Actu Chômage

samedi
29 février
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Le fiasco de la prime de 500 €

Le fiasco de la prime de 500 €

Envoyer Imprimer
C'est un chiffre que le gouvernement se refuse pour l'instant à communiquer. Il est vrai qu'il n'est pas très glorieux : au 31 juillet, seuls 2.162 travailleurs précaires se retrouvant sans emploi ont bénéficié de la prime exceptionnelle de 500 €, selon Les Echos.

Cette prime avait été annoncée par Nicolas Sarkozy lors du sommet social du 18 février, à l'attention des salariés justifiant de 2 à 4 mois d'activité dans les 28 derniers derniers mois (et ne pouvant donc bénéficier d'allocations chômage), le plus souvent des jeunes. «Les salariés perdant involontairement leur emploi entre le 1er avril 2009 et le 31 mars 2010 […] bénéficient, de façon exceptionnelle, d'une prime forfaitaire de l'Etat» de 500 € versée en une seule fois par Pôle Emploi s'ils n'ont pas droit au revenu de remplacement versé par l'assurance-chômage ou par l'Etat, indiquait le décret.

L'Elysée tablait à l'époque sur 234.000 bénéficiaires en un an. L'Etat n'a donc pour l'instant déboursé que 1.081.000 € alors que… 117 millions ont été budgétés pour la mesure, prévue pour durer jusqu'au 31 mars 2010.

Manque de communication

Mise en place, comme la réforme de l'assurance-chômage, à partir du 1er avril, elle est censée être le pendant, pour l'Etat, de l'effort fait par les partenaires sociaux afin d'indemniser plus de salariés précaires se retrouvant sans emploi. Mais son impact est pour l'instant dix fois inférieur. Sur une projection de 70.000 à 100.000 nouveaux indemnisés sur l'année, 25.600 personnes supplémentaires ont pu bénéficier d'une allocation-chômage grâce à la nouvelle convention Unedic qui intervient après quatre mois d'activité salariée au lieu de six auparavant.

Concernant la prime de 500 €, s'agit-il d'une erreur de dimensionnement ou d'un retard au démarrage ? Deux explications se cumulent. Sans doute n'y a-t-il pas eu suffisamment de communication sur le dispositif, y compris au sein de Pôle Emploi, qui le gère. Or, les personnes concernées doivent la demander et disposent de 6 mois pour le faire. La CGT rapporte, par exemple, qu'«une jeune fille inscrite à l'agence Pôle Emploi de Champigny-sur-Marne s'est vue orientée vers la caisse d'allocations familiales»... Bernard Thibault a estimé que la «montée en charge moins forte que prévu» de cette prime s'expliquait par la difficulté à l'obtenir et non par «l'efficacité des règles d'indemnisation du chômage» avancée par le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez [Il avait alors indiqué que «s’il y a moins de primes de 500 € versées que ce qui était prévu, c’est une bonne nouvelle»… - ndlr Actuchomage].

«Une coquille vide»

A cela s'ajoute le fait que les conditions posées pour en bénéficier sont assez restrictives. Seules sont éligibles les personnes ayant perdu leur emploi après le 30 mars et totalisant entre 305 et 610 heures travaillées. Or, le gros des fins de contrats d'intérim a eu lieu avant. Pour la CGT, la prime de 500 € «se transforme en véritable fiasco, une sorte de coquille vide». Le syndicat appelle à «élargir le bénéfice de la prime à tous les demandeurs d'emploi de moins de 25 ans inscrits à Pôle Emploi qui n'ont droit à aucune indemnisation».

Laurent Wauquiez a reconnu mercredi dernier qu'«il est clair qu'on ne sera pas» à l'objectif. Annie Thomas, vice-présidente CFDT de l'Unedic, a pour sa part déclaré que Pôle Emploi allait faire «une information renforcée sur la prime de 500 € dans les agences».

(Source : Les Echos)

NDLR : Le "fiasco" de cette prime nous inspire un parallèle avec les "débuts laborieux" du RSA. En effet, n'est-il pas étrange que de nouveaux "droits" sociaux instaurés par ce gouvernement aient aussi peu de succès auprès des éventuels bénéficiaires ? Le "bouclier fiscal" réservé aux contribuables les plus riches, lui, ne connaît pas de ratés.

DERNIÈRE MINUTE
=> Pôle Emploi l’a finalement reconnu : seules 3.283 personnes ont bénéficié, entre avril et début septembre, de la prime de 500 € accordée aux chômeurs non indemnisables ayant travaillé entre deux et quatre mois. Soit un total de 1.641.500 €...
Mis à jour ( Dimanche, 03 Octobre 2010 02:28 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...