Actu Chômage

mardi
23 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Borloo 2005 : pas un mot sur les -10% de chômage !

Borloo 2005 : pas un mot sur les -10% de chômage !

Envoyer Imprimer
BORLOO : 2005, ANNÉE DE CONCRÉTISATION DU PLAN DE COHÉSION SOCIALE

Jean-Louis Borloo a détaillé vendredi sa feuille de route pour la concrétisation du plan de cohésion sociale en 2005, sans ouvrir d'autres chantiers ni faire allusion à l'objectif de baisse de 10% du chômage fixé comme priorité pour cette année par Jean-Pierre Raffarin.

"Nous sommes arrivés dans un contexte particulier, dans un climat compliqué" au lendemain de la défaite de la droite aux élections régionales, a rappelé le ministre au cours de ses voeux à la presse. Après une année de décisions parfois sujettes à polémique (cohésion sociale, réforme du licenciement économique et des 35 heures), 2005 sera une année de mise en oeuvre sur le terrain, selon lui.
La "machine globale" du plan de cohésion sociale est "déjà en route", s'est félicité le ministre, soulignant que l'ensemble des décrets d'application devraient être publiés "d'ici au 31 janvier".

Enjeu "déterminant pour l'emploi", selon Jacques Chirac, le rapprochement de l'ANPE et de l'Unedic fera l'objet d'une négociation entre les deux organismes et l'Etat dès "la semaine prochaine", a annoncé M. Borloo. Le nouveau directeur de l'ANPE sera, lui, nommé avant la fin du mois. La liste des premières maisons de l'emploi, pour lesquelles 277 dossiers semblent éligibles, devrait être définie "avant Pâques", selon le ministre, qui espère "un coup d'accélérateur" à leur création d'ici la fin de l'année.

Les premiers contrats d'avenir destinés aux bénéficiaires du RMI devraient être signés "vraisemblablement entre le 15 et le 28 février", et les premiers contrats d'accompagnement vers l'emploi pour les chômeurs de longue durée le seront "début mars".

Le ministre est également revenu sur les dispositifs qu'il compte mettre en place pour les salariés victimes de licenciement économique. Le congé de reclassement personnalisé, prévu par la réforme du droit du licenciement, nécessite une négociation entre les partenaires sociaux qui gèrent l'Unedic. Alors que patronat et syndicats se sont montrés peu empressés, jusqu'à présent, à lancer ces discussions, le ministre a indiqué vendredi qu'elles étaient imminentes. Il a également confirmé que le "contrat intermédiaire", dont il avait émis l'idée en décembre mais sur lequel le Premier ministre semblait réservé, était toujours à l'étude.

Mis à part ce dispositif supplémentaire pour les salariés licenciés et le développement des services à la personne, aucun nouveau chantier n'est pour le moment dans les cartons du ministre, notamment en ce qui concerne la lutte contre le chômage.
"Sur l'emploi, nous pouvons renouer avec le peloton de tête des grands pays européens. Il n'y a pas de fatalité du décrochage du taux d'activité en France", a affirmé M. Borloo. "Ce sont des problèmes d'organisation, de méthode de notre marché du travail, de nos formations, des emplois de services à la personne, bref, c'est du structurel. Le frictionnel et la croissance, c'est un autre débat", a-t-il ajouté.

M. Borloo est resté muet sur l'objectif volontariste de faire baisser de 10% le taux de chômage cette année, fixé fin novembre par Jean-Pierre Raffarin en s'appuyant sur une croissance de 2,5% combinée aux premiers effets du plan de cohésion sociale. Le ministre s'est inscrit dans une perspective plus longue. "Je n'ai aucune inquiétude sur la réussite totale de ce plan sur cinq ans, avec une réussite très très significative sur les trois ans", a-t-il assuré.

(Source : Voila.fr)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 14 Janvier 2005 21:23 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...