Actu Chômage

samedi
28 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Le poisson va augmenter

Le poisson va augmenter

Envoyer Imprimer
Alors qu'un Français sur quatre n’achète jamais de poisson frais en raison de son prix, la taxe de 2,6 % appliquée sur la vente de poissons dans les ports devrait se traduire par une hausse des prix de 1 à 2 % pour le consommateur.

Aider les pêcheurs sans que les mesures se retournent contre le consommateur : c’est là toute la complexité de la mise en place de l’écotaxe voulue par le gouvernement. Les députés ont voté jeudi un amendement dans le cadre de la loi de finances rectificative qui prévoit l’application d’une taxe de 2,6% sur la vente des poissons au port. Cette taxe, qui doit rapporter environ 80 millions d’euros à l’État, doit permettre de financer un plan pour la pêche durable alors que les pêcheurs sont confrontés à la hausse brutale du gasoil.

En fixant la taxe sur le prix en amont (au port) et non plus sur le prix en aval (dans les poissonneries), le gouvernement a voulu éviter que la hausse de 2,6% du prix du poisson revienne entièrement à la charge des consommateurs. Car, à quelques semaines de Noël, dans un contexte de hausse généralisée des produits alimentaires et de baisse du pouvoir d’achat, annoncer une hausse du prix du poisson n’aurait pas été du meilleur effet politique.

Pour autant, le poisson va quand même augmenter. «On ne pourra pas éviter la hausse du prix, mais celle-ci devrait être en partie absorbée par les intermédiaires et diluée dans les autres coûts fixes que sont les transports, la transformation», précise Philippe Paquette, économiste à l’Office national interprofessionnel des produits de la mer (Ofimer). Cet organisme évalue à environ 1 à 2% l’augmentation finale pour le consommateur. «Des calculs qui demandent à être encore affinés», précise-t-il.

Le poisson ainsi que les fruits et légumes sont déjà des produits jugés trop chers par les Français. Une récente étude du Credoc relève que 25% des Français n’achètent jamais de poisson frais en raison de son prix. «Chaque augmentation du prix du poisson se traduit immédiatement par une baisse de la consommation dans les mêmes ­proportions», indique Philippe Paquette. Et chaque année, 1% de foyers supplémentaires délaissent les poissonneries. Cette hausse de 1 à 2% du prix du poisson devrait néanmoins être assez peu perceptible par les consommateurs.

(...) Cet amendement voté par l’Assemblée nationale la semaine dernière doit passer, cette semaine, devant le Sénat. Les pêcheurs espèrent pouvoir modifier la teneur du texte. Ils préfèrent que le poisson soit taxé sur les étals que dans les criées. Ils craignent en effet que le poisson leur soit acheté mois cher par «les mareyeurs, restaurateurs et industriels qui ne voudront pas rogner sur leurs marges», précise Hubert Carré, le directeur général du Comité national des pêches. «Les poissonneries pourraient mentionner sur leurs étiquettes la part d’écotaxe pour prévenir le consommateur», suggère-t-il.

En attendant, les pêcheurs redoutent que cette mesure, qui était censée les aider, ne se retourne au final contre eux.

(Source : Le Figaro)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 10 Décembre 2007 11:48 )  

Votre avis ?

Avez-vous vu Hold-Up, le doc "complotiste" ? =;o)
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...