Actu Chômage

samedi
20 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer La revue de presse Le RSA n'a rien coûté à l'Etat l'année dernière

Le RSA n'a rien coûté à l'Etat l'année dernière

Envoyer Imprimer
En 2010, le Fonds national des solidarités actives, qui finance le RSA activité et la prime de Noël, a dégagé un excédent de 999 millions d'euros.

Martin Hirsch sera bien présent mercredi 8 juin à la convention UMP sur la «justice sociale». L'ancien haut commissaire aux Solidarités actives, convié — sans enthousiasme — par Jean-François Copé, viendra défendre le RSA que certains dans la majorité, au premier rang desquels Laurent Wauquiez, ont vivement critiqué ces dernières semaines. Alors que la nouvelle prestation qui a remplacé le RMI et l'API vient de fêter ses deux ans, Martin Hirsch pourra mettre en avant le fait que, l'an dernier, 140.000 foyers sont sortis du seuil de pauvreté en cumulant revenus d'activité et de solidarité. Il pourra aussi souligner le fait que, contrairement à une idée répandue à droite, le RSA n'a pas engendré des dépenses très importantes pour l'Etat. Mieux : il ne lui a quasiment rien coûté en 2010 !

Le schéma de financement détaillé dans le budget 2009 était le suivant : les dépenses au titre du RSA "activité" (pour les personnes qui travaillent; le coût du RSA "socle" pour celles qui ne travaillent pas étant pris intégralement en charge par les départements) devaient atteindre 1,4 milliard d'euros en 2009, puis 2,9 milliards en 2010 et 2011 en régime de croisière, sur la base de 2 millions de bénéficiaires. En réalité, on n'en comptait fin 2010 que 667.000, et ce nombre ne progresse que faiblement. Résultat, le coût du RSA "activité" s'établit «seulement» à un peu plus de 1,3 milliard. Soit, peu ou prou, le montant des recettes de la contribution RSA de 1,1% sur les revenus du capital (1,2 milliard) instaurée en 2009, et qui est pourtant plus faible que prévu en raison de la crise.

Prime de Noël

La contribution de l'Etat au Fonds national des solidarités actives (FNSA) est donc beaucoup plus faible que ce qui avait été planifié. La dotation budgétaire devait augmenter progressivement pour atteindre 1,7 milliard d'euros en 2011 en vitesse de croisière. Faute de besoins, cette dotation a été réduite par deux fois en cours d'année en 2010, le surcroît ayant été notamment utilisé pour financer la prime de Noël des bénéficiaires de minima sociaux (380 millions).

La contribution de l'Etat, au final, a représenté un peu plus de 1 milliard d'euros. Or, le FNSA a dégagé un excédent de... 999 millions, selon le rapport budgétaire figurant dans le projet de loi de règlement 2010 présenté mercredi en Conseil des ministres.

Ces réserves vont être très utiles pour Bercy, qui a ramené la dotation budgétaire annuelle de l'Etat au FNSA à 700 millions d'euros entre 2011 et 2013. A moins que le nombre de bénéficiaires du RSA "activité" décolle ou que les conditions d'accès au RSA "jeunes" soient assouplies, ce montant devrait encore être supérieur aux besoins. Sinon, des redéploiements pour continuer de financer la prime de Noël seront à prévoir.

(Source : Les Echos)

NDLR : Fin 2010, la CNAF comptait 1,15 million d'allocataires du RSA "socle" (contre 1,12 million fin 2009). L'ex RMI/API a coûté aux départements 6,5 milliards d'euros.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 26 Juin 2011 15:04 )  

Commentaires 

 
# Pat-du49 2011-06-07 11:57 les économies sont même supérieures

puisque depuis le RSA :

- disparition de la prime de retour à l'emploi
- par rapport au RMI, la PPE est incorporée dans le RSA chapeau, alors qu'au RMI ça se cumulait aux mesures d'incitation et de cumul RMI-salaire
- perte + rapide d'APL qu'avant ( démontré dans leurs propres rapports )
- perte éxonération taxe habitation et redevance TV
- perte + rapide de CMU
- pertes dues, à l'obligation alimentaire renforcée
- pertes dues à la taxe de 3% l'an des épargnes des pauvres Y COMPRIS des momes.

au FINAL si on est honnète, qu'on regarde donc l'ensemble de tout ça, l'UMP a fait des économies sur le dos des + pauvres.

sans parler, que la PPE est de moins en moins attribuée, du fait qu'ils ont pondu un décrèt, en douce, pour ne plus que les baremes d'attribution soient relevés avec l'indice d'augmentation du smic etc ..
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...