Actu Chômage

mardi
19 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse 250 euros pour vivre

250 euros pour vivre

Envoyer Imprimer
250 euros : pour plus de la moitié des ménages pauvres — précisément 56% —, c'est la somme qu'il reste pour vivre chaque mois une fois que toutes les dépenses fixes (loyer, énergie, alimentation…) sont payées.

Cette donnée est la principale conclusion d'une enquête du CRÉDOC (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) réalisée en novembre, à la demande de Martin Hirsch, pour évaluer les effets de la crise sur cette population.

Selon le «baromètre social» de l'institut, qui a interrogé 1.000 ménages représentatifs de l'ensemble des ménages et 300 vivant en dessous du seuil de pauvreté [1], près de 15% des sondés sont même en négatif, c'est-à-dire qu'ils dépensent plus qu'ils ne gagnent.

D'une manière générale, le budget est de plus en plus serré pour tous, mais particulièrement pour les plus démunis. 70% de ces ménages estiment ainsi qu'avec le revenu total dont ils disposent, ils s'en sortent difficilement, contre 32% dans l'ensemble de la population. 61% des ménages pauvres assurent que les remboursements de leurs crédits sont une charge importante contre 43% de la population générale, et 16% sont en surendettement (contre 7%).

Signe d'une aggravation de la situation pour les plus pauvres, les restrictions sont plus nombreuses depuis trois mois. 52% de ces ménages ont annulé ou retardé une dépense importante contre 40% de la population générale, 51% se sont imposés plus de restrictions que d'habitude contre 39% globalement. Dans la population générale, on restreint les vacances et les loisirs, l'habillement, l'électro-ménager. Chez les plus pauvres on retrouve ces trois postes, mais aussi le téléphone et l'alimentation. Et 59% des ménages pauvres dépenseront moins à Noël que l'an passé, contre 48% de la moyenne des ménages.

[1] Les statisticiens considèrent comme pauvre une personne ayant un revenu inférieur à 60% du revenu médian — 880 € en 2006 — soit 13,2% de la population française.

(Source : Le Point)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 23 Décembre 2008 15:11 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...