Actu Chômage

lundi
22 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Baisse du chômage de 0,9% en août

Baisse du chômage de 0,9% en août

Envoyer Imprimer
Le chômage a reculé de 0,9% pour le cinquième mois consécutif, selon les chiffres du ministère de l'Emploi : fin août, la France comptait 2.401.800 demandeurs d'emploi de catégorie 1, soit 21.500 de moins qu'en juillet.

Après un recul de 0,1% en avril et mai, 1,4% en juin et 1% en juillet, le taux de chômage s'établit à 9,9% de la population active au sens du Bureau international du travail (BIT). Un chiffre qui cache des disparités selon l'âge du demandeur d'emploi : il est de 23,1% pour les moins de 25 ans, 9% pour les actifs âgés de 25 à 49 ans et 7,1% pour ceux de plus de 50 ans. Ce sont surtout les hommes qui profitent de cette baisse (-1,1%), alors que le chômage recule de 0,7% chez les femmes.

"Les choses avancent", a affirmé Dominique de Villepin dans sa conférence de presse mensuelle au cours de laquelle il a demandé à "être jugé aux résultats". Mais le contexte de faible croissance appelle à la prudence, d'autant que l'économie française ne crée pas d'emplois depuis le début de l'année (seulement 5.000 postes dans le secteur concurrentiel au premier semestre 2005).
Certes, les statistiques d'août montrent une embellie sur le marché de l'emploi qui se traduit par une baisse des inscriptions au chômage (-2,3%). Mais pour la plupart des observateurs, cette baisse depuis juin est essentiellement due à la relance des contrats aidés (partiellement ou entièrement financés par l'Etat), initiés dans le cadre du plan de cohésion sociale mis en place en janvier 2005, et qui commencent à prendre effet.

Certains syndicats dénoncent le nombre élevé de radiations des fichiers de l'ANPE et ont affiché leur crainte de voir le gouvernement faire baisser "artificiellement" le nombre de demandeurs d'emplois en durcissant le contrôle des chômeurs dont les modalités ont été modifiées début août. Selon les dernières statistiques, le nombre de radiations a connu une légère baisse en août par rapport à juin et juillet, de même que par rapport à la même période de 2004 et a concerné 33.651 demandeurs d'emploi. En revanche, le nombre de sorties pour absence au contrôle - qui peuvent aussi concerner des personnes qui ont retrouvé un emploi sans le signaler à l'ANPE - au cours de la période juin-août a augmenté de 12,5% par rapport à 2004.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 30 Septembre 2005 01:43 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2005-09-30 00:53
Dans son communiqué, le ministère de l'Emploi précise que sur un an, le nombre de demandeurs d'emplois de catégorie 1 a reculé de 1,8% (-2,2% pour les hommes et -1,4% pour les femmes).

Le nombre de jeunes demandeurs d'emplois enregistre une baisse de 1,2% au mois d'août.

Le chômage de longue durée recule de 0,6% pour les demandeurs d'emplois inscrits depuis au moins un an à l'ANPE, tandis qu'il diminue de 2,6% pour ceux qui recherchent un emploi depuis deux à trois ans.

Sur les trois derniers mois, les inscriptions à l'ANPE ont diminué de 2,3% par rapport au trimestre précédent, notamment pour licenciement économique (-7,9%), fin de mission d'intérim (-6,5%) et, dans une moindre mesure, pour fin de contrat à durée déterminée (-0,7%). Le nombre de premières entrées reculent également de 1,9%.

Dans le même temps, les sorties de l'ANPE ont augmenté de 7,7%. Les reprises d'emploi déclarées ont progressé de 1,6% tandis que les entrées en stage ont reculé de 1%.

(Source : AP)

…/…


1) On ne parle toujours que des chômeurs de catégorie 1

2) Le recul des inscriptions pour licenciement économique n'est-il pas lié à la Convention de Reclassement Personnalisé (CRP) qui place d'office ces nouveaux demandeurs d'emploi en catégorie 4 ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2005-09-30 14:25 Au sommaire du Canard Enchaîné du 10 août 2005, «La dernière trouvaille pour escamoter les chômeurs !»

Selon l’hebdo satirique, 65.000 chômeurs en 2005 et 120.000 en 2006 devraient disparaître des statistiques officielles grâce l’application de la convention de reclassement personnalisé (CRP) votée avec la loi Borloo. Le gouvernement espère ainsi que 80% des futurs licenciés économiques accepteront cette nouvelle allocation qui leur assurera 80% de leur ancien salaire brut pendant huit mois, puis 70% pour les cinq mois suivants. Un tripatouillage bien réel qui devrait se traduire par une baisse très virtuelle du chômage.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Antoine 2005-10-01 14:21 Pour info au sujet de la CRP… Celle ci ne fonctionne pas dans le sens où on attendait 80% d'adhérent… Or il s'avère qu'actuellement ce serait plutôt l'inverse… 80% de non adhérent… Ensuite, mais je n'ai pas pu vérifier,mais les bénéficiaire de la CRP serait compté dans les chiffres du chomage… Donc ils ne passeraient pas à la trape… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2005-10-03 18:06 Merci Antoine pour ce complément.

