Actu Chômage

lundi
21 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Quand M6 coache un chômeur

Quand M6 coache un chômeur

Envoyer Imprimer
L’autre soir, M6 se mobilisait pour sauver la maison de Marc et Ludivine : le couple ne parvient plus à payer ses traites depuis que Marc a perdu son emploi.

C'est la crise, les entreprises licencient, le taux de chômage progresse aussi vite que la pandémie grippale à Télérama. Heureusement, il y a M6 et son émission de coaching "Coûte que coûte". «Petits plaisirs, grands projets : quels que soient vos revenus, "Coûte que coûte" vous aide à mieux dépenser.»

Pour aider Marc et Ludivine à «mieux dépenser», M6 a embauché «deux as de la calculette» : Gilles, président d'une association d'aide aux surendettés, et Marie-Paule, «journaliste spécialisée». Dès le générique, Marie-Paule bouscule les idées reçues : «J'aime à dire qu'il est très simple de vivre avec 20.000 € par mois. En revanche, il est beaucoup plus difficile de vivre avec 500 € ou 1.000 €. Là, il faut être astucieux.» Bien vu, Marie-Paule ! De mon côté, j'aime à dire qu'il est très simple de vivre riche et en bonne santé dans un loft de 300 mètres carrés. En revanche, il est beaucoup plus difficile de vivre dans la rue avec le RMI, une jambe de bois et un cancer en phase terminale. Là, il faut être astucieux.

Pauvres, soyez astucieux ! Qu'est-ce qui, mieux que l'astuce, est capable de réduire les inégalités sociales ? Alors, groupons-nous et demain, l'astuce sera le genre humain. J'ai déjà un slogan : "Sarkozy, t'es foutu, les chômeurs astucieux sont dans la rue !"… Mais revenons à nos moutons (de pré-salé) : «Aujourd'hui, direction la côte normande» entre Avranches et Granville où Marc et Ludivine, parents de quatre enfants, ont fait construire un pavillon à 132.000 €. Or, depuis que Marc a été «victime d'un licenciement économique», leurs revenus plafonnent à «2.250 € par mois» quand «le remboursement de leurs crédits leur revient à 1.040 € par mois», soit «un taux d'endettement de 47%».

[...] Si l'on excepte cet excès de téléviseurs, Marc et Ludivine se révèlent très économes : l'armoire de leur chambre tombe en ruines, ils dorment par terre pour éviter de s'acheter un lit. Afin de limiter les dépenses en matière d'alimentation, Ludivine s'impose de garder son frigo vide ou presque pour cuisiner à partir de rien ou presque. Mieux : elle se prive de sommeil pour faire tourner son lave-linge en pleine nuit quand l'électricité coûte moins cher, pendant les heures creuses. Bref, «Ludivine est une ménagère consciencieuse. Comment faire plus d'économies ?». Ben, je ne sais pas. Peut-être qu'ils pourraient vendre deux de leurs enfants, ça ferait moins de bouches à nourrir, non ?

C'est au tour de Gilles de livrer son diagnostic. «Vous êtes particulièrement extraordinaires concernant la gestion du poste alimentation : 250 € par mois. Toutes mes félicitations ! Je ne sais pas si on peut faire plus bas.» Allons, Gilles, il ne faut pas partir battu d'avance ! Et si on remplaçait les patates par des racines de pissenlit cueillies dans la campagne environnante (ça ne coûte rien) ? J'ai aussi entendu dire que certains chômeurs africains mangeaient des galettes de terre séchée. Pourquoi ne pas appliquer cette recette en Normandie ? La terre y est très riche.

=> Lire la suite du savoureux article de Télérama

(Re)lire aussi le cinglant billet de Seb Musset => M6, pour un peuple presque parfait


Mis à jour ( Mercredi, 09 Septembre 2009 11:33 )  

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...