Actu Chômage

mardi
20 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Suicide chez HSBC

Suicide chez HSBC

Envoyer Imprimer
Le corps d'un salarié de la banque britannique HSBC n'a été retrouvé que douze jours après la date vraisemblable de son suicide, dans les locaux de la banque à La Défense (Hauts-de-Seine), accompagné d'un courrier à son supérieur hiérarchique évoquant un climat pesant.

La direction des ressources humaines d'HSBC a confirmé le suicide de ce gestionnaire de «back office» (suivi des opérations financières) âgé de 59 ans, dont une trentaine dans la maison, et qui s'apprêtait à prendre sa retraite. Il avait été constaté absent de son poste le 20 décembre dernier et son équipe avait supposé qu'il avait pris des congés.

Son corps a été retrouvé le 2 janvier dans les toilettes. Fin décembre, le personnel de ménage avait signalé au régisseur de l'immeuble qu'une porte des sanitaires était fermée. Ce régisseur est employé par le propriétaire de l'immeuble, qui n'est pas HSBC. Le problème de porte devait être résolu rapidement mais en cette période de fêtes, il a pris quelques jours de retard, explique la DRH.

Les consignes de sécurité en pareil cas ont depuis été révisées par HSBC. Le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) a voté le 14 janvier le principe d'une enquête, associant des représentants des salariés, de la direction et le médecin du travail.

Une enquête de police est en cours. La «préoccupation» de la CFDT, selon un communiqué, est «avant tout de connaître les causes de ce suicide afin que toutes les mesures préventives nécessaires soient prises et éviter ainsi qu'un tel drame ne se reproduise».

Selon la direction, qui ne confirme ni n'infirme le contenu de la lettre saisie par la police, ce salarié n'avait «aucun problème dans son travail, ni avec sa hiérarchie». Il déjeunait selon elle quasiment tous les jours avec son supérieur. La direction a précisé avoir installé un «observatoire du stress» depuis quatre ans, qui consiste en l'analyse par un cabinet extérieur de questionnaires remplis par les salariés volontaires de façon anonyme lors de la visite médicale. L'anxiété et le stress moyens des salariés est «légèrement au-dessus de la moyenne», a indiqué la direction.

(Source : Le Parisien)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 23 Février 2008 12:40 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...