Actu Chômage

lundi
24 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Christine Lagarde, nouvelle prêtresse de la méthode Coué

Christine Lagarde, nouvelle prêtresse de la méthode Coué

Envoyer Imprimer
Depuis qu'elle est ministre de l'Economie, Mme Lagarde nous prend régulièrement pour des demeurés.

Déjà, en juin dernier, face à la hausse annoncée des prix des produits alimentaires, elle avait "assuré" que le gouvernement serait "très vigilant" afin de "préserver le pouvoir d'achat des Français". Cet été, avec la libéralisation des marchés de l'énergie, elle conseillait aux consommateurs de "regarder attentivement" le contrat avec un fournisseur d'électricité autre qu'EDF et de lire "même quand c'est écrit tout petit". Aujourd'hui, avec la flambée des prix à la pompe, elle encourage les Français à "utiliser les bicyclettes" et, bien que de nombreuses grèves se préparent dans la grogne générale, elle s'attend à un "excellent" troisième trimestre pour la croissance française.

Mais… qui est Christine Lagarde ? Le 18 juillet, Jérôme Canard du Canard Enchaîné lui tirait le portrait dans un article intitulé : Christine Lagarde voit des paresseux partout !

« [...] Ainsi, les Français l'ignoraient : le travail, c'est rien que du bonheur ! Ils doivent cette révélation à la nouvelle ministre de l'Economie qui leur a ouvert les yeux dans son discours philosophico-politique sur la "valeur travail", aussi historique que délirant.
Depuis des siècles, en effet, on leur mentait. La faute, en gros, aux fainéants, aux gauchistes et à "quelques bobos à la mode", a-t-elle dit, qui le dénigrent selon une bonne vieille "tradition française du mépris qui trouve sa source dans l'Ancien Régime". Tradition qu’"on retrouve au XIXe siècle chez de nombreux auteurs. Paul Lafargue, dans son livre "Le droit à la paresse", recommande à l'homme de ne travailler que trois heures par jour, et de passer le reste du temps à fainéanter et bombancer", s'est aussi indignée la patronne de Bercy. Et le "dernier avatar de ce droit à la paresse, c'est la loi des 35 heures, ultime expression de cette tendance historique à considérer le travail comme une servitude" ! L'ouvrier qui trime n'a jamais compris sa chance...
Et la ministre, déchaînée, de s'en remettre joyeusement, après Tocqueville et Mirabeau, au sage Confucius qui conseillait il y a bien longtemps : "Choisissez un travail que vous aimez, et vous n'aurez pas à travailler un seul jour." Toutes ces subtilités ont échappé à la femme de ménage ou à la caissière de supermarché...

Formée à l'école anglo-saxonne. Ce n'est pas le cas de la ministre Christine Lagarde, et pour cause : cette grande prêtresse de l'économie mondiale est un peu déconnectée du terrain. Elle oublie de le rappeler dans ses discours mais, avant de revenir en France en 2005 comme sous-ministre au Commerce extérieur de Villepin, puis de rejoindre Bercy deux ans plus tard, sa connaissance du monde du travail s'est forgée dans les milieux d'affaires américains et les salons VIP internationaux. Et moins sur les chaînes de montage automobiles.
Pour mémoire, Lagarde a effectué la majeure partie de sa carrière comme avocate au cabinet Baker & Mac Kenzie de Chicago, l'un des plus gros de la planète, où elle est rentrée à 25 ans, en 1981. Dès 1991, elle en est devenue "avocat associé", un statut qui l'a sûrement poussée, dans son laïus du 10 juillet, à lancer cette jolie formule : "Une feuille de paie est le plus sûr garant de la paix…" Aux Etats-Unis, Lagarde avait effectivement la paix : dans un cabinet comme Baker & Mac Kenzie, la rémunération annuelle d'un avocat associé va du million au million et demi de dollars.
A Chicago, par la suite, Lagarde est même montée en grade. Elle a pris la tête de ce cabinet de 1999 à 2004. Du coup, Le Canard a sollicité la "chief executive" de Bercy pour connaître son salaire à cette époque. Elle nous a juré qu'elle n'émargeait alors qu’à "800.000 dollars, soit 600.000 €". Ça rapproche tout de suite des travailleurs. Et on mesure le sacrifice qu'elle a consenti en condescendant à devenir ministre en France.