Reste donc à vérifier l'info du Canard qui, à ma connaissance, n'a pas été démentie dans les colonnes de l'hebdo satirique (sous la forme d'un "pan sur le bec" quand le Canard se trompe).

Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-09-30 22:20 30-09 (AFP) 18:15:38
Jean-Louis Borloo a récusé vendredi les accusations d'une baisse "artificielle" du chômage, qui a reculé pour le cinquième mois consécutif en août, alors que certains syndicats et le PS ont souligné que l'économie ne créait pas d'emplois.

La baisse du chômage est une "tendance lourde sur les 24 mois à venir", a affirmé le ministre de la Cohésion sociale, après l'annonce d'un recul de 0,9% du chômage en août, représentant 21.500 demandeurs d'emplois de moins.

Alors que le Premier ministre se félicitait de résultats "encourageants", M. Borloo s'est employé à récuser les accusations selon lesquelles cette baisse, entamée timidement en avril et mai avant de s'accélérer depuis juin, serait "artificielle".
"Est-ce qu'augmenter le nombre d'apprentis, refaire tous nos quartiers, doubler le logement social, est-ce que c'est artificiel ? Et le fait de voir les demandeurs d'emploi tous les mois et non tous les ans pour faire un bilan de compétence et des propositions, est-ce que c'est artificiel ou est-ce que c'est la vraie vie ?", s'est-il interrogé sur RTL.

Traitement social du chômage

Tant les partis de gauche que certains syndicats se sont en effet interrogés sur la signification de ce recul, qualifié de "diminution statistique" voire de "baisse optique".
"Après avoir décrié à l'extrême, puis mis à bas, les emplois aidés créés sous la précédente législature, le gouvernement y recourt désormais massivement pour opérer une baisse administrative du chômage", a ainsi dénoncé le secrétaire national du PS, Eric Besson.
Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a lui aussi estimé, en s'en félicitant, que le recul du nombre de demandeurs d'emploi était dû au retour du "traitement social du chômage", que le gouvernement avait interrompu en 2003.

Pour la plupart des observateurs, la baisse du chômage depuis juin est en effet essentiellement due à la relance des contrats aidés initiés dans le cadre du plan de cohésion sociale mis en place en janvier 2005, et qui commencent à prendre effet. Dans sa dernière note de conjoncture publiée fin juin, l'Insee pronostiquait ainsi que la montée en charge de ces dispositifs permettrait de ramener le taux de chômage à 9,8% fin décembre.

Selon le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, la baisse du chômage serait aussi dopée par le fait que "les générations nées après-guerre commencent à prendre leur retraite" et par le nombre important de "radiations administratives ". Depuis plusieurs mois, les syndicats dénoncent le nombre élevé de radiations des fichiers de l'ANPE et affichent leur crainte de ce chiffre augmenter depuis la réforme du contrôle des chômeurs entrée en vigueur en août.

Cette polémique "sans fondement" est "diffamatoire pour les agents de l'ANPE", s'est défendu vendredi son directeur, Christian Charpy, selon qui le chiffre des radiations est "stable" par rapport à 2004 et "a même baissé depuis juin".

Mais en tout état de cause, la diminution du chômage observée ces derniers mois ne correspond pas "à des créations d'emploi et ça ne signifie pas qu'il y a un nouveau dynamisme économique", s'est inquiété M. Mailly. De fait, les créations d'emploi stagnent depuis le début de l'année, dans un contexte de croissance économique atone.

"L'enjeu des mois qui viennent" sera donc de développer "l'emploi durable", en investissant pour une croissance plus dynamique", a averti M. Chérèque.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-09-30 22:36 30-09 (AFP) 12:19:37
Eric Besson, secrétaire national du PS à l'Economie, a dénoncé vendredi "la vaste opération marketing engagée par le gouvernement pour faire apparaître une baisse optique du chômage".

Réagissant à la nouvelle baisse du chômage au mois d'août, Eric Besson a affirmé dans un communiqué que "le gouvernement a en réalité décidé une baisse du chômage sur ordonnance avec un mélange de radiations administratives et de créations d'emplois aidés, le plus souvent très précaires".

"Après avoir décrié à l'extrême, puis mis à bas, les emplois aidés créés sous la précédente législature, le gouvernement y recourt désormais massivement pour opérer une baisse administrative du chômage", a-t-il ajouté. Selon le PS, "pour le seul mois d'août, le nombre d'emplois aidés supplémentaires correspond exactement au nombre de chômeurs en moins".

