Actu Chômage

vendredi
15 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Allocation de rentrée scolaire contre téléviseur à écran plat

Allocation de rentrée scolaire contre téléviseur à écran plat

Envoyer Imprimer
Des parents indignes utiliseraient l'allocation de rentrée scolaire de leurs enfants pour s'acheter des écrans plats. Des foutaises ? Certainement pas pour Edouard Courtial. Lui y croit : il l'a entendu au bistrot !

Certains politiques savent soigner leur rentrée. Edouard Courtial est de ceux-là. Ce jeune député de l'Oise s'est assuré une agréable couverture médiatique en jetant, dimanche dernier dans les colonnes du Parisien, ce qu'il appelle «un pavé dans la mare». Et il suffit de se pencher sur le titre de l'entretien qu'il a accordé au quotidien pour comprendre de quel type de «pavé» il s'agit : «L'allocation de rentrée ne doit pas servir à acheter des écrans plats» !

Au motif que l'ARS serait «parfois détournée pour des achats pour la famille», le maire de la commune d'Agnetz préconise que le système du virement bancaire soit abandonné au profit de «chèques achats rentrée scolaire». Certains estimeront que cette mesure fleure bon le paternalisme d'un autre temps, tandis que d'autres jugeront qu'il est louable que l'Etat veille jalousement à l'utilisation de ses euros.

Mais le problème n'est pas là. La vraie question est de savoir comment Edouard Courtial en est arrivé à cette idée. Dans Le Parisien, l'élu explique avoir «entendu récemment quelqu'un dire : “On s'offrira une nouvelle télé quand on aura touché l'ARS”». Et d'ajouter : «Il semblerait que certains distributeurs d'électroménager enregistrent des pics de vente d'écrans plats au moment de la rentrée».

Et ce simple «il semblerait» suffit à Edouard Courtial pour se faire inviter sur le plateau du 13 heures de France 2 ce lundi. Là, face à Elise Lucet, l'élu de l'Oise récidive : l'idée lui serait venue «lors d'une conversation qu'[il a] entendue en prenant [son] café». Mais cette fois, le jeune député introduit un autre personnage dans cette histoire. Dans le bistrot, il y avait aussi «un prof'» ! Et ce représentant du corps enseignant aurait alors répondu «que c'est avec de tels comportements qu'[il] voit arriver des bouts de cahiers ou des cartables usés en classe». C'est beau, la politique de comptoir...

(Source : Marianne)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 02 Septembre 2008 12:18 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...