Actu Chômage

dimanche
17 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique L'UIMM a versé 550.000 € à PSA en 2007

L'UIMM a versé 550.000 € à PSA en 2007

Envoyer Imprimer
On apprend que l'un des heureux bénéficiaires de l'Epim (la «caisse de secours mutuel» de l'UIMM, un «trésor de guerre» valorisé à hauteur de 600 millions d'euros) fut PSA Peugeot-Citroën, qui y cotisait. De quoi entacher la candidature de son DRH à la présidence de l'Unedic ?

Le contructeur automobile reconnaît avoir perçu ce «dédommagement» suite à la grève qui perturba l'activité de son usine d'Aulnay-sous-Bois du 28 février au 10 avril 2007. «Nous avons fait une demande écrite à l'UIMM pour obtenir une aide financière de solidarité compte tenu de l'impact économique de la grève, et l'UIMM y a répondu favorablement», confirme un porte-parole de PSA, qui ajoute : «Il y a bien eu un versement de 550.000 €, par chèque, en ligne avec l'action de notre syndicat professionnel et en toute transparence». Cette pratique est permise par le Code du travail, selon lequel «les syndicats professionnels peuvent constituer entre leurs membres des caisses spéciales de secours mutuels et de retraites»...

Pour la CGT du groupe, «la coupe est pleine». Elle dénonce des «méthodes antisyndicales d'un autre temps», fustigeant cet employeur «qui s'est longtemps illustré par les entraves au droit de grève, la discrimination syndicale et le soutien à un syndicalisme-maison», et qui «n'a pas renoncé à ses anciennes méthodes» pour «casser» les mouvements sociaux au sein de son entreprise.

Les ennemis des salariés

PSA Peugeot-Citroën est l'entreprise française qui arrive en tête du palmarès des suicides au travail avec un septième décès le 21 mars dernier : celui d'une employée de 41 ans, mère de deux enfants, en procédure de reclassement après dix-neuf années de bons et loyaux services au service communication du siège parisien. Pourtant son DRH Jean-Luc Vergne, qui ose prétendre que «l'image sociale du constructeur automobile a considérablement changé depuis [mon] arrivée» en 2000, est donné favori à la présidence de l'Unedic : sa nomination devrait être annoncée demain soir par le comité des mandats du Medef.

Il faut savoir que l'actuel président de l'UIMM, Frédéric Saint-Geours, fut l'ancien directeur général de Peugeot et qu'il est toujours conseiller de l'actuel PDG de PSA Christian Streiff, l'homme qui initia le plan de redressement Power8 chez l'avionneur Airbus (plus de 10.000 emplois menacés) et a déjà à son actif quelque 5.000 «départs volontaires» chez le constructeur automobile. Ainsi, quand ce n'est pas aux pompes funèbres, ce talentueux «tueurs de coûts salariaux» se charge de confier son personnel aux bons soins de l'assurance-chômage, que son collègue Jean-Luc Vergne récupèrera en tant que représentant du Medef à l'Unedic où, deux ans durant, il prendra soin de négocier au plus bas leurs conditions d'accès et d'indemnisation. La boucle est bouclée !


DERNIÈRE MINUTE => Jean-Luc Vergne a été écarté par le Medef pour la présidence de l'Unedic : lire en commentaire…

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 07 Avril 2008 16:35 )  

Commentaires 

 
0 # ledesa 2008-04-07 16:25 Un vrai panier de crabes !!! Pire : ce sont de vrais piranhas !!! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Maxerem 2008-04-07 17:40 L'UIMM a versé 550.000 € à PSA en 2007

On comprend tout de suite que PSA est une pme dont l'existence est menacée par une grève…
Il est donc naturel qu'un syndicat patronal comme l'UIMM fasse jouer la solidarité.

En réalité, l'UIMM est un syndicat quasi obligatoire ou "cotisent" de nombreux sous-traitants des grands groupes comme PSA, ainsi que de nombreuses autres pme qui n'ont plus grand rapport direct avec la métallurgie.
De là à penser qu'elle fonctionne comme une mafia dirigée par les groupes donneurs d'ordre qui "ponctionnent" les pme il n'y a qu'un pas que je n'oserai pas franchir.

