Actu Chômage

dimanche
18 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Les plus gros salaires de l'Etat actionnaire

Les plus gros salaires de l'Etat actionnaire

Envoyer Imprimer
Les entreprises cotées dans lesquelles l'Etat est actionnaire n'ont pas été épargnées par la crise. Leurs bénéfices ont chuté de 68,8% en 2009. Leurs PDG, en revanche, n'ont pas trop souffert : leur rémunération annuelle dépasse aisément le million d'euros. Le palmarès des plus gros salaires des groupes publics.

Gérard Mestrallet : 3,33 millions d'euros
GDF-Suez a vu son bénéfice net chuter de 31% en 2009, à 4,48 milliards d'euros contre 6,5 milliards un an plus tôt. Le PDG du groupe d'énergie, Gérard Mestrallet, a touché une rémunération annuelle fixe de 1,4 million d'euros sur la période, à laquelle s'est ajoutée une part variable, basée sur des objectifs qualitatifs et quantitatifs, de 1,935 million.

Jean-François Cirelli : 2 millions d'euros
Décidément, les gros salaires sont chez GDF-Suez. Le n°2 du groupe d'énergie, Jean-François Cirelli, a touché une rémunération annuelle fixe de 1 million d'euros en 2009 et environ le même montant en bonus.

Pierre Mariani : 1,8 million d'euros
Après avoir été sauvée de la faillite par les Etats français et belge en 2008, Dexia a renoué avec les bénéfices en 2009. La banque franco-belge a ainsi généré un bénéfice net de 1,01 milliard d'euros, contre une perte nette de 3,3 milliards d'euros en 2008. Et ce grâce, en partie, à deux vagues importantes de suppressions de postes dans le cadre de son plan d'économie de 600 millions d'ici 2011. Toujours en place, son administrateur délégué, Pierre Mariani, a pour sa part touché un salaire d'un million d'euros en 2009, plus une prime de 800.000 euros.

Didier Lombard : 1,58 million d'euros
Usé par la vague de suicides parmi ses employés, Didier Lombard a cédé la direction générale de France Télécom à son dauphin Stéphane Richard plus tôt que prévu, en février 2010. Alors qu'il était encore patron de l'opérateur télécoms, Didier Lombard a gagné 900.000 euros en 2009, auxquels s'ajoute une prime de 683.685 euros.

Jean-Paul Herteman : 1,5 million d'euros
La rémunération annuelle fixe de Jean-Paul Herteman, le président du directoire de Safran, s'est élevée à 700.000 euros en 2009. Le patron de l'équipementier aéronautique a également perçu une prime de 800.000 euros.

Carlos Ghosn : 1,2 million d'euros
Renault est passé dans le rouge en 2009, avec une perte nette annoncée de 3,1 milliards d'euros contre un bénéfice de 571 millions d'euros en 2008. L'emblématique patron de la marque au losange, Carlos Ghosn, a quant à lui touché un salaire annuel fixe de 1,2 million d'euros. Il aurait également dû toucher une prime de 1,8 million. Mais, conformément aux conditions édictées par l'Etat pour le prêt de 3 milliards d'euros en 2008, il a dû y renoncer.

Anne Lauvergeon : 1,12 million d'euros d'euros
La patronne d'Areva, dont la rumeur a souvent prédit l'éviction mais qui, finalement, est toujours présidente du directoire du groupe nucléaire, a perçu une rémunération annuelle fixe de 558.250 euros en 2009. Sa prime variable s'est élevée à 564.950 euros.

Pierre Gadonneix : 1,11 million d'euros
A la suite d'une polémique sur la hausse des tarifs de l'électricité, Pierre Gadonneix n'a pas été reconduit à la tête du conseil d'administration d'EDF qu'il dirigeait depuis 2004. Son mandat a pris fin le 22 novembre 2009. L'actuel patron de Latécoère a quand même touché, cette année-là, 723.158 de salaire annuel fixe et près de 400.000 euros de prime.

Pierre Henri Gourgeon : 900.000 euros
Air France-KLM a enregistré une perte historique de 1,55 milliard d'euros en 2009-2010. Pierre-Henri Gourgeon, le directeur général de la compagnie aérienne, a touché un salaire annuel fixe de 750.000 euros. Il a également touché une prime de 150.000 euros. Preuve que les objectifs qualitatifs et quantitatifs qui lui étaient fixés non pas été atteints : le montant maximal de cette part variable s'élevait à 975.000 euros.

Louis Gallois : 900.000 euros
Pour la deuxième année consécutive, le président exécutif du groupe européen EADS a renoncé à la part variable de son salaire pour 2009, qui se serait élevée à 1,14 million d'euros. Par conséquent, Louis Gallois n'a touché "que" 900.000 euros de salaire fixe en 2009, comme en 2008.

Gilles Benoist : 899.000 euros
L'homme n'est pas très médiatique. Mais il produit des résultats. En 2009, CNP Assurances a dégagé un bénéfice net d'un milliard d'euros. Le patron du leader français de l'assurance à la personne, Gilles Benoist, a quant à lui touché 580.000 de salaire fixe ainsi qu'une part variable de 319.000 euros.

Luc Vigneron : 716.604 euros
Nommé PDG de Thales par l'Etat (principal actionnaire du groupe d'armement terrestre) en mai 2009, Luc Vigneron a perçu un salaire fixe de 432.500 euros cette année-là, ainsi qu'un bonus de 184.104 euros. Luc Vigneron a pris la succession de Denis Ranque, à la tête de Thales depuis 11 ans et poussé vers la sortie un an avant la fin de son mandat. Ce dernier a bénéficié d'une indemnité de départ de 2,9 millions d'euros tandis que son salaire sur les cinq premiers mois de l'année a atteint 351.400 euros.

Pierre Graff : 560.367 euros
Le patron d'Aéroports de Paris (ADP), la société gestionnaire des aéroports parisiens (Roissy-Charles de Gaulle, Orly et le Bourget) a touché un salaire fixe de 370.000 euros en 2009, ainsi qu'une prime de 190.367 euros. Car, en dépit de la baisse du trafic passager, ADP a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 4% à 2,6 milliards d'euros en 2009.

Francis Mer : 400.000 euros
L'ancien ministre des Finances de Jean-Pierre Raffarin a touché 400.000 euros au titre de président du conseil de surveillance de Safran en 2009. Son mandat à ce poste arrive à terme en 2011.

Jean-Cyril Spinetta : 315.819 euros
En 2009, Jean-Cyril Spinetta a touché 200.000 euros de salaire fixe au titre de président du conseil d'administration d'Air France-KLM et 115.819 euros au titre de président du conseil de surveillance d'Areva.

Henri Proglio : 153.677 euros
Henri Proglio a succédé à Pierre Gadonneix à la tête d'EDF le 25 novembre 2009. Il n'aura donc travaillé qu'un mois cette année-là au sein de l'entreprise publique. Un mois rémunéré 101.370 euros en fixe et 52.307 euros en variable.

(Source : L'Expansion)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 14 Octobre 2010 20:29 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...