Actu Chômage

lundi
10 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Cadres : vers une pénurie ?

Cadres : vers une pénurie ?

Envoyer Imprimer
Le dynamisme du marché des cadres fait le bonheur des jeunes diplômés de grandes écoles. L'Association pour l'emploi des cadres (APEC) qui a présenté, mardi, ses prévisions annuelles, estime que 200.000 à 219.000 cadres devraient être embauchés en 2008, ce qui pourrait constituer un nouveau pic historique après celui déjà atteint l'an passé (208.000 embauches).

Résultat, après trois années consécutives de hausse marquée des recrutements, les cadres sont au quasi plein-emploi. La pénurie guette et, retournement de la pyramide des âges oblige, les cadres débutants commencent à manquer. C'est peu dire que les grandes entreprises se les arrachent désormais. Un signe ne trompe pas : «Les prix des stands sur les forums de recrutement flambent», remarque le DRH d'un grand cabinet de conseil.

Les affres des années 2001-2003, où beaucoup peinaient à se caser, sont bien loin. «Aujourd'hui, ils ont le choix entre trois ou quatre offres fermes et sont souvent embauchés avant d'avoir leur diplôme», constate Christian Margaria, président de la Conférence des grandes écoles. C'est le cas, par exemple, de deux diplômés d'HEC sur trois. Et en bons apprentis managers, ils savent négocier. « Salaires, carrières, horaires… Ils ont bien compris qu'ils sont en position de force et sont très exigeants», résume Pascal Bernard, DRH d'Eau de Paris. En 2002, le salaire d'embauche moyen d'un HEC à la sortie de l'école était de 42.000 € brut par an. Aujourd'hui, il dépasse 47.000 €. Dans les SSII, les salaires des débutants ont déjà progressé de 5% à 10% l'an passé.

Cette nouvelle donne met à mal les politiques sociales des entreprises. Dans celles jouant la surenchère, on voit à présent des débutants embauchés à des salaires plus élevés que ceux perçus par leurs aînés en poste depuis plusieurs années. Face à cet écueil, charge aux DRH de trouver le bon équilibre. «Il ne faut pas tomber dans la surenchère salariale et savoir aussi travailler sur d'autres éléments d'attractivité essentiels comme l'intérêt du poste, les perspectives de carrière et la reconnaissance», souligne Eric Bertier, DRH du cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers (PWC).

Pour récupérer des marges de manœuvre, les entreprises tentent aussi d'élargir leur vivier de candidats. Les groupes industriels, par exemple, multiplient les campagnes de communication à destination des jeunes femmes, qui hésitent souvent à rejoindre des univers très masculins. Les diplômés de l'université voient aussi leur cote remonter. En témoigne l'opération Phénix, organisée en septembre par le Medef. Elle a permis à sept entreprises (dont AXA, HSBC, Renault et Siemens), en partenariat avec cinq universités parisiennes, d'embaucher en CDI des étudiants en sciences humaines et sociales dont le profil est pourtant éloigné de leurs canons habituels de recrutement.

(Source : Les Echos)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 14 Février 2008 16:00 )  

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...