Actu Chômage

dimanche
22 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique La Belgique lutte contre ses chômeurs "qui ne veulent pas travailler"

La Belgique lutte contre ses chômeurs "qui ne veulent pas travailler"

Envoyer Imprimer
Le très zélé FOREM (Office communautaire et régional de l'emploi de Wallonie) a transmis l'an dernier à l'ONEM (Office national de l'emploi) 9.106 dossiers de "chômeurs refusant de travailler" dont 2.157 ont été sanctionnés, a indiqué hier le ministre fédéral de l'Emploi Peter Vanvelthoven, se réjouissant ainsi du "bon fonctionnement du système".

L'ONEM a eu fort à faire en 2006. En Flandre, avec le même empressement, l'office régional de l'emploi (VDAB) lui a pour sa part transmis 6.270 dossiers qui ont aboutit à quelque 1.500 suspensions temporaires, faute de plus. Et à Bruxelles, l'ORBEM lui a transmis 1.125 dossiers dont 389 ont mené à une sanction.
Au total, ce sont donc 16.501 chômeurs belges qui se sont retrouvés dans le colimateur général, et dont le quart a été "puni" par ses soins.

Nous avions vu comment l'Autriche traite ses chômeurs et comment l'Allemagne maltraite les siens. En Belgique, la stigmatisation et les sanctions vont aussi bon train !

La Belgique n'est pas épargnée par le chômage de masse : à la fin du mois de janvier, l'ONEM recensait 465.882 demandeurs d'emploi indemnisés pour un taux officiel de 7,7%. La Belgique - comme la France… - se vante d'un taux de chômage en baisse constante depuis quatre ans, et ce grâce à une croissance économique soutenue (3% en 2006).
Malheureusement il ne baisse pas à Bruxelles, et le chômage de longue durée - 2 ans et plus - est même reparti à la hausse avec 236.453 chômeurs, soit la moitié des demandeurs d'emploi comptabilisés. Il est facile d'imaginer que les 4.000 sanctions infligées ciblent particulièrement cette catégorie à laquelle on ne doit proposer que des petits jobs sous-payés et déclassés qui ne peuvent certainement pas la sortir de sa situation.

Mais de là à soupçonner qu'il y aurait plus de 16.000 chômeurs belges, majoritairement wallons, qui refuseraient carrément de travailler, le postulat semble extraordinairement abusif. Et la haine contre ces "profiteurs" semble tout aussi ancrée dans la population : lire les commentaires de cet article de 7SUR7 («Vous n'avez que le mot victime à la bouche, mais ils sont loin d'être victimes, ils connaissent les ficelles pour "palper du blé sans rien glander" puis se servent de la victimisation comme d'un bouclier. Soyons plus ferme avec les sangsues», écrit un internaute)... Consternant !

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 16 Mars 2007 21:11 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2007-03-19 16:23 La réaction de Stockwell, lectrice d'Actuchomage et chômeuse belge :


La Belgique a de fait instauré ce qui est communément appelé "la chasse aux chômeurs", qui consiste à convoquer les chômeurs de longue durée (deux ans et plus de chômage) afin d'évaluer leurs activités de recherche d'emploi. Le chômeur en question est convoqué par l'ONEM et doit prouver qu'il met bien tout en oeuvre pour se réinsérer sur le marché de l'emploi. Le chômeur doit se rendre chez un "facilitateur" qui remplit un dossier et "évalue" si vous faites bien tout ce qu'il faut.

Si le "facilitateur" estime que ce n'est pas assez, un plan est proposé au chômeur et, de fil en aiguille, le chômeur peut être suspendu de toute indemnité ! Le problème, c'est qu'il y a une large partie de subjectivité et que tout le monde n'est pas égal devant le chômage. Mais tout le monde est mis dans le même sac. Or il y a tant de critères qui font que l'on peut ne pas retrouver un emploi facilement : l'âge, le niveau d'études, la formation, le parcours professionnel, l'environnement familial, la santé.

Beaucoup partent en effet du triste postulat mentionné dans l'article ci-dessus : le chômeur est un parasite qui passe son temps, non pas à chercher un emploi, mais à tout faire pour ne pas en trouver et profiter des allocations de chômage + familiale.

Il faut aussi savoir que la Belgique est le seul pays européen à octroyer des allocations de chômage illimitées dans le temps. Ce qui a d'ailleurs récemment lui valu des remontrances de la part de l'OCDE…
Mais ce qu'il faut également savoir, c'est que les allocations sont très peu élevées et diminuent fortement après la première année d'inactivité. Aucun organisme ne prend en charge une partie du loyer et il n'y a pas toutes les aides qui existent dans d'autres pays.

Viennent se greffer là-dessus les problèmes communautaires. Le chômage est plus élevé en Wallonie qu'en Flandre pour des raisons économiques et structurelles. Le Wallon est depuis longtemps étiqueté "feignant" et "profiteur" par opposition au Flamand "travailleur" et "courageux". No comment… Ce cliché est ancré de longue date - et entretenu par les médias flamands, voire certains politiciens. D'où les commentaires qui fleurissent dans la presse et qui émanent de personnes qui sont à mille lieux de vivre l'enfer du chômage et des fins de mois qui débutent le 15.

