Actu Chômage

lundi
17 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Sogerma : les salariés devront "faire un effort"

Sogerma : les salariés devront "faire un effort"

Envoyer Imprimer
Au lendemain de l'annonce de la reprise partielle de la Sogerma par le groupe TAT (Touraine Air Transport), le nouveau coprésident d'EADS et ex président de la SNCF Louis Gallois a indiqué que les salariés devront "faire un effort" afin d'assurer "la viabilité" du site de Mérignac.

Jeudi 13 juillet, Louis Gallois s'était rendu sur le site de Sogerma Services à Mérignac (Gironde) pour rencontrer les syndicats et annoncer aux salariés avoir trouvé "une solution industrielle pérenne" à travers l'alliance avec TAT : ainsi, 650 emplois sur 1.018 seront maintenus. Puis, dans une interview accordée le lendemain au quotidien Sud Ouest, Louis Gallois a prévenu que "la viabilité du site de Gironde suppose aussi que les salariés fassent des efforts", estimant que "les coûts horaires de la Sogerma sont actuellement supérieurs à la concurrence française. Une négociation va s'engager sur ce sujet". Comprenez : ceux qui ne perdront pas leur emploi devront se serrer la ceinture.

Effectivement, quand ils ne sont pas sacrifiés, c'est toujours aux salariés de payer les pots cassés suite aux erreurs et aux abus de leurs dirigeants. Rappelons que Noël Forgeard, prédécesseur de Louis Gallois, est soupçonné de délit d’initié après avoir vendu en famille ses stock-options, quelques semaines avant que l’annonce du retard dans le programme de fabrication des Airbus A380 ne provoque l’effondrement des cours qui ont chuté de 26% le 14 juin dernier. Ainsi M. Forgeard a quitté ses fonctions avec un "parachute doré" que n’auront certes pas les 368 salariés de la Sogerma restant à reclasser - et les quelque 5.000 autres employés dans la sous-traitance - dont il avait annoncé lui-même le licenciement le 12 mai. Rappelons également que les états-major d'Airbus et d'EADS n'ignoraient rien des difficultés de l'A380 : des objectifs irréalistes dont l'impact financier est évalué à 500 millions d'euros par an (surcoûts et pénalités de retard) d'ici 2010.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 15 Juillet 2006 07:57 )  

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...