Actu Chômage

vendredi
30 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Comment New York se débarrasse de ses SDF

Comment New York se débarrasse de ses SDF

Envoyer Imprimer
Pour faire faire des économies au contribuable, le maire «offre» des allers simple aux sans-abris pour n'importe où dans le monde.

Michael Bloomberg a trouvé la solution miracle pour résoudre le problème de la pauvreté dans sa ville : offrir aux SDF un billet sans retour à destination d'où ils veulent dans le monde… dont la France. Et en l'occurrence Granville, petit port de la Manche. Dont le maire n'en revient pas.

En deux ans, 550 familles ont bénéficié de ce «traitement de faveur» selon le New York Times. Destinations : cinq continents et 24 pays différents. La seule condition pour être éligible est que le candidat ait un proche qui accepte de le recueillir.

Et voilà comment une famille de cinq Américains (les deux parents et leurs trois enfants) va se retrouver à Granville, où vit un proche de la mère. Coût du voyage : 6.332 dollars incluant les cinq billets d'avion, ainsi que le train jusqu'à Granville. Une bonne affaire pour les finances de New York. La ville est en effet légalement tenue de prendre en charge l'hébergement de ses SDF à travers le financement du programme d'aide et de refuge des sans-abris, à hauteur de 36.000 dollars par an et par famille. Le but est donc de faire des économies «dans l'intérêt du contribuable», selon les mots du maire, mais pour la bonne cause : ailleurs, l'herbe est bien plus verte, il serait vraiment idiot de ne pas saisir cette occasion de repartir à zéro, explique-t-il en substance.

Son homologue de Granville, lui, trouve ça «proprement scandaleux». «Quel cynisme ! Quand j'ai su ça, j'ai tout de suite fait le parallèle avec les charters que l'on affrète en France pour renvoyer chez eux, au Mali ou au Sénégal, les travailleurs immigrés… C'est la marchandisation de la misère !» (...)

Les cinq nouveaux émigrés auraient sans doute pu plus mal tomber. Mais comment se passe l'intégration pour les autres ? Les pays d'accueil ont-ils leur mot à dire ? Le directeur-adjoint du cabinet d'Eric Besson assure qu'il n'est pas au courant : «Pour nous, ça n'existe pas. Nous n'avons pas eu connaissance de cette affaire. Nous n'avons été contactés ni par le consulat ni par la police aux frontières. Je suis interrogatif. On va faire une enquête approfondie.»
Du côté de la police aux frontières, on n'en a «pas entendu parler». Quant à la la préfecture de la Manche, elle n'a pas reçu de demande de titre de séjour.

(Source : Rue89)
Mis à jour ( Dimanche, 06 Septembre 2009 01:41 )  

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...