fonds prêtés aux banques - une telle opération revenant à financer des dépenses pérennes par la dette.»

Moralité : les marchés ont prêté aux Etats qui ont prêté aux acteurs en difficulté. Ce sont donc les marchés qui, au final, se sont enrichis.

(Source : Eco89)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 21 Octobre 2010 23:57 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...