Actu Chômage

vendredi
13 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Investissements étrangers en France : + 6,6% en 2004

Investissements étrangers en France : + 6,6% en 2004

Envoyer Imprimer
Les projets d'investissements étrangers en France ont progressé de 6,6% en 2004 avec 583 projets, pour atteindre leur niveau le plus haut en 10 ans, et permis la création ou le maintien de 29.578 emplois (+8,2%), a annoncé mercredi l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII).

L'AFII, qui dépend du ministère de l'Economie et des Finances, a recensé 583 projets d'investissements étrangers en France en 2004, contre 547 en 2003. Le précédent plus haut niveau de projets d'investissements étrangers avait été atteint en 2000 avec 563 projets : un record de 35.359 emplois avait été atteint.

L'AFII se félicite d'une "amélioration, modeste, mais réelle, de l'attractivité française par rapport à ses voisins et concurrents d'Europe de l'Ouest".

L'agence note une forte progression des investissements chinois, avec 819 emplois créés ou maintenus, contre 169 en 2003, soit une multiplication par presque cinq.
Les Etats-Unis ont renforcé leur position de premier pays investisseur en France, avec 28% des emplois, suivis comme en 2003 par l'Allemagne (16,3%). La Suède occupe cette année le troisième rang, au lieu de l'Italie, avec 13,6%. Géographiquement, ces investissements sont situés d'abord en Ile-de-France avec 4.994 emplois créés ou maintenus, puis en Rhône-Alpes (4.401 emplois), en Lorraine (2.886) et Midi-Pyrénées (2.663).

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 11 Mai 2005 14:55 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2005-05-11 14:03 Un article d'Actuchomage, mis en ligne en septembre 2004

Investissements étrangers : la France juste derrière la Chine

Voilà une information qui va à l'encontre des idées reçues : en 2003, la France se place en seconde position au palmarès des pays les plus attractifs pour les investissements étrangers, juste derrière la Chine qui a trusté 53 milliards de dollars d'investissements .
Ces statistiques sont fournies par la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced). Sur cette même période, les États-Unis sont relégués au troisième rang, tombant à 29 milliards, leur plus bas niveau depuis dix ans. Par ailleurs, les investissements étrangers ont été divisés par deux au Royaume-Uni et par trois en Allemagne.

Cette information taille un costard sur-mesure aux crânes d'œuf du patronat français qui ne cessent de s'apitoyer sur leur "triste sort" : trop de charges, trop d'impôts, trop de grèves, trop de fonctionnaires… Leurs homologues étrangers ne semblent pas partager cette analyse. Mais convenons aussi que si la France est financièrement attractive, c'est qu'elle offre une bonne rentabilité aux investissements : une rentabilité qui se fait aussi (et surtout) sur le dos des salariés. Au rythme où vont les choses - salariés contraints de travailler 36 heures ou plus sans augmentation de salaires, sous la menace patronale des délocalisations - il est probable que la France conserve en 2004 son attractivité. Supplantera-t-elle un jour la Chine ?
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...