Actu Chômage

mercredi
16 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Les eurodéputés rejettent la semaine de plus de 48 heures

Les eurodéputés rejettent la semaine de plus de 48 heures

Envoyer Imprimer
Mercredi, le Parlement européen a supprimé la faculté laissée aux Etats membres d'autoriser une durée hebdomadaire du travail supérieure à 48 heures, une possibilité largement utilisée au Royaume Uni et appliquée par certains secteurs d'activité dans 14 autres pays.

L'amendement clé, qui supprime dans un délai de trois ans cette dérogation («opt out» en anglais) permise dans une directive sur le temps de travail de 1993, a été adopté par 421 voix contre 273 et 11 abstentions : ce sera désormais 48 heures de travail par semaine maximum, sans aucune exception. Les eurodéputés ont également décidé, contre l'avis des gouvernements des Vingt-Sept, que les «temps de garde» — période d'inactivité passée sur le lieu de travail — devaient être intégralement compris dans le temps de travail.

Ce vote en seconde lecture, qui nécessitait une majorité qualifiée de 393 députés à Strasbourg, laisse augurer d'une procédure de conciliation très aléatoire avec le Conseil des ministres de l'Union européenne. Il torpille l'accord sur la révision de la directive de 1993 auquel étaient difficilement parvenus les Vingt-Sept le 10 juin dernier sous présidence slovène. L'Espagne et la Grèce avaient voté contre tandis que la Belgique, Chypre, Malte, le Portugal et la Hongrie s'étaient abstenus. La France, jusqu'alors favorable à la suppression de la dérogation mais elle-même engagée, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, dans une démarche d'allongement de la durée du temps de travail, s'était ralliée au compromis, privant les opposants d'une minorité de blocage.

L'accord, tout en réaffirmant la limitation de la durée du travail à 48 heures hebdomadaires en moyenne trimestrielle ou annuelle, maintenait la possibilité de dérogation en fixant un plafond à 60 voire 65 heures à certaines conditions.

(...) Le rejet de la position du Conseil a été rendu possible à Strasbourg grâce aux voix d'une partie importante de la droite, qui a refusé une extension du temps de travail au nom du respect de la vie familiale et du refus du dumping social.

«C'est la première fois que l'Europe ferait un pas en arrière dans le domaine social», s'était inquiété John Monks, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats. Mardi à Strasbourg, plusieurs milliers de salariés avaient manifesté à l'appel de la CES pour inviter le Parlement à limiter strictement le temps de travail. «C'est une grande victoire pour l'Europe sociale», s'est réjoui le négociateur du Parlement européen, le socialiste espagnol Alejandro Cercas. Selon lui, les eurodéputés ont «entendu les médecins, les syndicats et les travailleurs dont la santé et la sécurité étaient menacées».

(Source : L'Express)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 18 Décembre 2008 16:18 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...