"Face à l'inertie de ce gouvernement qui ne fait rien d'utile pour la croissance, rien de durable pour l'emploi et rien de concret pour le pouvoir d'achat, le PS rappelle qu'il y a aujourd'hui urgence à mettre en place un bouclier social, en lieu et place du bouclier fiscal institué par ce gouvernement pour les plus favorisés", a conclu le député de la Drôme.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-09-30 22:40 30-09 (AFP) 17:15:17
Le Parti communiste français (PCF) a estimé vendredi dans un communiqué que "la baisse annoncée du chômage est artificielle" et que, contrairement à ce qu'affirme Dominique de Villepin, "la précarité est en marche".

"Si l'on prend en compte les chômeurs écartés des statistiques officielles, le chômage a progressé de près de 2% sur un mois. Par ailleurs, le chômage partiel a progressé de 11,5% sur un mois, 21% sur un an", affirme-t-il.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # OBYONETAOPY 2005-10-01 15:20 MENSONGES ET MENSONGES encore les baisses de chomage annoncées…rien que cela la pseudo baisse de chomage en France montre qu'ils et elles ne sont vraiment pas décidés ( et ou en sont incapables ) de faire une société saine où chacun pourrait trouver LIBREMENT du travail selon ses compétences et selon ses goûts…

Je reviendrais plus tard pour poster d'autres messages…par exemple sur ce qui est considéré comme travail et ce qui ne l'est pas…en effet…le benevolat…prouve bien qu'il y a du travail que le travail ne manque pas en france si on veut, mais que certains et certaines considèrent les richesses générées par tous comme leur bien particuliers et qu'ils ne les fon(t pas circuler entre tous, preferant les planquer dans des Paradis Fiscaux ( même pas Français ) d'où les Pauvres sont exlus…

IL N'Y A PAS UN MANQUE DE RICHESSE, il y a un MANQUE de leur CIRCULATION entre TOUS…le probleme qui crée tous les problemes il est LA…L'ABSENCE de SAINE COMMUNICATION entre les DIFFERENCES…causé par l'egoisme et la cupidité qui fait croire que les RICHESSES MISENT POUR TOUS SUR LA SPHERE n'appartiennent qu'à quelques uns, " qui seraient Elus " au détriment de tous les autres…Une SOCIETE SAINE est une societe qui fait CIRCULER SES RICHESSES ENTRE TOUS, pour la CROISSANCE de chacun dans le MEILLEUR LUI OU ELLE MËME et BONNE GOUVERNANCE n'est rien d'autre que cela…l'exclusion, qu'elle qu'elle soit, quant à elle est toujours signe de mauvaise gouvernance…

Amicalement à tous…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-10-05 03:23 2005-10-04 11:48:45
BRUXELLES (AFP)
Le taux de chômage dans la zone euro a légèrement augmenté à 8,6% en août, contre 8,5% en juillet, selon les données corrigées des variations saisonnières publiées mardi par l'office européen des statistiques Eurostat.

Ce chiffre est conforme aux prévisions du groupe d'analystes interrogés par AFX, filiale d'informations financières de l'AFP. Pour l'ensemble de l'Union européenne (UE-25), le chômage a aussi augmenté à 8,7% en août, après 8,6% en juillet.

Sur un an, en revanche, le chômage a baissé tant dans la zone euro (il était de 8,9% en août 2004) que dans l'UE-25 (9,0% l'an dernier).

Par comparaison, le taux de chômage des Etats-Unis était de 4,9% en août.

En Europe, l'Irlande a le taux de chômage le plus bas (4,3% en août), suivie du Royaume-Uni (4,6% en juin, dernier chiffre disponible), des Pays-Bas (4,7%), du Danemark (4,8%) et de l'Autriche (5,2%).

L'Italie, avec 7,7% (en juin), se situe sous la moyenne européenne, tandis que les autres grands pays, l'Allemagne et la France (9,6% chacun), et l'Espagne (9,4%) la dépassent largement.

Deux nouveaux Etats membres de l'UE, la Pologne (17,5%) et la Slovaquie (15,2%) connaissent les taux de chômage les plus élevés, suivis par la Grèce (9,9% en mars).

Par catégorie de sexe et d'âge, les inégalités ont baissé sur l'année. Le taux de chômage des femmes dans l'UE-25 a diminué à 9,6% en août 2005, contre 10,3% en août 2004. Il reste néanmoins plus élevé que celui des hommes, quasi-stable (7,9% contre 8,0%).

Le chômage a diminué d'un point chez les jeunes de moins de 25 ans, à 17,7% contre 18,7%. Il reste cependant deux fois plus élevé que la moyenne générale.

Au total, environ 18,8 millions de personnes sont au chômage en Europe, estime Eurostat.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...