Actu Chômage

samedi
17 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Dégustation d'un vrai repas de pauvre, ce midi à l'Assemblée

Dégustation d'un vrai repas de pauvre, ce midi à l'Assemblée

Envoyer Imprimer
Pour faire goûter à leurs collègues la consistance d'un authentique repas de "la France d'en bas" tout en dénonçant l'ineptie du projet de loi de modernisation de l'économie, censé redistribuer du pouvoir d'achat par le développement des hypermarchés hard-discount, des députés communistes ont organisé un déjeuner low cost à la questure de l'Assemblée nationale.

Les députés communistes ont pris au mot la publicité d'une grande surface qui proposait un "repas complet" pour 0,94 €. «Cette publicité témoigne de la réalité de millions de Français contraints, face à l'augmentation des prix, d'effectuer des arbitrages scandaleux en matière alimentaire», a expliqué le député du Val-de-Marne Pierre Gosnat, organisateur de ces "agapes" servies à midi dans un salon privé de l'Assemblée. Une fois n'est pas coutume, pas de champagne et de petits fours mais des produits à prix discount : des carottes rapées industrielles, une paire de knackis accompagnés d'une purée de pommes de terre en flocons sans lait, suivis d'un yaourt nature sans sucre. Des «produits de première nécessité au meilleur prix» qui ne sacrifient pas à une «alimentation équilibrée», vantait le prospectus.

Des députés, membres de la commission des Affaires économiques saisie sur le projet de loi de modernisation de l'économie, et les quelques journalistes conviés à ce festin étaient priés d'apporter leur pain, leur eau ou leur vin, ces derniers n'étant pas compris dans les 0,94 €.

«C'est mangeable», a lancé un des participants, ajoutant toutefois que ce «n'était pas très goûtu»... Etait également présent le nutritionniste Jean-Michel Cohen, qui en a souligné «le déséquilibre». «Servi régulièrement, [ce type de repas] provoquerait une montée du cholestérol associée à un amaigrissement dû à l’insuffisance calorique des aliments», a-t-il diagnostiqué, spécifiant qu'aujourd'hui, pour se nourrir correctement, il faut compter au minimum 2,70 € par jour. Quant à Pierre Gosnat, il a enfoncé le clou en affirmant que les produits sélectionnés par cette enseigne ne «répondent nullement aux exigences nutritionnelles et gustatives minimales. (...) Indéniablement, cela se mange… Le problème est que des gens n’ont pas d’autre choix pour se nourrir».

«Cette situation alarmante est une des conséquences de la mise en concurrence et de la guerre des prix entre hypermarchés, concurrence que le gouvernement souhaite renforcer par l'actuel projet de loi de modernisation de l'économie», a déclaré le député communiste pour qui la LME cherche à masquer «l’échec de Nicolas Sarkozy à redistribuer du pouvoir d’achat aux Français comme il s’y était engagé». Loin d'œuvrer en ce sens, la LME «aura pour corollaire la généralisation d'une offre alimentaire qualitativement dégradée».

Démonstration réussie, mais qui aura certainement peu d'effet auprès de ses confrères pansus, pour la plupart nourris, véhiculés et parfois logés aux frais de la généreuse République, et qui n'ont que faire de ce que mangent leurs concitoyens les plus démunis.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 12 Juin 2008 23:37 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...