Actu Chômage

dimanche
27 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Quand il faut courir après le boulot...

Quand il faut courir après le boulot...

Envoyer Imprimer
Vous voulez du boulot ? Et bien courez ! C’est l’injonction faite aux chômeurs par la direction du travail d’Indre-et-Loire pour se «distinguer» auprès des employeurs. Une course de 10 kilomètres aux côtés des chefs d’entreprise de la région sera organisée fin septembre.

Jamais l’expression «courir après un job» n’aura été aussi palpable. En Indre-et-Loire, la direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP) vient de lancer un nouveau concept : faire courir, de concert, professionnels de l’insertion et demandeurs d’emploi dans le but de trouver un job à ces derniers.

«Mon idée repose sur le mélange des chercheurs d’emploi et des différents acteurs des services qu’ils côtoient au quotidien», explique Sylvie Siffermann, directrice départementale du travail. «Pour préparer une compétition sportive, on utilise les mêmes moteurs et les mêmes leviers que pour une recherche d’emploi.»

Si l’idée de départ est louable, la forme, elle, fait bondir les associations de défense des chômeurs. «Et vive la compétition ! Les gagnants auront peut-être droit à une médaille, une prime, ou un emploi ?» s’interroge ainsi un militant d’AC! : «Cette mise en scène des chômeurs me fait penser aux marathons organisés aux États-Unis, au début des années 30 pendant la crise économique». Une comparaison que les intéressés réfutent.

«Dans ce projet, les parrains issus du monde de l’insertion sont là pour accompagner leurs filleuls», insiste Hervé, chef d’une entreprise locale. «L’idée n’est pas de dire que celui qui court le plus vite gagnera un emploi.» Selon Alain et Jannyk, deux «filleuls», la cinquantaine et tous deux au chômage depuis plusieurs mois, ces Foulées pourraient leur permettre de se faire connaître. «Les entraînements sont l’occasion de sortir de chez soi, de voir du monde, d’éviter le piège des cafés. Et là, au moins, on court après quelque chose.» Et c’est bien ce «courir après quelque chose» qui coince...

=> Lire tout l’article de L'Humanité

Dans le même esprit et pour rigoler un peu, voici les J.O. du Précaire !


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 20 Septembre 2010 15:15 )  

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...