Actu Chômage

samedi
21 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Suivi des demandeurs d'emploi : premier bilan

Suivi des demandeurs d'emploi : premier bilan

Envoyer Imprimer
L'Unedic a présenté mardi aux partenaires sociaux réunis pour la première séance de négociation sur l'assurance-chômage un premier bilan "encourageant" des expérimentations de suivi des chômeurs par l'ANPE et des prestataires privés, dont il propose une extension en 2006. Cette extension pourrait entraîner une évolution des affectations des enveloppes financières de l'Unedic destinées au retour à l'emploi.

Depuis mai 2005, le "suivi personnalisé et l'accompagnement renforcé" des demandeurs d'emploi considérés comme "rapidement employables" est expérimenté dans une dizaine d'Assedic. Il est estimé "extrêmement encourageant", particulièrement pour six Assedic où les chômeurs sont reçus sur un rythme quasi hebdomadaire. L'Unedic témoigne d'une "véritable accélération du retour à l'emploi" des chômeurs concernés : dès les 30 premiers jours, 34% de sortie du chômage contre 11% pour le taux de référence, dans les 8 premières semaines, doublement du taux de sortie du chômage et à 90 jours, le taux de reclassement est encore de plus du double.

Un premier bilan des expériences d'accompagnement de demandeurs d'emploi par des opérateurs privés (Ingeus, Adecco, Altedia, BPI, Etap'Carrières) a été également présenté mardi aux partenaires sociaux. Ces expériences concernent des personnes dont une évaluation de type "profilage" a montré qu'elles présentent des risques de rester au chômage de longue durée, et qui sont orientées par l'ANPE vers ces opérateurs privés. Ces chômeurs sont suivis pendant 9 ou 10 mois dans la recherche d'emploi et pendant les 6 à 7 premiers mois dans l'emploi.
Les premiers constats montrent un taux d'adhésion des chômeurs sollicités "très inférieurs" aux prévisions : deux sur trois ont refusé l'accompagnement. L'Unedic avance donc avec prudence, compte tenu également "du manque de recul", mais juge les résultats "encourageants" : 23% des chômeurs parmi les premiers reclassés par Ingeus (dispositif le plus ancien), ont accédé à l'emploi dans les 3 mois, 47% à 6 mois, dont 40% en CDI ou CDD supérieur à 6 mois.

Les services de l'Unedic recommandent donc l'extension de ces expérimentations faisant intervenir des opérateurs privés, à condition que leur "pilotage" soit réalisé par l'Assedic, avec "obligation de résultats". L'Unedic juge qu'une extension à plusieurs dizaines de milliers de bénéficiaires permettrait de réduire le coût de ces prestations privées, situé entre 3.600 et 6.000 euros par allocataire. "Ainsi, il pourrait être envisageable de transférer tout ou partie de certaines catégories d'aides du PARE", représentant près d'1 milliard d'euros, vers de nouvelles natures d'aides, notamment le financement de prestataires privés, estime l'Unedic.

(Source : Voila.fr)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 09 Novembre 2005 17:21 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...