Actu Chômage

mercredi
13 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Les Allemands découvrent les vertus de la grève

Les Allemands découvrent les vertus de la grève

Envoyer Imprimer
Moins râleurs que les Français, les salariés allemands ? Peut-être. Mais aujourd'hui déterminés à faire cesser les sacrifices consentis durant quinze années d'austérité.

A l'instar des salariés de l'industrie qui ont entamé un large mouvement cette semaine, le syndicat allemand Ver.di a annoncé vendredi 4 mai des mouvements de grève dans le secteur bancaire visant à obtenir des hausses de salaires.

Ver.di, qui négocie des hausses de rémunération pour 220.000 salariés des banques publiques et privées d'Allemagne, a échoué dans la nuit de jeudi à vendredi à se mettre d'accord avec le patronat. Après de premiers appels à la grève le mois dernier, le syndicat compte les "amplifier", et décidera des modalités "dans les jours à venir".

Ver.di a rejeté une offre du patronat qui proposait une augmentation en trois étapes (+2%, puis deux fois +1,1%) sur les deux prochaines années. Selon lui, une telle proposition aurait fait augmenter les salaires de 1,3% par an, soit moins que la hausse des prix. Cette offre "était totalement inacceptable", a déclaré Beate Mensch, responsable de Ver.di, dans un communiqué.

IG METALL VEUT 6,5% D'AUGMENTATION

Le mouvement dans le secteur bancaire s'ajoute à celui de l'industrie,
auquel ont déjà pris part depuis le début de la semaine 270.000 salariés, selon le dernier pointage vendredi du syndicat du secteur IG Metall. Pour la seule journée de vendredi, ils étaient 90.000 à avoir interrompu leur travail, manifesté ou quitté leur poste plus tôt, en particulier dans l'Etat régional du Bade-Wurtemberg, l'un des principaux bassins industriels allemands.

Le patronat a proposé 3% d'augmentation, mais IG Metall en réclame 6,5% pour l'énorme secteur de la métallurgie qui comprend les machines-outils, la mécanique, l'automobile ou encore les semi-conducteurs, et emploie plus de 3,5 millions de salariés.

L'économie allemande continue de faire des envieux, le chômage tournant autour des 7% en avril, ce qui contribue à attiser les revendications après les sacrifices consentis par les salariés pendant la crise. Au début du mois d'avril, soutenus par les syndicats Ver.di et DDB, les 2 millions de salariés de la fonction publique avaient obtenu 6,3% de hausse sur deux ans après avoir eu recours à des grèves.

(Source : Le Monde)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 05 Mai 2012 18:05 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...