Actu Chômage

vendredi
23 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités «Entre nos mains», l'histoire d'une SCOP au cinéma

«Entre nos mains», l'histoire d'une SCOP au cinéma

Envoyer Imprimer
L'aventure d'une société reprise par ses salariés, filmée par la réalisatrice Mariana Otero, un documentaire à voir en salles à partir du 6 octobre.

Confrontés à la faillite de leur entreprise de lingerie Starissima, située près d’Orléans, des salariés — majoritairement des femmes — tentent de la sauver en la reprenant sous forme de Scop (société coopérative de production), un statut particulier dans lequel les salariés sont associés majoritaires dans le capital et vivent un projet commun en mutualisant équitablement les risques et les grandes décisions : une alternative démocratique peu connue en ces temps où le débat sur la répartition des profits entre travail et capital est exacerbé par la crise...

Au fur et à mesure que leur projet prend forme, ils se heurtent à leur patron et à la réalité du «marché». L’entreprise devient alors un petit théâtre où se jouent sur un ton espiègle, entre soutiens-gorge et culottes, des questions économiques et sociales fondamentales. De simples sujets passifs, les voilà désormais acteurs/actrices de leur destin.
Vont-ils adhérer au projet ou pas ? Suspens et humour sont les ingrédients du film qui reste léger malgré son contexte lourd. La réalisatrice magnifie la dignité ouvrière, dénonce sans discours appuyé les méfaits des mutations économiques et des patrons indélicats, et évite tout message préconçu en demeurant ouverte à ce qu’elle filme et aux mille facettes de la nature humaine. La fin de ce documentaire est si belle et si inattendue qu’elle atteint, paradoxalement, l’évidence cinématographique.

La bande annonce :



Des salariées et la réalisatrice parlent du film :



Mariana Otero et Philippe Frémeaux (PGD d'Alternatives Economiques, qui est une SCOP) parlent du système coopératif :



La Scop, une utopie qui se confronte au réel

La montée en puissance des coopératives dans l’univers entrepreneurial français vient de connaître une nouvelle étape. Une sorte de consécration, puisque le 7e art lui-même vient de se pencher sur le phénomène avec la sortie, le 6 octobre prochain, du documentaire de Mariana Otero.

«Je voulais porter mon regard sur une utopie qui se confronte au réel», explique la réalisatrice qui parcourt actuellement la France pour présenter son film. «C’est pourquoi je me suis intéressée aux Scop, des entreprises qui fonctionnent sous forme de coopératives participatives. Elles révolutionnent intimement notre manière instituée de travailler et de vivre ensemble et amènent chacun à penser différemment son rapport au travail, aux collègues, aux proches, et plus généralement à revoir sa manière d’être au monde.»

Avant de poser sa caméra dans une entreprise de lingerie féminine qui était en redressement judiciaire depuis plusieurs mois, Mariana Otero a visité un certain nombre de coopératives. Et en a tiré ce constat : «Les salariés avaient retrouvé le plaisir de travailler et ils n’avaient plus la même place dans la société : c’était donc une utopie réalisable».

Un modèle économique qui a davantage résisté à la crise que les autres, peut-il encore être considéré comme une utopie ? «Les Scop, comme toutes les entreprises, ont été affectées par la crise financière devenue crise économique», admet Le réseau des Scop qui accompagne la création, la transmission et le développement des sociétés coopératives en France. Pourtant, malgré une conjoncture défavorable, leur activité a encore progressé de 2,6% en 2008 et elles ont continué de consolider leurs fonds propres (+12,5% en un an). Or, ce dernier point constitue justement le talon d’Achille des PME "classiques"...

(Source : NetPME)

Ce que ne dit pas NetPME : Si les Scop résistent souvent mieux aux turbulences et aux crises, c'est parce qu'une grande partie des bénéfices sert non pas à rétribuer les actionnaires, mais à alimenter un fond de réserve qui leur permet de faire face en cas de difficultés => lire en commentaire.

«Entre nos mains» été présenté à Cannes en mai dernier dans la sélection de l’ACID, Association pour le cinéma indépendant et sa diffusion.

Les salles qui le diffusent

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 07 Octobre 2010 04:28 )  

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...