Actu Chômage

lundi
22 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Le Budget de l'Elysée est 3 fois supérieur aux chiffres officiels

Le Budget de l'Elysée est 3 fois supérieur aux chiffres officiels

Envoyer Imprimer
Le budget réel de l'Elysée est presque trois fois supérieur aux chiffres officiels, en raison notamment du financement de certaines dépenses de la présidence de la République par divers ministères, a affirmé mardi le député PS de l'Aisne, René Dosière.

Le chiffre officiel de 32,7 millions d'euros, qui figure dans le projet de loi de finances pour 2006, "n'est en réalité qu'une partie du budget" de l'Elysée, a déclaré M. Dosière en présentant à la presse les résultats d'une enquête qu'il a effectuée depuis quatre ans. "En explorant ce que chaque ministère finance, j'ai pu faire apparaître que cette partie-là ne représente aujourd'hui qu'un tiers du budget, et que les ministères financent environ les deux tiers du vrai budget", a-t-il ajouté.

Pour 2003, le budget "visible, ou officiel" de l'Elysée était de 30,5 millions d'euros, auquel il faut rajouter un "budget caché" de 52,1 millions d'euros, donnant au total un "budget réel" de 82,6 millions d'euros, selon lui.

La contribution la plus forte a été apportée par la Défense, les Affaires Etrangères et la Culture, qui assurent à eux trois plus de la moitié (54%) du vrai budget de l'Elysée, a affirmé M. Dosière. La Défense fournit le plus gros contingent de personnel et finance les déplacements en avion (Airbus ou Falcon) de la présidence, les Affaires Etrangères supportent le coût des voyages officiels du président et les frais de réception lors des conférences internationales, et la Culture supporte l'essentiel des travaux d'investissement, a détaillé M. Dosière.

Le président, seul responsable public dont la rémunération n'est pas fixée par la loi, mais par lui-même, reçoit 6.594 € bruts mensuels, soumis à l'impôt sur le revenu, indique ce rapport. Cette rémunération est inférieure à celle du Premier ministre (20.206 € bruts mensuels), d'un ministre (13.471 €) et même d'un secrétaire d'Etat (12.795 €), précise M. Dosière en parlant d’"une autre anomalie de la République".

"Je ne suis pas encore parvenu à une totale transparence sur ce budget" car "l'Elysée se refuse obstinément à donner un certain nombre de renseignements", notamment sur les effectifs, a ajouté le député. Il a identifié 783 fonctionnaires mis à disposition de la présidence et continuant à être payés par leur ministère respectif (dont 58 donnent lieu à un remboursement ultérieur par l'Elysée). M. Dosière estime en outre que 150 à 200 personnes sont recrutées et payées directement par l'Elysée, donnant un total d’"en gros 1.000 personnes", l'équivalent du "personnel d'une ville de 50.000 habitants".

M. Dosière signale qu’"à partir de 1995, date de l'arrivée à l'Elysée de Jacques Chirac, le budget officiel a été multiplié par cinq". Il n'est "pas satisfait" par l'explication de l'Elysée, pour qui cette progression correspond à l'inscription dans son budget de moyens auparavant pris en charge par des ministères et entreprises publiques.

(Source : Voila.fr)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 05 Octobre 2005 04:32 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...