Actu Chômage

jeudi
23 janvier
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Logement social : le Conseil de l'Europe critique la France

Logement social : le Conseil de l'Europe critique la France

Envoyer Imprimer
Deux décisions du Conseil, publiées ce jeudi, critiquent l’"insuffisance manifeste" de l'offre de logements accessibles aux personnes les plus pauvres en France. Une première.

La France est un mauvais élève du Conseil de l'Europe en matière de respect du droit au logement social. Dans deux décisions rendues publiques ce jeudi à Strasbourg, l'institution fustige l’"insuffisance manifeste" de l'offre de logements sociaux accessibles aux personnes les plus pauvres. Et les efforts actuels de constructions de logements, à raison de 500.000 par an, ne permettront pas de pallier "le déséquilibre considérable par rapport au nombre de demandes de logements sociaux".

Ces décisions ont été adoptées à la suite de réclamations collectives présentées contre la France par le mouvement ATD-Quart Monde et par la Fédération des associations nationales de travail avec les sans-abris (FEANTSA). C'est la première fois que de tels constats de violation de la Charte des droits sociaux en matière de logement sont établis par le Comité européen des droits sociaux du Conseil de l'Europe à l'égard d'un des 14 pays dans lesquels les réclamations collectives sont possibles.

Dans ces décisions, le Comité juge que la France a violé plusieurs dispositions de la Charte, notamment celles concernant les procédures d'expulsion et leur mise en œuvre, l'offre de logements à un coût accessible pour les plus pauvres, qui est insuffisante, les modalités d'attribution des logements sociaux, qui manquent de d’"équité et de transparence", le nombre d'aires d'accueil pour les gens du voyage, trop faible, et la construction de logements sociaux, également insuffisante.

Le Comité a également montré du doigt "une discrimination dans l'accès au logement", car les statistiques montrent que "les demandes de logement social non satisfaites émanant d'immigrés sont plus nombreuses que celles provenant de ménages français".

ATD Quart-Monde se féliciite des décisions du Conseil de l'Europe et se dit "persuadé que l'Etat français parviendra à se donner les moyens d'appliquer vraiment les lois votées depuis des années en matière de logement", en particulier la loi sur le droit au logement opposable.

(Source : La Tribune)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 06 Juin 2008 02:03 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...