Actu Chômage

vendredi
13 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Emploi stable, productivité et pouvoir d'achat en hausse

Emploi stable, productivité et pouvoir d'achat en hausse

Envoyer Imprimer
L'emploi salarié est resté stable en 2004 avec 22,054 millions d'emplois à temps complet au quatrième trimestre, avec seulement une progression de 1.000 emplois par rapport au quatrième trimestre 2003.

L'emploi a augmenté de 44.000 dans les branches marchandes mais diminué de 43.000 dans le secteur non marchand. Compte tenu de l'augmentation du nombre d'emplois à temps partiel, le nombre de personnes occupant un emploi a augmenté de 34.000, soit une hausse de 0,1%, atteignant 22,708 millions en fin d'année.

Selon l'Insee, "la politique de l'emploi a exercé un effet globalement neutre en termes de flux sur l'emploi marchand en 2004", la hausse du smic (salaire minimum) venant compenser les effets du dispositif de réduction de charges sur les bas salaires (loi Fillon).
L'Insee note parallèlement une accélération de la productivité par emploi. Ainsi, dans les branches marchandes, la productivité par emploi a augmenté de 2,4%. Cette progression a même atteint 4,5% dans l'industrie manufacturière, secteur où l'emploi a diminué de 2,8% en moyenne annuelle. Dans les autres branches marchandes, l'accélération de la productivité par emploi a été beaucoup plus faible (+ 2%), mais la croissance tendancielle de la productivité y est aussi beaucoup plus régulière.

La croissance de la productivité s'explique en partie par un effet de calendrier : 2004 a vu un nombre de jours ouvrés très important, dont l'impact a été de + 0,2 point de PIB, selon l'Insee. Par ailleurs, explique l'étude, on observe traditionnellement un lien positif entre croissance et productivité par emploi. Le mouvement de réduction du temps de travail qui s'est étalé entre 1999 et 2002 avait perturbé ce lien, mais en 2004 ce mouvement s'est arrêté. C'est finalement l'arrêt de la réduction de la durée du travail qui a été déterminant dans la reprise de la productivité, plus que la croissance elle-même, selon l'Insee.

Le pouvoir d'achat des ménages français est reparti à la hausse en 2004, avec une progression de 1,4%, après avoir quasiment stagné l'année précédente, selon le "Rapport sur les comptes de la Nation de 2004" publié vendredi 17 juin par l'Insee. En 2004, le revenu disponible brut des ménages a augmenté de 3,2%. Compte tenu d'une augmentation de 1,8% du prix des dépenses de consommation, le pouvoir d'achat a augmenté de 1,4%, calcule l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Ce chiffre marque un rebond par rapport à 2003, où le revenu réel des ménages n'avait progressé que de 0,4%, même si la progression reste en deçà des années précédentes. Entre 1998 et 2002, le pouvoir d'achat du revenu disponible brut des ménages avait progressé chaque année d'un peu plus de 3% par an, rappelle ainsi l'Insee. Le rebond du pouvoir d'achat de 2004 est principalement dû à une progression des revenus d'activité, détaille l'Institut.

(Sources : lemonde.fr et nouvelobs.com)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 17 Juin 2005 16:27 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...