Actu Chômage

dimanche
7 mars
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Gandrange demande des comptes à Nicolas Sarkozy

Gandrange demande des comptes à Nicolas Sarkozy

Envoyer Imprimer
"L’Etat préfère investir pour moderniser le site plutôt que de payer de l’argent pour accompagner des gens soit en préretraite, soit au chômage. Nous sommes prêts à mettre de l’argent pour faire des investissements qui auraient dû être faits depuis longtemps sur le site et qui n’ont pas été faits !"

Ainsi parlait Nicolas Sarkozy, le 4 février 2008, lors d'une visite sur le site ArcelorMittal de Gandrange, alors que le géant mondial de l'acier venait d'annoncer la fermeture prochaine de l'aciérie et du train à billettes. Un an plus tard, ArcelorMittal a bouclé son projet et la famille du milliardaire indien, qui possède 43% du groupe sidérurgique, a empoché la coquette somme de 637,4 millions d'euros de dividendes : de quoi faire travailler 12.000 personnes à 1.500 € brut pendant un an.

Le volontarisme affiché par le chef de l'Etat n'y a rien changé. Et le président PS de la région Lorraine, Jean-Pierre Masseret, sent le besoin de "le rappeler à ses engagements" et de "relayer la déception des Lorrains", qui "attendent que les engagements pris soient tenus".

[...] "Il faudrait (que le président) revienne à Gandrange pour s'expliquer", estime Aurélie Filippetti, député PS de Moselle, en prévenant qu’"aujourd'hui, les salariés l'attendent non pas avec des grains de riz, comme l'année dernière pour son voyage de noces, mais avec des boulons pour lui faire tâter de la bonne qualité de l'acier de Gandrange".

Pour Jacky Mascelli, élu CGT au comité d'établissement de Gandrange, la promesse faite par M. Sarkozy procédait d'un "discours trompeur et manipulateur". "Le chef de l'Etat nous avait promis que si ArcelorMittal n'investissait pas à Gandrange, il trouverait une solution pour garantir l'emploi. Aujourd'hui, nous en sommes à essayer de faire respecter le plan social", ajoute, amer, le syndicaliste. Selon lui, seulement 43 salariés ont bénéficié d'une mutation effective alors qu'il en reste 400 autres à reclasser.

(Source : Libération)

A lire également => Sarkozy, ou le Shadockisme politique
Au bout de 642 jours de pouvoir, Sarkozy est toujours scotché à un faible et ridicule chiffre de 5% de promesses tenues, tandis que le nombre de promesses abordées mais non tenues a doublé.
Mis à jour ( Mercredi, 04 Février 2009 12:00 )  

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...