Actu Chômage

vendredi
13 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Pourquoi les allocations familiales sont-elles aussi versées aux riches ?

Pourquoi les allocations familiales sont-elles aussi versées aux riches ?

Envoyer Imprimer
Pour répondre à cette vieille question, la réponse de Pascal Riché sur Eco89. Le débat reste ouvert.

Les allocations familiales, comme les autres prestations fournies par toutes branches de la Sécurité sociale (retraite en fonction des derniers salaires, maladie en fonction du salaire et du prix des soins, assurance chômage, toujours en fonction du salaire) n'ont pas vocation à être redistributives. Elles sont en réalité une forme de salaire socialisé : les employeurs cotisent à des caisses qui versent des prestations aux salariés et à leur familles.

Mais la question qui est ici posée fait l'objet d'un grand débat depuis les années 1990 entre les partisans de «l'équité» et ceux de «l'égalité».

Les premiers, au nom du pragmatisme et de la justice sociale, prônent une réforme du système : alors que les ressources budgétaires sont très maigres, arguent-ils, pourquoi ne pas les réserver à ceux qui en ont besoin ? Pourquoi distribuer des milliers d'euros chaque année à des familles qui vivent déjà dans l'aisance [NDLR Actuchomage : et qui épargnent ou spéculent avec…] ?

Une autre partie de la gauche, fidèle aux principes républicains, met en garde contre cette approche. Le risque étant selon elle de parvenir à une «société à deux vitesses» où il faudrait prouver ses faibles ressources pour avoir accès aux allocations familiales, à l'éducation gratuite, à l'assurance maladie, etc. Recevoir des allocs ou une couverture maladie deviendrait alors le signe distinctif des «miséreux» [NDLR Actuchomage : ç'est déjà le cas !]. L'ensemble du système social, fondé sur l'égalité républicaine, risquerait alors de s'effilocher, selon les partisans de «l'égalité» qui jugent que l'Etat-providence doit être au service de tous, de façon égalitaire. C'est au niveau de son financement qu'il faut assurer la solidarité et la donc redistribution : plus d'impôts pour les riches, moins pour les pauvres.

Par ailleurs, dans une optique «nataliste», les allocations familiales n'ont pas pour fonction première de redistribuer des ressources. Elles ont avant tout pour but de promouvoir la famille afin d'assurer le renouvellement de la population (et, incidemment, la retraite des actifs). Elles ont vocation à compenser un tant soit peu la perte de revenu occasionnée (qui est d'autant plus élevée qu'on gagne bien sa vie : en général, on nourrit et habille ses gosses comme soi-même, et on les emmène quand on part en vacances…). Le but recherché par la société n'est pas d'inciter à la natalité uniquement chez les plus pauvres (même si cela n'est jamais formulé aussi brutalement). Un pays, Singapour, a poussé ce raisonnement jusqu'à des formes d'eugénisme assez scandaleuses : les aides à la natalité sont réservés aux plus aisés, et les aides à la stérilisation aux plus pauvres...

(Source : Eco89)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 22 Juillet 2009 00:08 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...