Actu Chômage

mercredi
17 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Seillière bientôt à la tête du patronat européen !

Seillière bientôt à la tête du patronat européen !

Envoyer Imprimer
Le président du MEDEF, Ernest-Antoine Seillière, devrait prendre cet l'été la tête de l'UNICE, qui réunit à Bruxelles les organisations patronales de 32 pays.

De même que la Confédération Européenne des Syndicats (CES), l'UNICE (Union des Industries de la Communauté Européenne) est une mission de lobbying auprès de la Commission de Bruxelles, chacune s'efforçant de peser sur les directives européennes. Les objectifs de l'UNICE, qui ont peu évolué depuis sa création en 1958, comprenaient "la réunification des fédérations industrielles centrales pour favoriser une solidarité entre elles, l'encouragement d'une politique industrielle compétitive au niveau européen, et la volonté d'être un porte-parole envers les institutions européennes".

Seul candidat, M. Seillière - 68 ans - devrait être nommé le 21 mars, et prendrait alors ses fonctions le 1er juillet, a indiqué le MEDEF.
Son mandat à la tête de l'organisation patronale française devait se terminer en décembre 2005. De nombreux noms circulent pour sa succession, parmi lesquels les Echos citent vendredi Yvon Jacob, président du Groupe des fédérations industrielles, Laurence Parisot, présidente de l'IFOP, Guillaume Sarkozy, président de l'Union des industries textiles (et frère du président de l'UMP Nicolas Sarkozy), Denis Gautier-Sauvagnac, vice-président du Medef, ou Bertrand Collomb, président de Lafarge et de l'association française des entreprises privées.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 11 Mars 2005 17:36 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2005-03-11 17:12 On s'en serait douté !!!!

10/03 (AFP) 20:40
Le Medef a fait de premières propositions pour améliorer l'emploi des seniors, jeudi au premier jour des négociations entre partenaires sociaux sur le sujet, mais les syndicats ont d'ores et déjà jugé certaines d'entre elles inacceptables, ont-ils indiqué à l'AFP.

Jugeant nécessaire d'améliorer la fluidité du marché du travail pour augmenter le taux d'emploi des seniors, le Medef propose notamment d'assouplir les conditions d'utilisation des contrats à durée déterminée (CDD) et de l'intérim, selon un document du patronat, dont l'AFP a obtenu copie.

Il demande également la suppression de la contribution Delalande (pénalités financières pour le licenciement d'un salarié âgé) et propose de développer le "temps partagé".

Le Medef propose en outre la création d'un "contrat seniors" bénéficiant d'allègement de charges sociales et la révision des dispositifs prévoyant l'attribution de primes d'ancienneté.

Il souhaite faciliter le cumul emploi-retraite et permettre la conversion "en rente du montant d'une indemnité de licenciement et/ou du compte épargne temps".

Le patronat préconise enfin d'améliorer la formation tout au long de la vie, les conditions de travail et la gestion des ressources humaines.

"La majeure partie des propositions du Medef, qui s'apparentent à la création d'"emplois vieux", ont été refusées par la quasi-totalité des syndicats", a indiqué à l'AFP Jean-Christophe Le Duigou, regrettant que "l'emploi des seniors semble servir de prétexte pour faire avancer les dossiers traditionnels du Medef", comme le contrat de mission.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # martine 2005-03-13 03:48 …ça radote un max', au Medef !!!

Mais pourquoi ne prend-il pas sa retraite, ce vénérable Baron ?
N'a-t-il pas fait son temps ? Lui, et Jacques, et tous ces autres vieux cons qui nous empoisonnent la vie depuis plus de trente ans ?

Place aux jeunes !


Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2005-03-11 17:55 Guillaume Sarkozy  cherche à prendre la tête du Medef sans gêner les ambitions de son frère Nicolas

LE MONDE | 11.03.05 | 13h48

Les deux hommes se sont accordés sur une stratégie. L'aîné, Guillaume, se présenterait sur un "ticket", avec un grand industriel, pour exercer les fonctions de numéro deux de l'organisation patronale.

C'est une famille où le droit d'aînesse n'existe pas. Où Nicolas, le cadet de cinq ans, a toujours dit à Guillaume : "Tu ne me fais pas peur." Où le plus âgé s'irrite qu'on puisse penser qu'il a besoin de l'aval fraternel pour mener à bien ses projets. "Je suis assez grand pour prendre mes décisions tout seul", s'agace-t-il. Chez les Sarkozy, aujourd'hui comme hier, le pouvoir ne se partage pas. Alors, quand l'un guigne l'Elysée et que l'autre lorgne la succession d'Ernest-Antoine Seillière à la présidence du Medef, il faut bien trouver un arrangement.

Les deux frères se sont vus. Ils ont parlé de leurs ambitions respectives. Et aujourd'hui, Guillaume Sarkozy pourrait choisir de se présenter "en ticket". Il y "réfléchit" activement en tout cas. "Il s'agit de trouver une grosse tête pour y déposer la couronne de président, explique un proche du vice-président du Medef. Pendant ce temps, Guillaume se fera applaudir sur les tréteaux et exercera les vraies responsabilités en tant que numéro deux." En occupant par exemple le poste de vice-président délégué, celui que M. Seillière avait créé pour Denis Kessler, en 1999, et qui n'a jamais été réoccupé depuis.

Car Guillaume Sarkozy a senti le piège : si la gentry patronale estime que, d'une manière ou d'une autre, sa candidature au Medef gêne celle de son frère à l'Elysée, la bataille risque bien d'être perdue, à peine lancée. En clair, Guillaume serait recalé en 2006 pour préserver Nicolas en 2007. (…)

Lire tout l'article sur : lemonde.fr
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-03-16 17:41 Le président du MEDEF Ernest-Antoine Seillière a estimé mardi 15 mars que le projet de directive Bolkestein sur la libéralisation des services en Europe est "une belle opportunité" pour les entreprises françaises qui devrait leur permettre de "faire de l'emploi et de la croissance".
"La plupart des métiers de service qui font partie du MEDEF pensent que la directive Bolkestein donnera aux excellentes entreprises françaises de service (…) l'opportunité de répandre leur travail dans l'Europe entière", a affirmé Ernest-Antoine Seillière sur LCI.
"Il y a des aspects techniques à corriger", a toutefois ajouté le président du Mouvement des entreprises de France.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...