Bref, ça craint aussi en Belgique. Il arrive que l'ORBEM propose des emplois. Le DE est alors obligé de se rendre chez l'employeur potentiel et, le cas échéant, ne peut refuser l'emploi, même s'il est sous-payé, même si c'est un mi-temps, un quart-temps etc. Si le DE refuse, son dossier est transféré à l'ONEM qui peut procéder à des sanctions (suspension des allocations, voire suppression pure et simple).

A terme, la Belgique veut s'aligner sur ses voisins européens en supprimant les allocations illimitées. "La chasse aux chômeurs" est un premier pas. Reste à savoir ce qu'il adviendra des DE laissés sur le carreau. Car il faudra que le gouvernement trouve un moyen pour ne pas laisser "crever" ses chômeurs.

Ces récentes mesures font que le chômeur est encore davantage stigmatisé par l'opinion publique. Car qui dit "chasse", dit forcément "gibier". En Belgique non plus, il n'est pas bon de perdre son emploi.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-03-19 16:35
Pour un pays qui a 7,7% de chômage, je trouve que le prétexte des allocations illimitées ne pèse finalement pas tant que ça dans la balance de la fainéantise : si les chômeurs belges étaient vraiment des parasites, le taux de chômage serait à plus de 10% et la chasse aux chômeurs profiteurs se justifierait peut-être.

Mais ce n'est pas le cas. On a ici un taux de chômage qui se situe dans la moyenne européenne, inférieur à ceux de la France et de l'Allemagne. On voit bien que c'est un faux prétexte.

Cela me rappelle ce texte de Laurent Cordonnier du Monde Diplomatique : Les allocations chômage créent-elles du chômage ? où justement les théories de l'OCDE là-dessus ne se vérifient absolument pas.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-03-22 15:43
Patrick, un autre lecteur belge, nous signale qu'il existe un collectif qui lutte contre cette politique de sanctions : www.stopchasseauxchomeurs.be
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-04-03 20:05 Le nombre de chômeurs indemnisés par l'ONEM, l'Office national de l'Emploi, a diminué de 2,1% en 2006, selon les statistiques annuelles de l'organisme publiées lundi. Le nombre de chômeurs indemnisés a ainsi atteint l'année dernière 726.662 personnes, soit 15.000 personnes de moins.

Par chômeurs complets indemnisés, l'ONEM entend aussi bien les demandeurs d'emploi classiques que des non demandeurs d'emploi ayant droit à des allocations. Dans ce dernier cas, on pense à des personnes dispensées de travail pour des raisons sociales ou familiales (9.250 personnes), les chômeurs de 50 ans au moins (116.169) et les prépensionnés à temps plein (111.069).

Depuis 2004, l'ONEM est chargé de l'«activation du comportement de recherche d'emploi» du chômeur complet. L'Office doit ainsi évaluer les efforts que fournit le chômeur pour se réinsérer sur le marché du travail. Près de 375.000 personnes (52% de Wallons, 31% de Flamands et 16% de Bruxellois) ont ainsi reçu un ou plusieurs avertissements.

Un entretien a été organisé pour près de 200.000 chômeurs. 153.000 se sont présentés. Si pour 84.000 d'entre eux, les efforts accomplis ont été jugés positivement par l'ONEM, quelque 50.000 ont été obligés de passer un contrat.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # nicky64 2007-04-05 19:21 les contrats PTP sont mal fait car apres avoir travaillé pendant 3 ans , vous vous retrouvez au chomage , les employeurs abusent de ce genre de contrats , je trouve cela injuste les employeurs peuvent utiliser le contrat PTP plusieurs fois mais l'ouvrier lui n'a droit qu'a 3 ans les employeurs preferent changer d'ouvriers car ce genre de contrat sont trop interessant pour l'employeurs , il faudrait changer ces regles, je suis chomeur et je ne demande pas mieux que de travailler, mais il n'y a rien pour aider réellement le chomeur , aucune securité d'emploi, un salaire egal a celui d'un chomeur longue duré avec en prime des impots a payer , une precarité qui s'aggrave des taxes qui s'alourdissent, le loyer qui prends désormais plus de la moitié du salaire (revenue de 841 euros et loyer de 500 euros au minimum) ou est le plaisir de profiter de ses rentes comme le disent si bien certain, ceux qui se plaignent des chomeurs sont en general ceux qui on la chance d'avoir un salaire de 1500 euros net et meme plus , («Vous n'avez que le mot victime à la bouche, mais ils sont loin d'être victimes, ils connaissent les ficelles pour "palper du blé sans rien glander" puis se servent de la victimisation comme d'un bouclier. Soyons plus ferme avec les sangsues», écrit un internaute)… Consternant ! je suis d'accord c'est plus que consternant c'est aberrant et xénophobe : personnellement j'ai fais une demande de stage pour devenir reparateur en informatique, apres entretien au forem et une reponse positive il m'ont envoyé une offre de stage comme vendeur chez un marchand de legumes (chercher l'erreur) j'avoue ne pas avoir donné suite . Alors ne mettez pas tous les chomeurs dans le meme sac, sinon moi j'en fait autant et je mets tous les travailleurs dans les nantis, il y a ceux qui veulent s'en sortir et il y a ceux qui on baissé les bras, moi je veux m'en sortir daniel qui espère etre un ancien chomeur dans un futur proche Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...