Actu Chômage

dimanche
26 janvier
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités A quand la chasse aux vrais fraudeurs et aux vrais profiteurs ?

A quand la chasse aux vrais fraudeurs et aux vrais profiteurs ?

Envoyer Imprimer
Hier soir, chez Ruquier (France 2), le chanteur étiqueté socialiste Benjamin Biolay disait qu'il se lancera dans la politique le jour où il sera riche car, selon lui, plus on l'est, moins on est corruptible. Quel grand naïf !!! La corruption n'est pas une question de revenus mais de mentalité. Et s'il fallait qu'il n'y ait que des riches pour faire de l'honnête politique, quelle serait la place des plus pauvres dans notre démocratie ?

Exemple parmi tant d'autres : Un député UMP adepte de la méthode Bolufer

Depuis juin 2006, Georges Tron "veille à la conduite des opérations immobilières de l'Etat". Mais ce député UMP de l'Essonne n'est pas manchot lorsqu'il s'agit des siennes. Maire de Draveil, une commune de 20.000 habitants, il vit à Paris dans un logement de 6 pièces, rue Mademoiselle (XVe arrondissement). Montant du loyer : 1.189 € par mois pour une superficie de 118m². Dans ce quartier (et dans le privé), il faut débourser "entre 2.500 et 3.000 € pour le même type d'appartement", selon plusieurs agents immobiliers interrogés par Le Canard.

Très collet monté, "le grand Tron", comme ses amis de Dravail le surnomment en référence à sa taille, réside dans son F6 depuis le 30 septembre 1992. A l'époque, il occupait l'éminente fonction de chef de cabinet auprès du non moins éminent député de Paris Edouard Balladur. Selon Domaxis, bailleur privé spécialisé dans les logements sociaux, Georges Tron a obtenu son "chez-lui" grâce… au 1% patronal. Il n'y avait pas plus social que Ballamou...

Grand expert immobilier

Georges Tron confirme mais jure que "le montant de (sa) quittance de décembre est de 2.150 €". Charges comprises (961 €), oublie-t-il de préciser. Et d'ajouter : "Moi je ne paie pas l'ISF, je ne dispose pas de portefeuille boursier ni de biens immobiliers." Pour les dons, s'adresser au Canard, qui transmettra...

Neuf mois après avoir emménagé dans le paisible XVe arrondissement de Paris, Tron devient député de l'Essonne. Il continue alors d'habiter son confortable "immeuble à loyer normal". Idem lorqu'il est élu maire de Draveil, en juin 1995. A l'époque, selon les chiffres de la Direction départementale de l'équipement, la commune comptait 28,65% de logements sociaux. Dix ans plus tard (derniers chiffres connus), ce taux est tombé à 21,59%. Soit un peu plus que les 20% exigés par la fameuse loi Solidarité et de renouvellement urbain (SRU). Ce qui a permis à monsieur le Maire de fanfaronner, lors du conseil municipal du 29 juin 2007 : "Dans le domaine du logement social, nous faisons un effort considérable." Exact, et monsieur le Maire paie de sa personne...

Présidant depuis juin 2006 le Conseil immobilier de l'Etat composé de parlementaires, de hauts fonctionnaires et de représentants du secteur privé, Georges Tron préconisait "une réflexion sur les modifications des règles d'attribution des logements de fonction." Et aucune réflexion sur les passe-droits des parlementaires ?

Didier Hassoux pour Le Canard Enchaîné du 9 janvier 2007

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 13 Janvier 2008 16:39 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...