Actu Chômage

lundi
23 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Suppression de la DRE : l’ANPE en perd son latin !

Suppression de la DRE : l’ANPE en perd son latin !

Envoyer Imprimer
A l'approche de la suppression progressive de la mal nommée «dispense de recherche d'emploi» (DRE), l'attitude des agences varient : il y a celles qui cherchent à écouler le produit avant épuisement du stock, et celles qui font barrage en attendant les directives.

La dispense de recherche d'emploi — qui est en réalité une dispense de pointage mensuel et de contrôle de recherche, non une exemption — doit progressivement disparaître à partir de l'année prochaine jusqu'à extinction complète du dispositif en 2013. Si les quelque 383.000 bénéficiaires actuels, exclus des statistiques officielles, ne seront pas touchés (seuls les nouveaux y passeront, ce qui vaudra mieux pour les chiffres du chômage), l'âge ouvrant droit à la DRE sera relevé à 58 ans début 2009, puis à 58,5 ans en 2010, etc… jusqu'à atteindre 60 ans d'ici à 2013. A partir du 1er janvier prochain, sauf dérogation particulière, les «seniors» concernés se verront donc soumis aux mêmes règles que les autres demandeurs d'emploi sur l’«offre raisonnable» et ses sanctions assorties en cas de refus, dont le projet de loi doit être examiné à partir du 23 juin par le Sénat puis débattu par l'Assemblée nationale.

Tant que la loi n'est pas adoptée, la DRE continue à s'appliquer et les procédures demeurent inchangées. L’Assedic la propose automatiquement aux demandeurs d'emploi en AER, quel que soit leur âge, et à ceux de + de 57,5 ans qui perçoivent l'ARE en leur adressant un formulaire à remplir. Quant à ceux qui ont 55 ans révolus, sont en ASS ou totalisent 160 trimestres validés, ils doivent en faire la demande à leur ANPE : le conseiller va alors saisir un module d'entretien spécifique, en remettre un exemplaire à l'intéressé et un autre au directeur d'agence avec la copie du relevé CRAM. Ensuite, c'est le directeur d'agence qui saisit la dispense.

Or il semble que des conseillers ANPE, aussi ignorants que zélés, fassent obstruction aux demandes des chômeurs de plus de 55 ans qui remplissent les conditions : «Manque d'information», «Pas de consigne», «On attend les directives», leur dit-on pour ne pas accéder à leur requête. Face à cette attitude, il ne faut surtout pas se laisser intimider : la loi n'est pas votée, et sa date d'application n'est prévue qu'au 1er janvier prochain. D'ici là, la DRE reste en vigueur.

D'autres agences, submergées par le suivi mensuel personnalisé (SMP) mis en place depuis 2006, conscientes de l'absurdité de cette mesure qui ne résoudra pas le problème de discrimination que subissent les seniors sur le marché du travail, écœurées du traitement de plus en plus inique qu'on réserve aux chômeurs, font le contraire : dès qu'elles repèrent des usagers qui rentrent dans ce cadre, elles prennent les devants en leur proposant d'enclencher le dispositif avant sa disparition.

Qu'on se le dise : la DRE n'est pas encore enterrée, et il faut faire valoir ses droits !


A lire également => La défunte DRE bénéficiait aux ouvriers et aux employés

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 01 Juillet 2011 12:36 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...