Actu Chômage

mardi
27 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Licenciements boursiers : Hollande annonce une loi édulcorée

Licenciements boursiers : Hollande annonce une loi édulcorée

Envoyer Imprimer
Face aux risques «d'explosion sociale», le président tente de calmer la colère des futurs chômeurs à grand renfort d'aspartam (c'est sa spécialité).

Au cours de sa campagne présidentielle, dans le 35e de ses “60 engagements pour la France”, le candidat Hollande s'était engagé à «renchérir le coût des licenciements collectifs pour les entreprises qui versent des dividendes ou rachètent leurs actions», ce afin de «dissuader les licenciements boursiers».

Mieux vaut tard que jamais (on rappelle tout de même que ça fait 9 mois que le candidat Hollande est devenu président, que ça fait 20 mois que le chômage augmente sans discontinuer et que la liste des plans sociaux en cours devient impressionnante) : cet engagement trouvera sa traduction dans une loi qui «trouvera sa place dans le calendrier parlementaire», a annoncé lundi le chef de l'Etat.

Mais pas à travers une loi interdisant les licenciements boursiers, c'est-à-dire des plans sociaux dénués de motif économique dans des entreprises qui font des bénéfices, non... «On ne parle pas du licenciement boursier qui est une notion qui se retrouve assez rarement dans la réalité. Sanofi ne licencie pas, elle supprime des emplois», explique-t-on dans son entourage. Nuance !

«Il y aura une traduction pour renchérir un certain nombre de licenciements ou pour faire en sorte que la précarité soit combattue davantage qu'elle ne l'est aujourd'hui», a observé François Hollande, qui se garde bien d'aller aussi loin que ce que proposait le Front de gauche dans un texte législatif déposé l'été dernier et unanimement approuvé par les "socialistes" alors dans l'opposition...

A la notion de licenciements boursiers, François Hollande préfère désormais celle de licenciements «sur les sites rentables». Ses collaborateurs ont précisé que ce texte, «projet ou proposition de loi, examiné par le Parlement d'ici à l'été, fixera à l'entreprise qui ferme un site de production l'obligation de rechercher un repreneur susceptible de permettre son maintien». Fermez le ban.

Quant à l'accord national interprofessionnel signé le 11 janvier dernier par des syndicats minoritaires et entièrement favorable au Medef, le gouvernement lui reste fidèle. Le texte sera présenté le 6 mars au Conseil des ministres, puis soumis au Parlement courant avril dans la perspective d'un vote courant mai. Les non-signataires CGT et FO appellent à la mobilisation générale le 5 mars contre sa transcription dans la loi et pour une rupture avec la politique d'austérité.

SH


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 12 Février 2013 12:33 )  

Commentaires 

 
0 # MartineG 2013-02-12 14:42 Même topo pour la réforme bancaire ! Ou comment le gouvernement s’est écrasé devant le monde de la finance (alors que le candidat Hollande prétendait qu'elle était son "adversaire") :
www.bastamag.net/article2934.html
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # CanluCat 2013-02-12 15:16 Avez-vous vu FH faire cette annonce ? Elle est tellement alambiquée qu'il m'aura fallu l'écouter une dizaine de fois avant de commencer à y comprendre quelque chose !!! On avait l'impression qu'il était sous la menace d'une bombe accrochée dans le dos et que l'on pouvait activer à distance. Pathétique !
Et Sanofi… Aaaaah Sanofi… Entreprise dont le patron est un collègue de promo d'HEC, et "fortuitement" ami proche de notre président. Tout comme le PDG de Shell France… Boite qui voulait forer au large de la Guyane et à laquelle Mme Brick avait répondu par la négative… Depuis, on a Batho au ministère de l'écologie !
Et on met à la tête de la Banque d'Investissement Public un ancien ministre de Sarkozy, et ami proche, un monsieur viré par Sarkozy pour s'être payé un voyage privé en avion sur fonds publics ! La "République irréprochable" !!!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # CanluCat 2013-02-12 15:22 Une leçon du Petit Poucet islandais :
le président islandais Olafur Ragnar Grimmson :
« Il faut penser davantage aux peuples qu’aux banques. Nous avons laissé les banques faire faillite et nous nous sommes occupés des citoyens, et ça a marché.
Pourquoi considère-t-on que les banques sont des saintes-chapelles de l’économie moderne, et pourquoi ne peuvent-elles pas faire faillite comme les compagnies aériennes ou les entreprises de télécommunicati on, si elles ont été gérées d’une façon irresponsable ? »

Je veux le même chez nous !!! En plus, sa Première Ministre est lesbienne, mariée à une femme et socialiste… elle !!!!!

Références :
http://yetiblog.org/index.php?post/bonne-nouvelle-les-banques-replongent
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # NounourseBis 2013-02-19 12:19 Et cette interprétation plus qu'édulcorée du loi qui aurait du être contre les licenciements boursiers … est à mettre en lien avec ce qui se passe chez DANONE, aujourd'hui même / 900 licenciements prévus mais une augmentation de 5,4 % du dividende des actionnaires !
Je n'en dirais pas plus pour éviter d'écrire des grossièretés !!!!!
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...