Enfin, la ministre a regretté aussi que la France soit "un pays qui pense, alors qu'il faut cesser de penser, de tergiverser et se retrousser simplement les manches". Pourtant, elle-même pensait, naguère : dans sa période étasunienne, elle a compté parmi les membres actifs du Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS) de Washington. Autrement dit, un puissant cercle de réflexion euro-atlantique, truffé de businessmen et de barbouzes où l'on cogite beaucoup, mais plutôt en faveur des intérêts militaires...

C'est simple, le 14 juillet, devant des journalistes, Sarko 1er était en extase en évoquant sa protégée : "C'est la meilleure ministre qu'on ait jamais eue aux Finances. Elle bat tous les records !" Sur ce dernier point, on peut difficilement lui donner tort. »

CQFD.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 05 Novembre 2007 12:07 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2007-11-05 11:23 Et oui fallait y penser, hein ?!

Celle là c'est Christine qui l'a sorti, à 5 heures du mat, complètement pétée, à quatre pattes sur la table, un mirliton dans la bouche, une lance à incendie dans l'autre. Putain on a bien rigolé, c'était la meilleure de la soirée. Christine et la blague, comme un package !

[…] Café noir, pain beurre "et" confiture, France Info, flash de 5 heures, Christine Lagarde : face à l'augmentation du pétrole, il faut que les Français lèvent le pied de l'accélérateur pour réduire leur consommation, et puis en plus ça fera du bien à leur pouvoir d'achat.

Je me suis dit que c'était vraiment une journée qui commençait bien. […] Là, pour le coup, on se demande si c'est pas la seule solution qu'il va nous rester bientôt.

Parce que la blague de la Christine me fait furieusement penser à celle fameuse de Marie-Antoinette : "S'ils n'ont plus de pain, qu'ils mangent de la brioche". C'est un peu du même niveau.

"Si vous êtes pauvre, arrêtez de consommer, vous serez riche !"
Roulez moins vite, déjà c'est moins dangereux, bouffez moins, de toute façon vous êtes trop gros, changez de culotte une fois par an, à la limite n'en portez pas, personne verra la différence, évitez l'achat de téléviseurs plasma 554 pouces, ils sont pas fabriqués chez nous et y a que des conneries à la télé etc, etc, Allez hop ! Stop la crise, la pauvreté, suivez mes recommandations et bientôt, on coupe le Smic en deux.

Vous savez qu'en Inde ils n'ont qu'un bol de riz par jour et encore des fois y en a même pas du riz dedans, c'est des trucs avec plein de piment, parait que ça coupe la faim. Tiens, mangez plus épicé et j'te remets d'équerre le commerce extérieur et la balance du solde du commerce de machin là je sais plus comment ça s'appelle.

[…] La richesse c'est dans la tête. Louez votre cerveau à TF1 : ils recyclent. Par contre faites gaffe, ils vous poussent à consommer des trucs, c'est pas bon pour votre pouvoir d'achat non plus.

(Source : El Ryu)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # ledesa 2007-11-06 09:13 Ha Mme Lagarde !!! Et dire qu'elle et ses semblables sont payés 14000€/mois pour sortir de telles conneries!!!!!! !!
C'est LAMENTABLE !!!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-11-05 13:01 La flambée des prix du baril directement répercutée à la pompe coûte d’autant plus cher à l’usager que les taxes amplifient le mouvement.

Quand le baril de brut augmente, les prix à la pompe s’envolent. Un nouveau record a été établi dans la semaine avec, en moyenne, le gazole supérieur à 1,14 € par litre et le super sans plomb 95 qui frôle le 1,30 €.

Au final, c’est toujours l’usager qui paie les conséquences, quels que soient sa condition sociale et ses revenus. Car, dans l’Union européenne, les carburants sont taxés deux fois, à travers deux impôts indirects et donc inéquitables : la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) et la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Au total, la part des taxes représente près de 75% pour l’essence et environ 67% pour le diesel.

