Actu Chômage

dimanche
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer La revue de presse Le scandale des heures sup’ défiscalisées

Le scandale des heures sup’ défiscalisées

Envoyer Imprimer
La seule mesure rescapée du "paquet fiscal" de Nicolas Sarkozy continue, plus que jamais, de nuire à l'emploi. Démonstration.

Les affaires ont repris du côté des heures supplémentaires subventionnées à coups d'exonérations sociales et fiscales massives depuis la loi Tepa (Travail, Emploi, Pouvoir d'Achat) d'octobre 2007. Bien qu'il manque encore 375.000 emplois par rapport au premier trimestre 2008 dans le secteur marchand, les salariés qui ont conservé leur poste malgré la crise ont effectué 1,5 million d'heures supplémentaires de plus qu'il y a trois ans…

Les 175 millions d'heures supplémentaires totalisées au cours du seul premier trimestre 2011 représentent l'équivalent de 382.000 emplois à temps plein. Autrement dit, si on en avait effectué la moitié seulement, on aurait pu combler déjà la moitié du retard pour revenir au niveau d'emploi d'avant la crise.

Quant aux exonérations de cotisations sociales correspondantes, leur coût a augmenté de 9% par rapport au premier trimestre 2008. Au moment où le gouvernement cherche à rééquilibrer les finances publiques, les quelque 4 milliards d'euros de dépenses annuelles que représente l'incitation à effectuer des heures supplémentaires plutôt que d'embaucher des jeunes et des chômeurs devraient constituer une cible privilégiée.

Avec la disparition annoncée du bouclier fiscal, il ne reste quasiment plus rien du "paquet fiscal" de 2007. Il est regrettable que la seule mesure qui subsiste, celle sur les heures sup’ défiscalisées, soit aussi la plus nocive pour l'emploi.

(Source : Alternatives Économiques)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 30 Juin 2011 23:20 )  

Commentaires 

 
# willemijns2 2011-06-03 12:19 perso, c'est un peu plus complexe que cela… il faut savoir que c'est souvent la ou les metiers sous tension existent… creer des tonnes de ¾ temps smicardes ne va sortir de la précarité… Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2011-06-03 12:32 Certes. Mais visiblement, l'utilisation des heures sup’ a brassé plus large que ça :

www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/05/20/97002-20110520FILWWW00366-plus-d-heures-supplementaires-au-t1.php

Dans le tas, comme le nuance l'article d'Alter-éco, la moitié de ces heures sup’ s'est substituée à des emplois "durables".
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# tal 2011-06-03 17:24 Chômage : pourquoi la baisse ne va pas durer (introduction au dossier)

http://www.alternatives-economiques.fr/chomage-nbsp—-pourquoi-la-baisse-ne-va-pas-durer—introduction-au-dossier-_fr_art_1094_54371.html
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...