Actu Chômage

mardi
17 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Nos actions et engagements Borloo botte en touche… Larcher fait le mort !

Borloo botte en touche… Larcher fait le mort !

Envoyer Imprimer
Sollicité en novembre 2004, le service de presse de Jean-Louis Borloo a mis près de deux mois à répondre par la négative à notre demande d’interview, après nous avoir laissé entendre qu’une réponse «favorable» pourrait être envisagée après l’adoption de la loi de Cohésion sociale par l’Assemblée nationale (le récit développé de cette requête est consultable dans notre Dossier Cohésion sociale – colonne de gauche, en haut). Notre démarche laborieuse s’est donc heurtée à une fin de non-recevoir qu’il aurait été préférable de nous signifier dès notre premier contact pour ne pas entretenir de vains espoirs.

Fin de non-recevoir, pas exactement en fait, car le service de presse de Borloo nous a finalement renvoyé vers Gérard Larcher, ministre délégué aux Relations du travail.

• Le 11 janvier, nous recevions le courriel suivant :

Nous avons bien reçu votre courrier concernant votre demande d'interview.
Compte tenu de son emploi du temps, Gérard Larcher, ministre délégué aux relations du travail, ne pourra vous répondre que par écrit (5 questions maximum). Aussi, merci de nous communiquer vos questions ainsi que vos dates de bouclage. Bien cordialement,
Pauline D.
Service Presse - Ministère Délégué aux Relations du Travail

• Le même jour, nous faisions parvenir à Gérard Larcher 5 questions et, en pièce jointe pour information, la trentaine de questions que nous souhaitions lui poser.

• Nous avons patienté pendant 20 jours avant d’être contraints de relancer, le 1er février, le service de presse de Gérard Larcher :

Bonjour,
Pouvons-nous espérer obtenir quelques réponses de Monsieur Larcher ou devons-nous y renoncer ? Merci de bien vouloir nous répondre. Bonne fin de journée.

• Le 2 février, nous réexpédions notre message ainsi formulé :

Bonjour, Bonsoir,
Positive ou négative, qu'importe, mais une réponse s'il vous plaît. Merci.

• Le même jour, nous réceptionnions le courriel suivant :

Oui nous répondrons à 3 de vos questions mais pas avant la semaine prochaine. Cela vous convient-il ? Cordialement.
Pauline D.
Service Presse - Ministère Délégué aux Relations du Travail

• Douze jours plus tard, le 14 février, nous étions contraints de relancer une fois de plus le service de presse de Gérard Larcher :

Bonjour,
Monsieur le Ministre trouvera-t-il 5 minutes pour répondre prochainement à nos 3 "petites" questions, car plus le temps passe et moins elles sont d'actualité. Merci

• Le 15 février, rebelote, le message fut réexpédié à notre interlocutrice qui n’a pas daigné en accuser réception.

Nous en sommes-là.

Nous avons sollicité Jean-Louis Borloo, et son service de presse a mis deux mois pour nous répondre par la négative et nous renvoyer vers Gérard Larcher.
Nous avons sollicité Gérard Larcher et celui-ci, via son service de presse, s’est engagé à répondre par écrit à cinq malheureuses petites questions qui au fil des jours se sont réduites à trois ! Et depuis près d’un mois et demi, nous attendons les trois réponses du ministre qui ne viendront certainement jamais.

L’attitude des services de presse de Jean-Louis Borloo et de Gérard Larcher est proprement scandaleuse, méprisante et surtout, non professionnelle.

Des centaines de chômeurs rempliraient cette fonction d’attaché(e) de presse avec plus de sérieux et de célérité que ces «professionnels de la communication» payés par les impôts de toutes celles et de tous ceux qui, chômeurs, salariés, fonctionnaires… nous lisent et espéraient un peu plus de reconnaissance de la part de leurs dirigeants. Nos lecteurs issus des rangs de la majorité, et a fortiori de l’UMP, seront certainement outrés par cette désinvolture… qui s’apparente vraiment à du mépris, alors que nous avons encore tous en mémoire les propos infamants prononcés à l'Assemblée nationale par Jacques Auclair, Député UMP de la Creuse : "Mais ils ne veulent pas travailler, les chômeurs. Etre payés à ne rien faire, c’est cela qui les intéresse !" ; des propos qui ont suscité chez nos lecteurs de toutes sensibilités politiques une vague d'indignations. Enjoy your time playing slot games at bookofra-777.com

Avec des attitudes et des discours de cette teneur, la notion même de Cohésion sociale a du plomb dans l’aile.
Mis à jour ( Mercredi, 16 Février 2005 16:42 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...