Ainsi, pour 100 € dépensés en super 95, l’automobiliste paye 53 € pour la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) et 16 € de TVA. Pour l’utilisateur de gazole, majoritaire en France, la TIPP s’élève, dans le même cas, à 43 €. Perçue sur les volumes et non sur le prix de vente du produit, cette taxe est d’un montant fixe sur chaque unité vendue (par exemple : 0,58 € pour un litre de super sans plomb en 2004).

En 2005, la TIPP a rapporté 20 milliards d’euros à l’État et représentait la quatrième rentrée fiscale, derrière la TVA, l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés. Une manne financière à laquelle le gouvernement ne veut pas toucher. Supprimée par le gouvernement Raffarin pendant l’été 2002, la TIPP flottante, instaurée moins d’un an plus tôt par Laurent Fabius, alors ministre des Finances, avait au moins permis d’alléger la facture des automobilistes. Et particulièremen t des salariés n’ayant d’autres moyens de transport que la voiture. Au-delà des conducteurs, ce sont également toutes les personnes utilisatrices de fuel pour se chauffer qui vont voir leurs dépenses s’alourdir cet hiver.

Mardi, la ministre de l’Économie Christine Lagarde indiquait qu’elle pourrait «convoquer prochainement» les compagnies pétrolières pour limiter les conséquences pour les consommateurs, comme l’avait déjà fait son prédécesseur à Bercy, Thierry Breton. À l’heure où le gouvernement peine à masquer son inefficacité sur la question du pouvoir d’achat, les consommateurs se voient, une nouvelle fois, floués par le non-respect d’une promesse centrale de la campagne de Nicolas Sarkozy.

(Source : L'Humanité)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # michael 2007-11-05 20:16
Demander aux Français de faire du vélo alors que le président, ses ministres et ses secrétaires d'Etat se déplacent en Corse avec 1500 flics sans lésiner sur le pétrole, ça la fout vraiment mal !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-11-07 01:32
Nicolas Sarkozy a demandé à Christine Lagarde de l'accompagner lors de son voyage officiel aux Etats-Unis à Washington, les 6 et 7 novembre. Le président de la République espère que la ministre de l'Economie, qui connaît tous les grands patrons américains du fait ses anciennes fonctions au sein du cabinet d'avocats Baker & McKenzie, les lui présentera à cette occasion…

Seront aussi du voyage Bernard Kouchner, Rachida Dati, Rama Yade et Bernard Accoyer.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-11-10 00:28 L'ancien directeur général de l'Unedic sera à l'écoute des propositions de simplification. La ministre de l'Economie veut mettre de l'huile dans les rouages d'une réforme qui passe mal auprès des chefs d'entreprises.

Christine Lagarde vient de confier à Alain Tapie, ancien directeur général délégué de l'Unedic, une mission de suivi de la mise en œuvre du dispositif des heures supplémentaires . Cette réforme figure au premier rang des réformes de Nicolas Sarkozy avec le slogan "travailler plus pour gagner plus". Elle vise à accroître les revenus disponibles des salariés en exonérant d'impôts ces heures supplémentaires . Toutefois, cette réforme passe mal auprès des chefs d'entreprises qui la jugent complexe à mettre en œuvre concrètement.

"Monsieur Tapie va être à la fois ma voix et mes oreilles sur le terrain, on est à l'écoute de toutes les propositions de simplification", indique la ministre, ce vendredi 9 novembre, à Antibes. Elle ajoute : "A partir d'aujourd'hui, Alain Tapie est mon ambassadeur "heures supplémentaires " à travers les vingt-deux régions de France. Il commence son tour de France dans les Alpes-maritimes pour bien expliquer aux entreprises qui le souhaitent la façon dont elles peuvent mettre en œuvre ce dispositif".

"Ce que souhaitent les chefs d'entreprises ici, d'après ce que j'ai compris, c'est le déplafonnement du contingent annuel d'heures supplémentaires auxquelles une entreprise peut recourir sans autorisation préalable de l'Inspection du travail et la consultation du CE", remarque Christine Lagarde. Toutefois, ajoute-t-elle, "en l'état actuel des textes, ce n'est pas possible". Mais elle n'a pas indiqué si elle était favorable ou non à une telle réforme.

(Source : La Tribune)
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...