Actu Chômage

lundi
23 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Emploi des seniors : Fillon fait mine de menacer les employeurs

Emploi des seniors : Fillon fait mine de menacer les employeurs

Envoyer Imprimer
Hier soir sur RTL, le Premier ministre a lancé un avertissement aux entreprises en les prévenant qu'elles «ne pourront plus à l'avenir continuer à se débarrasser des seniors». Faute de quoi, elles verront leurs cotisations augmenter.

Alors que deux salariés sur trois ne travaillent plus à l'âge de la retraite et que la faible activité des 55-64 ans dans notre pays (37,9%) menace l'équilibre de la réforme qu'il a initiée en 2003, François Fillon essaie d'exister et s'agite. «Je veux être très clair sur ce sujet : les entreprises ne pourront plus à l'avenir continuer à se débarrasser des seniors comme elles le font aujourd'hui». Sinon, a-t-il mis en garde, «nous n'aurons pas d'autre solution pour financer les retraites que d'augmenter les cotisations que paient les entreprises» et «ce seront les entreprises qui seront amenées les premières à payer le fruit de leur inconséquence. (...) Je dis vraiment aux entreprises les yeux dans les yeux : c'est un deal qui n'est pas contournable, qui n'est pas discutable, qui n'est pas négociable». Les yeux fermés, on croirait entendre… un discours de gauche.

Quand et comment compte-t-il mettre son avertissement à exécution ? Lui qui promet de légiférer si les partenaires sociaux ne trouvent pas d'accords sur son projet de "modernisation du marché de l'emploi" d'ici la fin de l'année, compte-t-il faire de même pour obliger les entreprises à garder leurs seniors ? L’«inconséquence» des employeurs est-elle seulement pointée dans ce vaste chantier de réformes ? Que nenni ! Pour lui, pas de sanctions : «La bonne méthode, c'est une vraie négociation avec les entreprises. Avec à la clé, au fond : ou les cotisations retraites restent au niveau d'aujourd'hui, ou elles augmentent». Mais quel calendrier de "vraies négociations" compte-t-il mettre rapidement en œuvre là-dessus ? Pour l'instant, aucun... Car, dans une mascarade de dialogue social, François Fillon préfère nettement mettre la pression sur les syndicats de salariés, mais pas sur les patrons.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 05 Juillet 2007 14:10 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2007-07-05 16:17
Face à ce gouvernement qui - sciemment ou pas - fait preuve d'une totale méconnaissance du problème de ceux qu'on appelle les "seniors", à (re)lire :

L'affaire Guy Roux, une hypocrisie gouvernementale
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...