Actu Chômage

vendredi
20 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse 35 H : Échange RTT contre pouvoir d'achat

35 H : Échange RTT contre pouvoir d'achat

Envoyer Imprimer
Un mois de salaire contre un mois de RTT. Voilà la mesure «choc» qu'étudie actuellement Jean-Pierre Raffarin pour assouplir les 35 heures. Le premier ministre pourrait l'annoncer dans le cadre du «contrat France 2005», qu'il présente la semaine prochaine. A l'étude depuis plusieurs mois chez Gérard Larcher, ministre délégué aux Relations du travail, la mesure s'appuie sur un assouplissement de la gestion du compte épargne-temps (CET). L'idée consiste à permettre aux salariés d'échanger leur CET, une fois rempli de l'équivalent en jours de RTT d'un mois de travail, contre un mois de salaire.
(…) Aujourd'hui, les salariés peuvent «épargner» au maximum vingt-deux jours de RTT par an sur ce compte avec l'obligation de le vider tous les cinq ans. Demain, ils devraient pouvoir stocker autour de trente jours par an, sans limite de temps, et transférer le contenu du CET sur le compte épargne-retraite, voire le droit individuel à la formation.
La quantité précise de jours, de même que la possibilité de les échanger contre un mois de salaire, de les garder jusqu'à la retraite, ou encore de les utiliser pour partir en congé formation, resteront soumises à la signature d'accords de branche ou d'entreprise.

Pour Jean-Pierre Raffarin, cette «libéralisation» du CET présente un triple avantage : médiatique, politique et économique. Immédiatement compréhensible aux yeux du grand public, elle responsabilise les salariés en leur indiquant clairement le coût de leurs jours de RTT et en leur laissant la possibilité de les prendre en repos, quitte à gagner moins. Elle permet en outre au gouvernement de priver Nicolas Sarkozy de l'un de ses chevaux de bataille préférés : dimanche dernier, à peine élu à la tête de l'UMP, il appelait une nouvelle fois à une «réforme profonde» de la loi sur les 35 heures pour «permettre à ceux qui veulent gagner davantage de travailler davantage». C'est exactement la possibilité qu'ouvre la simplification et la libéralisation du CET. Elle permet en outre de respecter la parole présidentielle selon laquelle «les 35 heures sont un acquis social».

Lire tout l'article sur Le Figaro.fr.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 02 Décembre 2004 15:12 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...