Mais on ne peut pas s'empêcher d'y penser - très fort - surtout quand on constate que les dirigeants de psa, ceux de l'Uimm et les "présidentiables " patronaux pour l'Unedic et d'autres organismes paritaires forment un club très restreint…

Mais tout cela est surement le fruit du hasard et de la nécessité, peut-être…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # michael 2008-04-08 00:10 Je lis : «caisse de secours mutuel», «aide financière de solidarité»… Le mutualisme et la solidarité existent bien au sein du patronat !

Tout comme la «sécurisation des parcours professionnels» existe aussi chez les hommes politiques assurés de salaires, d'indemnités et de régime de retraite confortables.

Ce qui contredit les propos célèbres de la patronne des patrons Laurence Parisot : «La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ?» puisqu'ils luttent tous contre leur propre insécurité !

Seulement, il faut croire que mutualisme et solidarité ne s'adressent qu'à eux-mêmes. Pour les autres, la populace, la précarité est une fatalité, et la protection sociale est un privilège que l'on doit abolir.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-04-09 00:03 Le fait que la candidature du directeur des ressources humaines de PSA Peugeot Citroën n'a pas été retenue n'a rien à voir avec la révélation, lundi, que le constructeur automobile français a reçu 550.000 € de la caisse de secours mutuel de l'UIMM, assure une source proche du dossier…

Jean-Luc Vergne, directeur des ressources humaines de PSA Peugeot Citroën, a été écarté par le Medef comme candidat pour la présidence de l'Unedic, a-t-on appris mardi de source proche de Jean-Luc Vergne. "Sa candidature n'a pas été retenue dans la short list, il ne faisait pas partie des personnes auditionnées au Medef mardi", a déclaré cette source à l'AFP sans préciser d'autre motif.

Après avoir présélectionné vendredi deux candidats pour l'Unedic (assurance chômage) et deux candidats pour l'Agirc (caisse de retraites complémentaires des cadres), le comité des mandats du Medef procédait mardi à des auditions.

Hormis Jean-Luc Vergne, Geoffroy Roux de Bézieux, président de Croissance Plus, s'est officiellement porté candidat à la présidence de l'UNEDIC. Selon Le Monde daté de mercredi, il aurait été retenu pour la phase finale de sélection ainsi que Jean-Louis Schilansky, directeur général de l'Union française des industries pétrolières (UFIP) et président du comité énergie du Medef. Ce dernier a été l'un des soutiens les plus musclés de Laurence Parisot en 2005, mais il a pour handicap d'être aujourd'hui un homme d'appareil… Or Laurence Parisot s'est engagée à promouvoir des chefs d'entreprise. Un joli casse-tête.
Pour l'AGIRC, seul Philippe Vivien, DRH d'Areva, s'est officiellement déclaré candidat.

Jean-Luc Vergne était issu de l'Union des industries et métiers de la métallurgie, la puissante fédération du Medef. A l'inverse de Michel de Virville, qui a démissionné de l'Unedic début mars après avoir été mis en cause dans l'affaire de l'UIMM, il se targuait de n'avoir jamais exercé de mandat, ni à la fédération, ni au Medef. "Je suis un homme nouveau, qui connaît bien les besoins des entreprises et des demandeurs d'emploi", confiait-il récemment.

PSA Peugeot-Citroën a reconnu lundi avoir reçu 550.000 € de la "caisse de secours mutuel" de l'UIMM à l'issue d'une grève de six semaines en 2007 dans son usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). L'UIMM avait indiqué le 20 mars que sa "caisse de secours mutuel", baptisée Epim et valorisée environ 600 millions d'euros, avait profité à "deux ou trois entreprises en 2007", à hauteur de 574.000 €. Selon la source proche, le fait que sa candidature ait été écartée "n'est pas lié" à cette révélation.

(Source : Les Echos)

ET À CETTE HEURE, LE MEDEF N'A TOUJOURS PAS ARRÊTÉ SON CHOIX… Les lauréats seront désignés officiellement lundi 14, en conseil exécutif.
Quoi qu'il en soit, la CGPME présentera son propre candidat, Jean-François Veysset, actuel président par intérim. In fine, c'est le conseil d'administration de l'Unedic qui décidera.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...