Actu Chômage

jeudi
14 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Nous n'avons pas de misère en France !

Nous n'avons pas de misère en France !

Envoyer Imprimer
Piégé par les "Yes Men", des altermondialistes spécialisés dans le détournement, le maire UMP de Levallois-Perret Patrick Balkany, affirme qu'"il n'y a pas de misère en France" et que les pauvres "vivent très bien". Il croyait s'exprimer sur une télévision américaine.

Le maire UMP de Levallois Perret a été piégé par les Yes Men - un groupe d'altermondialistes spécialisé dans le détournement - lors d'une émission réalisée pour Karl Zero, producteur du "Vrai journal" de Canal+, mais jamais diffusée.
Patrick Balkany a en effet participé à un "duplex" censément organisé par la chaîne "CapitolOne" pour son émission "Politics Prime" consacrée aux violences urbaines. En fait, la chaîne et l'émission n'ont jamais existé et le journaliste n'est autre que l'un des Yes Men, Andy Bichlbaum.

"Ce que vous appelez les pauvres"

Celui-ci interroge le maire de Levallois-Perret sur le fait que, lorsqu'on se ballade à Paris, on ne voit quasiment aucun pauvre, contrairement aux Etats-Unis. Voici la restranscription texte intégrale de l'interview :

Le journaliste : "Comment avez vous incité les pauvres à quitter les villes pour aller habiter en banlieue?"
Patrick Balkany : "Ce que vous appelez les pauvres, je suis désolé de vous le dire, c'est des gens qui gagnent un peu moins d'argent. Mais comme ils gagnent moins d'argent, ils ont les même logements que les autres, sauf que eux les payent moins cher. Et ils vivent très bien. Nous n'avons pas de misère en France. Il n'y a pas ce que vous appelez les pauvres.
Bien sûr, il y a bien quelques sans domicile fixe qui eux ont choisi de vivre en marge de la société. Et même ceux-là, croyez moi, on s'en occupe : il y a des foyers d'accueil parce que en hiver en France aussi, il fait froid et il n'est pas question de laisser dehors les gens qui sont dans la misère donc nous leur donnons des asiles (…) on leur donne tout ce dont ils ont besoin. Mais ce sont des gens relativement rares qui ont décidé une bonne fois pour toute qu'ils étaient en marge de la société, qu'ils ne voulaient pas travailler ou qu'ils avaient été rejetés par la société."

A la fin de l'interview, la caméra effectue un travelling arrière, montrant ainsi que le plateau n'a rien d'un plateau télé, tandis qu'une voix off commente : "Les 10% de chômeurs, le million de Rmistes et les 86.000 sans domicile fixe apprécieront."

La séquence aurait été enregistrée pour un pilote d'une émission baptisée "Alterland" présentée par le journaliste Christophe Hondelatte, mais qui n'a jamais été diffusée.
Contacté par le Quotidien Perm@nent nouvelobs.com jeudi 17 novembre, Alain Brigand, producteur à La Société du spectacle, la maison de production de Karl Zero, a exclu toutes tensions avec Canal+ à ce sujet et précisé que ce pilote a été refusé pour "des raisons artistiques". Les relations avec la chaîne "sont au beau fixe", affirme-t-il, le "Vrai journal", l'émission hebdomadaire de Karl Zero, marchant "très bien".

(Source : Le Nouvel Obs => inclus la vidéo)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 23 Novembre 2005 01:11 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...