Actu Chômage

mardi
18 février
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse «Halo» du chômage : rajoutez-en 770.000

«Halo» du chômage : rajoutez-en 770.000

Envoyer Imprimer
Dans son bulletin "Insee Première" d'octobre, l'Institut national de la statistique estime à près de 800.000 le nombre d'actifs sans emploi qui veulent travailler mais ne sont pas comptabilisés comme chômeurs selon les critères officiels.

Le Bureau international du travail (BIT) considère comme chômeur toute personne à la recherche d'un emploi, disponible dans les deux semaines pour retravailler, et n'ayant exercé aucune activité pendant une semaine de référence.

En 2007, en moyenne, 25,6 millions de personnes avaient un emploi au sens du BIT, 2,2 millions étaient considérées au chômage et 11,9 millions inactives. Environ 770.000 inactifs de 15 à 64 ans souhaitaient travailler mais n'étaient pas comptés comme chômeurs car ils ne recherchaient pas d'emploi (535.000) ou n'étaient pas disponibles rapidement pour travailler (233.000). Ces personnes forment un "halo" autour du chômage.

Un trimestre plus tard, 14% d'entre elles occupaient un emploi, plus d'un quart était encore au chômage, et un tiers ne souhaitaient plus travailler.

Pour ces personnes, le critère de disponibilité - indispensable selon le BIT pour être considéré comme chômeur - détermine "beaucoup moins les chances d'accéder à un emploi que celui de recherche" d'emploi, selon l'étude.

L'accès à l'emploi des personnes dans le "halo" du chômage était bien plus fréquent en 2007 que celui des inactifs ne souhaitant pas travailler (3%), mais moins fréquent que celui des chômeurs au sens du BIT, dont un quart avait un emploi le trimestre suivant.

Le "halo" du chômage forme "un groupe hétérogène et mouvant : ceux qui recherchent un emploi, ou ceux qui attendent les résultats de démarches antérieures, sont proches des chômeurs BIT en termes de retour à l'emploi alors que ceux qui ne recherchent pas, qu'ils soient disponibles rapidement ou non, en sont plus éloignés", souligne l'Insee. C'est notamment le cas des "travailleurs découragés", estimés à 49.000 en 2007, qui sont disponibles pour occuper un emploi mais n'en recherchent plus car ils estiment que ce n'est pas le moment, que leur âge est un frein, ou qu'il n'y a pas d'emploi disponible dans leur domaine.

L'année 2008, marquée par un fort retournement conjoncturel, a donné lieu à davantage de passages de l'emploi vers le chômage et le "halo" du chômage, mais les personnes sans emploi souhaitant travailler "se dirigent pour le moment toujours autant sur le marché du travail", observe aussi l'Insee.

(Source : Ouest-France)


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 28 Janvier 2012 16:57 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...